dimanche 26 novembre 2017

Petit voyage dans le monde des quanta d'Etienne Klein

Petit voyage dans le monde des quanta d’Étienne Klein (Champs sciences, 193 pages, 2004)

Incipit :
Voici un atome, un atome d'hydrogène, le plus simple de tous. Le plus petit aussi, ne serai-ce que du point de vue du nombre de ses constituants. Son noyau se résume à un simple proton, autour duquel un unique électron, minuscule, tourbillonne sous l'effet de la force électrique attractive qui le lie au proton, de charge électrique opposée à la sienne.
Suite à un début d'échange mail avec une amie sur l'intrication, le calcul quantique qui serait global et qu'on pourrait rapprocher des fulgurances du cerveau, j'ai réorienté temporairement ma lecture sur un livre scientifique portant sur de tels concepts. D'ailleurs l'incipit ne doit pas être pris au pied de la lettre tant il est relié à une manière de penser passée d'une vision du monde. Lorsqu'il y a révolution on l'explique avec nos conceptions passées, il faudrait aussi révolutionner notre manière de voir, de définir, de décrire. L'auteur nous montre ici les défis sur comment conceptualiser la physique quantique, comme la penser, comment inventer de nouveaux mots plus conforme à ce qui est constaté dans les expériences, mais comment aussi les mots peuvent induire en erreur (le principe d'incertitude où le mot incertitude est mal choisi), et où on en revient aux fondamentaux, qu'est-ce que le réel, qu'est-ce qu'une mesure ? (liste non exhaustive, le livre est bien sûr plus complet). Plus profond encore, dans quelle mesure la théorie doit être un reflet de ce qu'on appelle le réel ou est-ce qu'un outil, fut-il conforme eux faits observables, peut se réduire à n'être qu'un outil, après tout s'il fonctionne a t on besoin d'aller plus loin ? Mais ne se doit il pas d'être intrinsèquement et ontologiquement conforme au réel ? N'est-ce pas plus satisfaisant qu'il y ait un lien fort entre l'outil et philosophiquement une vision du monde tel qu'il fonctionnerait ? Ce livre offre les différentes approches et les différents débats qui occupent encore de nos jours les physiciens. Au delà des formules il y des réflexions profondes sur l'épistémologie mais aussi plus généralement sur la philosophie qui essayent d'offrir une vision intelligible, cohérente et complète du monde. Dans le numéro de Science et Avenir de ce mois il y a de la cryptographie quantique à base de photons intriqués, voilà une application pratique assez troublante. Ce livre explique aussi la décohérence et donc pourquoi au niveau macroscopique les attributs quantiques disparaissent. Le milieu ambiant, à l'instar d'un observateur et surtout d'un appareil d'observation (qui utilise par exemple la lumière), modifient l'état quantique des particules, et cela avec très peu de photons (par exemple), alors à notre niveau macro, sur des objets énormes par rapport à une particule, il y a longtemps que ces attributs quantiques ont été modifiés et ne sont plus à l'état latent. Un livre à relire tant les sujets évoqués sont fondamentaux et ici dans un texte accessible pour moi.

Note : AAAAA

samedi 25 novembre 2017

L'art de vivre de William Hart

L'art de vivre Méditation Vipassanã enseignée par S. N. Goenka de William Hart (Points/Sagesses, 248 pages, 2012)

Incipit :
Supposez que vous ayez la possibilité de vous libérer de toutes vos responsabilités de le vie dans le monde pendant dix jours, en disposant d'un lieu tranquille et retiré où demeurer, protégé des dérangements extérieurs. Dans ce lieu, vos besoins matériels seraient satisfaits ; des auxiliaires seraient disponibles pour veiller à un confort raisonnable.
Un livre qui explique en quoi consiste la méditation Vipassanã telle qu'enseignée par S. N. Goenka. Elle provient d'une technique redécouverte il y a 2500 ans par le Bouddha. Elle s'appuie sur un cours de dix jours, enseignement et méditation particulière, qui permet de s'isoler avec soi-même sans perturbations, pour un volume de 100 heures de méditation au total.

Ces dix jours particuliers vont permettre au méditant d'apprendre à se concentrer, à se mettre en observateur, et en tant qu'observateur de se focaliser sur ses émotions/sensations de manière détaché et équanime. Et ce n'est pas facile. Préparez vous à souffrir ! Ce livre expose clairement la méthode et ses objectifs, des questions/réponses complètent l'ensemble. Le livre est parfois redondant ce qui, d'un point de vue pédagogique, me semble important. Au final un appendice reprend en quelques pages, comme un résumé, l'ensemble du livre mais c'est bien en ayant tout lu que je pense m'être bien imprégné de l'enseignement. Mais le plus important est de pratiquer, d'expérimenter par soi-même, sans cela ce cours ne sert à rien et ne serait qu'une perte de temps. Ce n'est pas moi qui le dit mais le livre même. Ayant pu par des méditations de plus en plus longue et une introspection mieux guidée m'apercevoir par la pratique de la véracité de cet ouvrage je ne peux que le recommander à toute personne souhaitant s'enquérir sur cette pratique. A la fin de l'ouvrage une liste de centres est proposé, en France c'est le Dhamma Mahi.

Note : AAAAAA

mardi 21 novembre 2017

Les vieux fourneaux Tome 4 de Lupano et Cauuet

Les vieux fourneaux Tome 4 La magicienne de Lupano et Cauuet (Dargaud, 56 pages, 2017)

Ha là c'est déjà un cran nettement au dessus du dernier Astérix. Ok, c'est pas le même public, et il est injuste de comparer. Disons que cela m'apporte plus de matière à réflexion et à sourire. Toujours dans le même esprit que les précédents. Je m'attache de plus à en plus à ce village et ses histoires emberlificotées, et surtout les références à l’actualité ou à des sujets polémiques et la manière dont c'est présenté est assez drôle. Bon je ne sais pas trop quoi ajouter, la journée à été longue, cet après-midi j'étais en formation et surtout j'ai Jeanne d'Arcadie sous le feu, enfin façon de parler, et comme cela se passe pas mal à Orléans (je suis quasi à côté) dans des quartiers où j'ai usé mes semelles, et quand j'apprends que la rue Sainte Catherine où j'ai habité avait un relais templier ... bref je vous en dirais plus lorsque je l'aurais fini.

Note : AAA

Astérix et la transitalique de Gosciny et Uderzo

Astérix et la transitalique de Gosciny et Uderzo mais en fait Ferri & Conrad (Dargaud, 48 pages, 2017)

Oui ce blog est encore en vie. J'ai juste fait un tour d'une semaine à Nantes pour un congrès très riche en informations et ramené des souvenirs ainsi que des caramels au beurre salé. J'ai aussi commencé une autre lecture (une de plus, c'est pas malin) aka Homo Deus tant j'avais apprécié Sapiens, et j'ai donc un peu dérivé sur le cumul de lecture en parallèle, ce qui veut dire qu'à un moment je vais en terminer plusieurs et que ce blog va exploser ! J'ai surtout, suite au dernier Club de Lecture, entamé un livre sur Jeanne d'Arcadie, un pavé, avec une lecture non conformiste emplie de symbolisme ... un pavé disais-je, de 522 pages écrit petit avec des marges ridicules donc plus proche du 900 pages dans un format standard. Mais attention, hein, j'ai réussi à ne pas débuter Petit voyage dans le monde des quanta (d’Étienne Klein), oui vous pouvez applaudir, et tout ça à cause d'un copain qui m'a recommandé une excellente vidéo sur les objets (du même Étienne Klein) et qui explique que le principe d'incertitude a peu été compris (c'est clairement plus proche du principe d'indétermination), le début avec la citation de Nietzsche est pas mal non plus. Ah oui Astérix ... bon c'est un cadeau de mon épouse, difficile après de nuancer ma déception ... J'étais mitigé avec les précédents, je reste toujours mitigé ... il est vrai que cela m'a rappelé un peu Les fous du volant, mais bon, certes cela se lis mais quitte à acheter une BD je préfèrerais le volume 4 de l'Incal ... (oui, on ne sait jamais pour Noël ...)

Note : A

samedi 11 novembre 2017

Sapiens, une brève histoire de l'humanité de Yuval Noah Harari

«ça pionce »
une brève histoire du sommeil
Sapiens, une brève histoire de l'humanité de Yuval Noah Harari (Albin Michel, 492 pages, 2015)

Incipit :
 Il y a environ 13,5 milliards d'années, la matière, l'énergie, le temps et l'espace apparaissaient à l'occasion du Big Bang. L'histoire de  ces traits fondamentaux de notre univers est ce qu'on appelle la physique.
 Environ 300 000 ans après leur apparition, la matière et l'énergie commencèrent à se fondre en structures complexes, appelées atomes, lesquels se combinèrent ensuite en molécules. L'histoire des atomes, des molécules et de leurs interactions est ce qu'on appelle la chimie.

Raconter l'histoire de l'humanité (fusse-t-il brièvement) est une gageure largement réussie par cet ouvrage. A l'instar de l'excellent Jared Diamond, Yuval Noah Harari propose une vision d'ensemble avec un art consommé de la synthèse, de rapprochements d'idées, a priori éloignées dans le temps et l'espace, pour mieux nous surprendre ou nous faire réfléchir. Souvent la fin d'un paragraphe ou celle d'un chapitre est proche de la phrase qui tue qui, si elle était citée hors contexte ou amputée des paragraphes explicatifs qui précèdent serait balayée d'un geste. Un livre qui propose des angles ou une nouvelle perspective et donc de mieux embrasser, si tant est cela possible, une meilleure objectivité de notre monde. Beaucoup d'idées, une fois le regard distancié, remettent en cause nos préjugés ou nos croyances d'une manière à la fois fondamentale et radicale. Des questions essentielles, pour les personnes curieuses, sont ici abordées, y compris celle du bonheur. Beaucoup d'analyses présentées ne sont pas à l'honneur d'Homo Sapiens (la cause animale est ici superbement défendue), d'autres montrerons notre soumission à des idéologies ou à notre chimie. Parfois l'auteur utilise des raccourcis (souvent édifiants et non dénués d'humour) ou tronque des références (comme celui de l'Oracle de Delphes, p. 461 qui ne se résume pas au "Connais-toi toi même", il manque la phrase qui suit) mais devant la prouesse de tout condenser en 400 pages je m'incline bien bas, voire sous terre. Différemment de la théorie du complot de sociétés secrètes ou autre, et notamment utilisée par l'extrême droite, une des raisons profondes de la révolution française, bien plus plausible ici, serait liée fortement au manque de financement et au manque de crédit (le détail de l'explication dans le livre !). Mais surtout certaines révolutions posent questions, comme la révolution agricole ou encore cognitive. Pour cette dernière, pour faire simple, Sapiens a un gros cerveau, ok, mais devant Néandertalien ou un tigre à dent de sabre, cela ne fait pas la différence. A l'époque un Q.I. de 160 aurait du perdre devant une mâchoire acérée ou des muscles aguerris. Et pourtant, Sapiens a survécut. Pourquoi ? Comment ? Vous trouverez dans ce livre quelques pistes de réponses. S'appuyant sur les dernières recherches Harari offre à son lecteur un condensé de réflexions comme peu souvent. J'aurais des centaines de raisons d'en parler, mais le mieux est de vous inciter fortement à le lire et à vous faire votre propre opinion. Pour qui souhaite avoir des éléments de discussions, ce livre en regorge à foison. La partie sur le bonheur ou encore celle sur notre future sont une source de réflexions étonnantes et fructueuses. Au point que je me dit qu'il faudra relire ce livre sous peine d'en oublier rapidement les pépites. Qu'il y ait en plus une partie sur le bouddhisme n'est pas pour me déplaire et qui est cohérent avec mes autre lectures, comme L'infini dans la paume de la main. La fin qui ébauche la révolution génétique ainsi que l'avènement d'un nouveau règne en sus du minéral, végétal et animal (il s'agit de l'artificiel) est un peu court à mon goût. Les avancées stupéfiantes de CRISPR-Cas9 laissent songeur. Le cas d'une véritable Intelligence Artificielle méritent réflexion comme dans Chatbot, le transhumanisme est à peine abordé mais néanmoins ce livre reste une référence. L'empreinte digitale qui fait le i de Sapiens est à elle toute seule une idée brillante tant elle est riche de symboles. Lien avec la main de la grotte Chauvet, l'évolution technologique (caractéristiques d'une personne, traçabilité), l'individualité (biométrie), etc.

Bref, un livre tout à fait fascinant. Une référence tant son accessibilité est aisée et tant il est abordable par tous. Si je n'avais emprunté hier soir au Club de Lecture un livre j'aurais de suite commencé son autre ouvrage Homo Deus : a brief history of Tomorrow (Oui, cette fois en anglais, car là je vais devoir le commander alors autant en même temps pratiquer mon anglais)

Note : AAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAA puissance 12