mercredi 9 mai 2018

Une tempête d'Aimé Césaire

Une tempête d'Aimé Césaire (Points, 92 pages, 1997)

Incipit :
Scène I
GONZALO
Bien entendu, nous ne sommes qu'un fétu de paille dans cet océan déchaîné, mais Messieurs, tout n'est pas pour autant perdu, il n'y a qu'à tâcher de gagner le centre de la tempête.

Titre ainsi que la pièce est librement inspiré de La tempête de Shakespeare. Titre éminemment symbolique s'il en est. Une pièce à bien des points riche et dense de réflexion. Un des personnages me rappelle Martin Luther King (en plus il parle d'un rêve) quant à l'autre plus radical il me rappelle Malcolm X. Les thèmes variés me rappellent la controverse de Valladolid et une variante sur l'oppression, la domination, l'émancipation, l'esclavage, le pouvoir, la colonisation, la soumission, l'aliénation et j'en passe avec comme point d'orgue et de conclusion la Liberté. Très bien écrit, avec même de la poésie. Un très grand livre.

Note : AAAAA

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire