samedi 17 février 2018

Gilgamesh la quête de l'immortalité de Stephen Mitchell

Gilgamesh la quête de l'immortalité de Stephen Mitchell (Synchronique Éditions, 242 pages [Introduction et notes inclues], 2013)

Incipit :
Voici venir celui qui parcourut la Terre,
Et qui se tint devant les Secrets éternels,
Il vit tous les pays, pénétra tous les lieux,
Goûta toutes les joies et tous les désespoirs.
Voici venir celui qui connut les Mystères,
Et qui nous parla des jours antédiluviens.
Un texte fécond qui rappelle sur le fond et la forme le conte, un texte antique qui nous vient du début de l'écrit et force le respect, cette force du mythe, cette puissance poétique qui résonne en nous, lecteur, comme ce moment étonnant où est décrit Le Déluge, celui-là même qu'il est possible de retrouver dans La Genèse, oui la Bible. Et ce passage où le soleil passe la nuit dans un tunnel ... Dire que cela a été retrouvé sur des tablettes de cunéiforme, la beauté de cette écriture, qui rappelle cette très grande société que furent les sumériens.

Une très belle collection que nous offre l'éditeur où il est possible d'y trouver le Tao (il est sur mon bureau) ou le Bhagavad Gita. Un livre qui plaira à ceux épris de textes anciens comme ceux d'Homère.

Avec cette épopée j'y vois pleins de correspondances avec mes lectures récentes comme sur le transhumanisme (La révolution transhumaniste de Luc Ferry, Homo Deus de Yuval Noah Harari, Origin de Dan Brown, ou encore Une vie sans fin de Frédéric Beigbeder sans parler de mes lectures sur le bouddhisme ou la physique quantique. Sur ce dernier point je compte lire sous peu Le Tao de la physique) à savoir celle d'une quête de l'immortalité, quête vieille comme le monde, celle du dépassement de soi et de la recherche du sens de la vie et de l'humanité.

Bref un texte fondateur que tout un chacun pourrait lire pour en retirer de profonds enseignements.

Note : AAAAA

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire