samedi 31 mars 2018

Ma Reine de Jean-Baptiste Andrea

Dessine moi un mouton !
Ma Reine de Jean-Baptiste Andrea (L'Iconoclaste, 222 pages, 2017)

Incipit :
Je tombais, je tombais et j'avais oublié pourquoi. C'était comme si j'étais toujours tombé. Des étoiles passaient au-dessus de ma tête, sous mes pieds, autour de moi, je moulinais pour m'y raccrocher mais je n'attrapais que du vide. Je tourbillonnais dans un grand souffle d'air mouillé.
Shell, un enfant un peu simplet décide pour devenir un homme de partir à la guerre. Il croise la destinée d'une jeune fille et un lien particulier va se nouer entre eux, un pacte particulier. Un des livres de la Sélection du Prix Emmanuel-Roblès 2018.

Une histoire touchante de naïveté, de poésie et de rêve. L'auteur a réussit à capter quelque chose de rare, quelque chose qui touche à la nature profonde de l'âme humaine. Teinté d'humour involontaire, jamais au détriment du personnage de Shell, que cela rend très attachant. Un drame dont la charge émotionnelle qui m'a fait couler quelques larmes à la fin, et qui m'a rappelé Des fleurs pour Algernon ou La nuit des temps de Barjavel. Je sais je suis trop fragile. Un premier roman sur l'enfance très réussit, brodant sur les rêves qu'on peut avoir pour se réaliser, à cet âge où tout semble possible. Bon maintenant pour le classement il est quasi ex-aequo pour la première place avec L'ivresse du sergent dida, d'un autre côté il me reste encore à lire Fugitive parce que reine, donc tout n'est pas joué mais quand même ce livre m'a beaucoup plu.

Note : AAAAA

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire