lundi 28 mai 2018

Tao Te King de Lao-Tseu traduit par Stephen Mitchell

Tao Te King de Lao-Tseu traduit par Stephen Mitchell, calligraphies de Ou Yang Jiao Jia (Synchronique éditions, 127 pages, 2012)

Incipit :
Le tao qui peut être exprimé
n'est pas le Tao éternel.
Le nom qui peut être nommé
n'est pas le Nom éternel.

L'indicible est l'éternellement réel.
Nommer est l'origine
de toutes choses particulières.

Un très beau livre au format poche, avec un élastique de protection et une couverture forte. Je l'ai lu deux fois pour l'instant, croyant saisir un sens pour qu'il m'échappe aussitôt. Accompagné de belles calligraphies sur lesquelles on peut s'abandonner. Traduit par le même auteur que pour Gilgamesh ou le Bhagavad Gita. Une belle collection de textes antiques fondamentaux. Je n'ai pas encore atteint l'illumination mais j'y travaille. Cela accompagne mes lectures bouddhistes et mes méditations.

Note : AAAAAAA

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire