mardi 10 avril 2018

L'Inquisition de Didier Le Fur

Dieu est amour et compassion
L'Inquisition de Didier Le Fur (Livre de poche, 183 pages, 2012)

Incipit :
Ce ne fut pas, comme on l'a longtemps supposé, l'ambition, l'intolérance et le fanatisme de l'église catholique qui installèrent l'Inquisition. Son motif, à l'origine, était tout à fait honorable : sauver les âmes et conserver la chrétienté. Si sa naissance au sens strict date des années 1231-1233, elle ne fut pas une institution mûrement réfléchie, mais la manifestation d'une évolution des anciennes méthodes en usage, l'aboutissement d'une longue série de mesures soumises à de nombreux impératifs, afin de découvrir puis de supprimer les crimes supposés de dissidents dont le nombre s'était considérablement développé tout au long du XIIe siècle. Obsédé par son unité, l’Église Catholique romaine craignait justement de la perdre.

Un début assez lénifiant dont l'argumentaire pour excuser des bûchers, relativiser la torture, la prison à vie (donc condamnation à mort) consiste à dire que ce n'était pas planifié et qu'après tout l'église souhaitait seulement supprimer les crimes supposés (sic) et parfois la personne elle-même (Là c'est moi qui le rajoute). On découvrira au cours du livre qu'il s'agit bien de préserver un pouvoir et comme tout pouvoir d'utiliser la force, même si celle-ci est emballée d'un discours spirituel (ce qui à mon sens le rend encore plus pernicieux). Le point d'histoire vraiment intéressant est de souligner qu'il y a eu, au regard de la période concernée, assez peu de bûcher. Pour le reste c'est écrit du point du vue du vainqueur, les Vaudois et les Cathares apprécieront. Le quatrième de couverture du livre Le manuel des inquisiteurs (Albin Michel) a un point de vue sensiblement moins édulcoré. J'en parlerais plus une fois lu (Pas bête, hein ?).

Note : AA

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire