mardi 24 janvier 2017

Six degrés de liberté de Nicolas Dickner

Six degrés de liberté de Nicolas Dickner (Seuil, 320 pages, janvier 2017)

Incipit :
Lisa pense à l'argent.
Masque à gaz sanglé sur le visage, fourche à la main, elle jette par la fenêtre du grenier des galettes de guano et de gangrène, des squelettes de rhinocéros et des manteaux de vison grouillant de mites - et elle pense à l'argent.
Une condamnée à des travaux d'intérêt général, à la recherche d'un conteneur fantôme (ici le MacGuffin, méthode utilisée par Hitchcock dans La Mort aux trousses par exemple) . Deux adolescents brillants qui montent des projets atypiques. La complexité du capitalisme mondialisé, avec sa production effrénée et vaine,  au travers d'une quête absurde, rocambolesque et assez drôle au final.

J'aime l'écriture, la manière de décrire les situations,  la structure des deux trames narratives qui se rejoignent dans un éclat de rire. Le titre fait penser aux six axes d'un objet, en référence au conteneur de l'histoire, qui échappe à tout contrôle, semble-t-il, et explore les six axes ad libitum (de Savoie).

Un livre amusant, avec un petit côté technothriller, que j'ai dévoré en quelques jours. L'aspect sympathique du livre est qu'il est écrit par un canadien et que certains mots utilisés sont peu usités en France (Par exemple calorifère pour radiateur). Je remercie le magazine Lire de ce mois de me l'avoir fait découvrir !!

Note : AAAA

Figurec de Fabrice Caro

[REALITEC]
Figurec de Fabrice Caro (Gallimard, 232 pages, 2006)

Incipit :
Acte I, scène I

Épitaphine et Jean-Certain sont dans le salon.

Jean-Certain : Tu ne peux pas savoir comme cette visite me fait plaisir !
Épitaphine : Mmmh...A mon avis ce brusque changement cache quelque chose ...

Quel surprise à ce Noël 2016 !! Mon épouse m'a trouvé LE roman de Fabcaro !! Étant grand fan, notamment de Zaï zaï zaï zaï, La Bredoute, Carnet du Pérou, La clôture, ce fût un des beaux cadeaux reçu ! J'attendais beaucoup de ce roman, trop peut-être, adapté en bande-dessinée (et bientôt au cinéma parait-il !!)

Ce livre m'a fait pensé au film d'Alejandro Iñarritu, l'excellent Birdman,  ou encore le film The Game de David Fincher,  entre Réalité et Fiction, jeu de miroirs, dualités, Création/Imaginaire, Faux semblants, Jeux de rôles, jeu des apparences, des illusions, un matrix sociologique en quelque sorte.

Un travail d'écriture étudié, avec des transition de chapitres qui rappellent les fondu-enchaîné acrobatiques des bandes dessinées de l'auteur. On retrouve bien l'esprit de Fabcaro dans ce roman, où, transcendant l'absurdité du monde, on fini prisonnier de son propre jeu dans un parfait équilibre dysfonctionnel.

Note : AAA

dimanche 22 janvier 2017

Nouvelle Vie de Pierre Bordage

Welcome Mister Barcode.
Nouvelle Vie TM et autres récits de Pierre Bordage (Flammarion Étonnants . Classiques, 158 pages, 2011)

Recueil de nouvelles d'anticipation. Je viens de découvrir récemment Pierre Bordage et regrette de ne pas être tombé dessus plus tôt, il a une écriture originale et ses récits mettent en relief beaucoup d'interrogations sur notre futur technologique proche. On sent chez lui un profond humanisme (notamment la nouvelle La classe de Maître Moda) au travers de ses personnages lâches, cyniques, désemparés, souvent des marionnettes au sein d'une société déboussolée voire dégénérée (par exemple breveter le vivant de nos jours revient à breveter des séquences de gènes, Pierre Bordage pousse un peu plus en explorant l'idée de breveter des humains ... encore vivant). A une époque où la bioéthique (entre autre) prend plus de place dans l'espace médiatique, ce recueil pose des questions pertinentes.

Cette édition est destinée aux lycéens. L'avantage est la présentation de l'auteur, une chronologie pour replacer son œuvre, d'un encart photographique (orienté cinéma) explicitant les différentes mouvances en science fiction et d'un dossier final de réflexions incluant articles de presse et critiques.

Note : AAAAA


lundi 16 janvier 2017

Armada by Ernest Cline

Armadada sur mon bidet
Armada by Ernest Cline (Arrow Books, 357 pages, 2015)

Incipit :
I was staring out the classroom window and daydreaming of adventure when I spotted the flying saucer.
I blinked and looked again - but it was still out there, a shiny chrome disc zigzaggging around in the sky.
Un ado très bien classé à un jeu vidéo se retrouve recruté par l'armée en vue de défendre ...

Je suis pas trop space opera ou petits hommes verts. En plus le pitch de départ ressemble beaucoup au film The last starfighter ou encore à d'autres classiques du cinéma fantastique ou de science fiction des années 50, 60, 70. Et je ne dirais rien sur le côté tiré par les cheveux d'un tel pitch. Mais voilà, j'ai bien aimé le livre Player One du même Ernest Cline et j'ai voulu lire plus d'ouvrages de cet auteur et ainsi j'ai commandé Armada mais aussi son essai poétique The importance of being Ernest (jeu de mot avec une pièce d'Oscar Wilde elle-même adaptée au cinéma en 2002 avec Colin Firth et Rupert Everett). C'est moins passionnant que l'excellent Player One. Ceci étant dit, j'ai pris tout de même plaisir à lire ce livre, les personnages sont attachants, le lien avec le père assez bien fait (même si très classique), et le message sur l'équilibre de la terreur (M.A.D. : Mutual Assured Destruction), très guerre froide, ainsi que l'ineptie d'une course aux armements, est bien illustré. Quand au fantasme qu'un jeu vidéo permet de s'entrainer à la guerre, il y a encore un peu de chemin, même si l'usage de drones est très actuel. Moins de références années 80 aux jeux vidéos, films etc., me semble-t-il, que dans Player One mais un bon moment tout de même.

Note: AAAA

Addendum ultérieur : incroyable, je regarde l'épisode 3 de la saison 4 de la brillante série Sherlock et devinez quoi ? La pièce de théâtre d'Oscar Wilde, The importance of being  Earnest est citée !!! 20 mn après cet article où je parlais de la pièce (cf. supra le lien) !?!!!! Je pars jouer au loto, je reviens !

lundi 2 janvier 2017

Player One d'Ernest Cline

Player One d'Ernest Cline (Pocket, 613 pages, 2013 pour l'édition française)

Incipit :
Les gens de mon âge se souviennent tous de l'endroit où ils se trouvaient et de ce qu'ils étaient en train de faire lorsqu'ils ont entendu parler du concours pour la première fois. Moi, j'étais dans ma planque et je regardais des dessins animés lorsque le bulletin d'informations était tombé, interrompant mon flux : James Halliday était mort pendant la nuit.
Un livre construit comme une quête avec plein de rebondissements, une immersion dans un jeu vidéo ou un animé comme dans Tron. Dis comme cela ce n'est pas très vendeur (à part pour les geeks ou les nostalgiques des années 80) et pourtant au delà de la visite d'un musée des premiers jeux vidéos avec force références à la pelle, il décrit bien l'adolescence et ses passions, le passage à l'âge adulte (level up !), et se permet des réflexions sur l'internet et les mondes virtuels (addiction, dépendance, le danger d'un réseau non libre, un modèle économique pour la vie en ligne) et du monde réel (qui part en sucette). Bourré de références, certaines expliquées (mais en général je les connaissais) ou moins expliquées (comme la passphrase tirée du film Starfigther), mais qui est abordable pour tout le monde. Une histoire prenante, très imaginative, un vrai plaisir à lire !!! Je l'ai dévoré en deux jours tellement ce type d'histoire me parle et m'enchante.

Pour ceux nés fin année 60, années 70, qui ont vécu l'adolescence dans les années 80 et qui veulent savoir ce que c'était que de se passionner pour des jeux vidéos maintenant old school. Ahhhh Zork (en mode texte !!!), un hommage magnifique à tout un pan de la culture pop-g33k, il donne au passage une liste d'objets culturels, et il me reste quelques éléments à creuser, rhaaaaa ce livre est ma bible ! Mon Da-Vinci Coder. Aller je vais le relire tiens, en anglais cette fois. L'auteur a écrit le scénario de Fanboys !! Un de mes films culte .... Ernest Cline, merci pour ce moment.

Note : AAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAA


01010100 01101000 01100001 01101110 01101011 00100000 01111001 01101111 01110101 00100000 01000101 01110010 01101110 01100101 01110011 01110100 00100000 01000011 01101100 01101001 01101110 01100101 00100000 01100110 01101111 01110010 00100000 01110100 01101000 01101001 01110011 00100000 01100001 01101101 01100001 01111010 01101001 01101110 01100111 00100000 01110011 01110100 01101111 01110010 01111001 00100000 00100001