dimanche 27 novembre 2016

Je te vois de Béatrice Shalit

The show must go on
Je te vois de Béatrice Shalit (Julliard, 177 pages, 2015)

Incipit :
Eva
En face de chez moi, s'élève depuis ce matin une grue bleue. Les travaux ont commencé en janvier cette année. Mais cette grue est une nouveauté. Nous sommes en juin et je me suis habituée à voir de ma terrasse œuvrer les hommes du chantier.

Une femme, psychanalyste de profession, veuve, ses deux enfants, un chantier devant chez elle et une histoire qui tourne, chaque personnage donnant son point de vue ou une partie de l'histoire, autour de ce chantier. Une écriture intéressante, des personnages atypiques, une histoire assez courte et  de lecture aisée. Déjà j'ai pu lire je ne vais pas me plaindre, j'avais du mal à commencer un nouveau roman et avec celui-là j'ai accroché. La comparaison en quatrième de couverture avec Fenêtre sur cour d'Hitchcock me parait assez abusive, pour ne pas dire mercantile.

Je l'ai emprunté au Club de Lecture car il était recommandé par un membre du Club mais aussi parce qu' Eva, un des personnages principaux, est psychanalyste. Et comme en ce moment je potasse de la psychologie ... Mais bien que psychanalyste elle a tout de même du mal à décoder ses propres affects. L'émotion sans doute.

Un roman qui se lit, sans être exceptionnel. M'a quand même donné envie de découvrir d'autres livres de cette auteure.

Note : AA

samedi 12 novembre 2016

Psychologie cognitive Manuel visuels de Licence d'Alain Lieury

Psychologie cognitive Manuel visuels de Licence d'Alain Lieury 4ème édition (Dunod, 427 pages, 2015)

Après Psychologie du développement, Psychologie clinique et psychopathologie, voici dans la collection Manuel visuel de chez Dunod : Psychologie cognitive !!! Hip hip hip !

Pour les remarques générales, ce sont sensiblement les même : pas de glossaire, certains mots non définis. Là je remarque une fois de plus qu'il est indiqué comment faire une recherche web : mettre deux mots de recherche, par exemple Phineas Cage (p. 369). Ah ouais quand même ... c'est tout de même un manuel de niveau licence, vu que ma fille de 15 ans sait depuis un paquet d'année faire des recherche web, je suis surpris du niveau de ce genre de conseil pour des BAC+1. Oui je crois que j'ai envie de râler en ce moment. Doit être lié à une élection récente.

Plus surprenant est page 391, sur l'expérience de Milgram, l'expérimentateur est en "blouse blanche"(c'est moi qui souligne) : ben non, je commence à être calé sur cette expérience (documentaires sur youtube, biographie de Milgram, je suis en train de lire son livre Obedience to authority, ai vu le film Experimenter). Non il s'agit d'une blouse grise, et il y a de bonnes raisons à cela, on voit le souci du détail de Milgram et les détails, en psychologie sociale (pour ne pas dire ailleurs), c'est primordial. S'ensuit dans le même paragraphe un acteur qui "mime la douleur" (c'est moi qui souligne). Encore une approximation. Le sujet dans le protocole de base (il y a eu des variantes) ne voit pas la "victime" mais l'entends. Alors, qu'un acteur mime la douleur, n'est pas très pertinent. Encore plus étrange les voltages annoncés dans le paragraphe suivant : "de 2 volts à 4,5 volts" et plus loin "l'intensité du choc varie de 3 à 7" n'indiquant même pas l'unité. Non seulement les valeurs présentées ne correspondent pas à l'expérience (les voltages commencent à 15 volts et progressent de 15 v en 15 v) mais semble en plus confondre l'échelle de 0 à 30 de Milgram (qui n'est pas en volt celle-là). C'est un peu léger, voire manque un peu de sérieux comme présentation, surtout pour une 4ème édition, et m'inquiète sur le reste du livre sur des sujets que je ne maîtrise moins ou pas du tout.

Ceci étant dit ce livre est absolument passionnant, que ce soit sur les sens,  la mémoire (en fait les mémoires), l'apprentissage, le langage, la motivation, les émotions, l'intelligence, la personnalité, chaque partie offre une flopée d'informations sur le fonctionnement de l'être humain et apporte son lot de surprises. A propos de surprise, je suis étonné qu'un chapitre complet ne soit pas proposé pour présenter le cerveau (comme cela a été fait pour l’œil, l'oreille etc) et donnant une fois pour toutes les axes, les zones, le nombre de neurones (enfin un chiffre précis annoncé et une répartition : page 303, car les chiffres d'un livre à l'autre varient sans à chaque fois préciser de quelle partie on parle, cortex, cervelet ?). Difficile de retenir autant d'informations, nécessite un travail important (voir chez Librio Apprendre à apprendre d'André Giordan et Jérôme Sallet).

Il est rappelé et cela de manière argumentée avec des études à l'appuie, que la graphologie et l'astrologie sont des pseudo sciences qui relèvent du charlatanisme. Sachant que la graphologie est très utilisée par les recruteurs français cela laisse songeur. Il est rappelé aussi dans ce livre que les kits mains libres en voiture ont la même influence dangereuse que de prendre son téléphone en conduisant ... cela aussi laisse assez songeur sur les politiques publiques et la prise en compte des recherches. Mais après tout la population est empoisonnée de pesticides (par exemple les pommes) avec l'appui des industriels, la FNSEA et des politiques, alors ...

Un excellent ouvrage, une bonne base de travail, idéal en L1 Pyscho. Donne de bonnes pistes dans une bibliographie assez fournie.

Note : AAAAA

Le Jourde & Naulleau Entreprise de nuisance littéraire

Le Jourde & Naulleau Entreprise de nuisance littéraire, version aggravée du Lagarde & Michard de Jourde & Naulleau (Point, 398 pages, 2015)

Incipit :
Nous allons vous parler d'un temps que les moins de quatre fois vingt an ne peuvent pas connaître. Que les autres poussent à fond le volume de leur Sonotone et veuille bien se souvenir de ce mot : la littérature.

En fait je l'avais déjà lu ... mais bon celui-là c'est la version actualisée avec plus d'impostures, plus de tête de turcs. J'avoue je trouve cela assez drôle, pas tant les écrits que les exercices associés ou quelques notes caustiques de bas de page.

Pour la plupart de ceux visés, je ne es ai pas lu, je n'ai donc que des exemples, parfois affligeants il faut bien le reconnaitre. Cela donne une idée d'une certaine exigeance, d'une certaine critique de style. Les écrivains ne sont pas non plus parfaits, je me rappalle qu'en lisant Les mots de Jeau-Paul Sartre, à quel point je le trouvais imbu de lui-même, arrogant, puant d'orgueil. Mais peut-on en conclure que le livre n'est pas intéressant pour autant ? Non, ce sont deux choses différentes. Mais voilà il y a l'auto-fiction (j'attends le jour du Salon de l'Auto-fiction), si en plus c'est écrit comme c'est parlé, très court, en racontant à peu près tout et n'importe quoi qui se passe de sa journée avec un intérêt assez limité, cela donne Christine Angot (J'ai essayé de lire, deux fois, je trouve cela complètement nul, sujet nul, style nul) ou Marie Darrieusscq (J'ai tenté Truismes, je suis tombé des nues, c'est quoi cette daube ?) Maintenant je ne suis pas expert, loin de là, j'ai essayé dernièrement de lire le dernier Prix Goncourt, Chanson Douce, et même si le premier chapitre est bien construit avec une dramatisation évidente, le style est plat, la famille banale à pleurer, avec des problèmes d'une platitude ennuyeuse à mourir. Cela va peut-être marcher car l'intrigue joue sur une angoisse qu'a connu beaucoup de parent, la recherche d'une nounou fiable.  Puis j'ai tenté Babylone de Yasmina Reza (j'avais bien aimé Art et Le Dieu du Carnage). Pareil, j'accroche pas. Mince qu'est-ce qu'il m'arrive ? Un petit passage à vide ou alors je deviens blasé ????

Bon revenons à Jourde & Naulleau. Un traité humoristique de style, avec un léger soupçon de mauvaise foi, et même si on peut ne pas être d'accord sur tout, il y a tout de même quelques points bien sentis qui font mouche. Avec les pastiches, une autre manière amusante de s'intéresser à notre époque en littérature, le travers de certains auteurs ou plutôt de certaines de leurs "œuvres". Plus d'un exercice (et encore plus leur correction) sont même parfois hilarants ! Vous y trouverez Olivier Adam, Christine Angot, François Bégaudeau, Emmanuelle Bernheim, Patrick Besson, Madelaine Chapsal, Christophe Conte, Marie Darrieusecq, Alexandre Jardin, Anna Gavalda, Yannick Haenel, Philippe Labro, Camille Laurens, Benrnard-Henri Lévy, Marc Levy, Philippe Sollers, Dominique de Villepin, Florian Zeller.

Note : AAAA

mardi 8 novembre 2016

Le cri de Nicolas Beuglet

Le cri de Nicolas Beuglet (XO, 494 pages, 2016)

Incipit :
Sarah claqua la porte derrière elle. Essoufflée par ses propres cris, elle demeura debout, sans bouger, reprenant sa respiration.
Le silence du couloir n’était plus troublé que par le bourdonnement étouffé d’une télévision encore allumée à cette heure avancée de la nuit.
Le cœur battant trop vite, elle chemina vers la cage d’escalier, lentement, certaine qu’il allait rouvrir la porte d’une seconde à l’autre, lui déclarer qu’il l’aimait et n’avait toujours aimé qu’elle, que cette tromperie était une erreur, une faiblesse qui ne se reproduirait plus jamais.
 Un thriller qui commence sur les chapeaux de roue pour ne plus vous lâcher. Le cadre me séduisait, un vieil hôpital psychiatrique, dans la Norvège, au passé sombre et glauque. Une policière attachante, qui a subit un traumatisme et a des problèmes de couples. Un homme, soit-disant suicidé, qui ... bon c'est un thriller, difficile de parler de l'intrigue. Cette dernière est bien fichue, utilise des faits déjà utilisés par ailleurs (par exemple Thilliez), mais l'intrigue, le rythme haletant, la policière à laquelle on s'attache, le complot, les rebondissements, l'intensité des situations, bref c'est un vrai page-turner. Si vous avez aimé Le premier miracle de Legardinier, ce livre pourrait bien aussi vous plaire. J'ai dévoré ce livre et je ne le conseille à tour de bras (oui aussi bien Le cri que Le premier miracle).

Note : AAAAA


La présidente Tome 2 : Totalitaire

La présidente Tome 2 : Totalitaire de François Durpaire et Farid Boudjellal (Les arènes, 140 pages, 2016)

La suite de La Présidente dont certaines "prédictions" se sont avérées. Espérons que les prédictions de ce tome 2 n'aboutiront pas, comme l'élection de Donald Trump. De la politique fiction, s'inspirant de faits réels, des programmes, des slogans et de la communication des différents parti en particulier celui du FN. C'est très bien fait et criant de vérité.

Beaucoup plus sérieux et inquiétant que le carnet secret de Marion Maréchal Le Pen. C'est plutôt bien que des auteurs fassent œuvre de réflexion et la BD manifestement se prête bien à la politique d'anticipation.

Vous ne pourrez pas dire que vous n'avez pas été prévenu.

Note : AAAA

mardi 1 novembre 2016

The Man Who Shocked The World: The Life and Legacy of Stanley Milgram de Thomas Blass

1 Kg ! (Milgram)
The Man Who Shocked The World: The Life and Legacy of Stanley Milgram de Thomas Blass (Basic Books, 384 pages, 2004)

Incipit :
 STANLEY MILGRAM WAS  born in the Bronx on August 15, 1933, to Samuel and Adele Milgram, both jewish immigrants from Eastern Europe. They met in the United States and were married in February 1931.

Un titre au jeu de mot électrique !

La biographie d'un psychologue, spécialisé en psychologie sociale, célèbre pour son expérience sur l'autorité, expérience reprises dans de nombreuses publications, dans des films (par exemple I ... comme Icare, avec Yves Montand, ou Experimenter dernièrement, avec Winona Ryder) et toujours dans des cours (par exemple le volume pour les L1 psycho Psychologie Sociale, chez Dunod).

Une vie passionnante, raconté avec force détails, anecdotes, extraits de documents, où l'histoire de la Psychologie Sociale se confond parfois avec les avancées apportées par Milgram. Plusieurs de ses expériences sont présentées (utilisant par exemple la technique de la lettre perdue) comme la théorie du "le monde est petit", où chaque personne peut être reliée à n'importe quelle autre par une à 10 intermédiaires, avec une moyenne de six (les six degrés de séparation). Génial !

J'ai adoré ce livre, aussi bien enchanté par la vie de ce chercheur que par ses découvertes. Le monde de la recherche en psychologie sociale avec les problèmes éthiques soulevés comme avec son expérience sur l'obéissance/soumission à l'autorité. Pourtant, à peine mentionnée à la fin, la SPE (Stanford Prison Experiment) de Zimbardo (né la même année que Milgram, même promo, et toujours en vie ! voir sa conférence TED The psychology of evil) pose bien plus de questions éthiques. De même la comparaison de cette soumission d'américain à une autorité de recherche avec celle des allemands sous le régime nazi occulte le contexte (régime dictatorial, conditionnement de tout un peuple, etc.), la menace (pour les allemands qui protégeait des juifs :  déportation de la famille entière ...) qui n'est pas similaire à celle des américains de classe moyenne qui ont passé cette expérience, dont le contexte (régime démocratique) la menace (pas de menace physique et ils pouvaient quitter l'expérience quand ils le souhaitaient) n'est pas identique (et de loin). Et bizarrement ces différences essentielles ne sont pas soulignées dans ce livre.

Dans Le cercle Psy, ils parlent du film Experimenter, que je vous recommande même s'il est assez scolaire, que Milgram s'adresse au spectateur (j'aime pas trop), et que sa biographie est bien plus complète, détaillée et nuancée. Dans Le cercle Psy ils rappellent que Milgram était aussi cinéaste. Bon en fait il s'intéressait au cinéma, et il a fait quelques documentaires. Pour les voir accrochez-vous, je voulais les acheter, hé bien sur Amazon le coffret est à plus de 2000 euros. Sur TheAlexanderStreet chaque film est aux environs de 200$ et le tout pour 1000$. Donc déjà si on l'achète en France on se fait arnaquer de 1000 euros. Sympa. Mais surtout le prix est prohibitif ! Seule l'expérience sur l'obéissance est disponible sur Youtube, pour les autres films ce sont des bandes annonces. J'ai demandé à quelques bibliothèques, y compris universitaires, elles ne l'avaient pas. j'ai tenté une demande pour que le coffret soit commandé, on verra.

Bref, ce livre m'a passionné (déçu qu'il soit déjà fini), la psychologie sociale est peut-être la branche qui me tenterait le plus ... Bien plus qu'une biographie c'est un livre sur la psychologie sociale, sur la connaissance de l'homme et les débats éthiques liés aux expérimentations humaines. Je vous recommande aussi le Hors Série du magazine Le Cercle Psy qui vient de paraître. Très très intéressant avec force détails sur certaines légendes (Ex : Pinel qui aurait enlevé les chaînes des fous, la vérité est un peu plus pragmatique).

Note : AAAAA

Demian d'Hermann Hesse

Demian : Histoire de la jeunesse d’Émile Sinclair d'Hermann Hesse (Livre de Poche, 219 pages, 1979)
Les portes de la perception

Incipit :
Je commence mon histoire par un évènement de l'époque où, âgé de dix ans, je fréquentais le gymnase de notre petite ville. 
Tout vient à ma rencontre et éveille en moi une douleur sourde et d'agréables frissons : rues sombres et rues claires, maisons et tours, carillons et visages humains, chambres tièdes et confortables, chambres pleines de mystère et de la peur des revenants.

Un livre qui montre les angoisses, la recherche de sens, l'incertitude, les ambivalence, la recherche d'un modèle, comment se distinguer etc. de l’adolescence. Émile Sinclair s'en pose des questions ! Et la religion lui apporte quelques réponses mais cela lui semble incomplet. La rencontre avec une figure tutélaire, Demain, va lui permettre d'évoluer, de changer voire de se transformer.

Par l'auteur de Le Jeu des Perles de Verre, où j'ai reconnu son style, sa quête de dépassement de soi, de recherche de stades supérieurs. Ici beaucoup de figures duales, le bien/le mal, la sécurité/le risque, l'amour/la haine, la sérénité/la peur, Dieu/Satan, vie intérieure/vie extérieure, etc. et le symbole de ce yin yang chrétien, le dieu Abraxas. Il y a un lien étonnant avec une œuvre de Maurits Cornelis Escher  Angels and Demons, qu'on peut voir dans la conférence TED de Zimbardo. Dans un contexte de changement (c'est juste avant la guerre), un monde va renaitre et cela fait écho au changement à l'adolescence où pour créer il faut détruire son monde, afin de mieux renaitre. Beaucoup de symboles dans ce livre (la mère de Demain s'appelle Eve, Demian fait écho au démon etc.) ce qui en fait une lecture riche, profonde, et un sujet de discussion idéal avec votre ado, d'autant que c'est parce que ma fille le lisait que je me suis mis à le lire. Merci chaton !!

Note : AAAA