dimanche 29 juillet 2018

The secret history of magic by P. Lamont and J. Steinmeyer

Hé Manu tu descend ?
The secret history of magic. The true story of the deceptive art by Peter Lamont and Jim Steinmeyer (TarcherPerigee book, 357 pages, 2018)

Incipit :
A long time ago, in ancient Egypt, there was a magician whose name was Djedi. On one particular day, Djedi was summoned to appear before the Pharaoh. So he went to the palace and stood before the Pharaoh. And he performed a miraculous feat with a goose.

Les auteurs revisitent l'histoire de la magie, de celle des illusionnistes, la distinguant des miracles ou du paranormal. Ils mettent en avant les points théoriques sur la magie et les principes sous-jacent qui créent le merveilleux. Un autre aspect de l'ouvrage est de revisiter la mythologie des origines de l'histoire de la magie et des raisons de cette mythologie. Non, nos ancêtres n'étaient pas les crédules qu'on veut nous faire croire et ils faisaient bien la différence entre la sorcellerie, les miracles et les tours de magie du bateleur itinérant. Souvent, pour ne pas dire tout le temps, il y a adéquation entre l'évolution de l'art de illusionnisme et les conditions économiques, sociales et technologiques. Les raisons d'un succès, d'un type d'effet, sont intrinsèquement liés aux goûts, à l'air du temps, à la vision du monde, à la culture, au zeitgeist d'une époque. Par exemple la fabrication de la femme comme faire-valoir et victime, est mis en relation avec l'histoire des suffragettes et de la tentative par les femmes de retrouver la place qui leur est due. Sans y répondre de manière définitive, les auteurs s'interrogent également sur le sens de la magie comme art, et pourquoi ce dernier perdure toujours de nos jours, à l'époque de l'internet, du transhumanisme et des smartphones. Comme le soulignait Arthur C. Clarke dont une de ses trois lois  "Toute technologie suffisamment avancée est indiscernable de la magie". Une phrase claire et profonde qui délimite ce qui relève de la science ou de la croyance. Le point qui m'a le plus surpris est la démystification du storytelling du livre autobiographique de Robert-Houdin. Les points qu'ils font valoir méritent le détour. Des techniques comme le muscle reading, le cold reading, les mouvements idéomoteurs qui expliquent les phénomènes comme le pendule ou les tables Ouija sont un plus pour ceux qui n'y seraient pas familier. Mais surtout peu importe la méthode utilisée par l’illusionniste, ce n'est pas la méthode qui est importante mais de créer une illusion si puissante qu'on ressent en soi l'impossibilité voire le merveilleux, sentiment bien au delà de la médiocre recherche à résoudre ce qui s'apparente à un puzzle à résoudre, qui n'est pas la Magie mais un simple tour de magie, qui sépare le magicien lambda d'un véritable faiseur de miracle sachant que l’illusionniste arrive à ce miracle tout en sachant qu'il n'a pas de pouvoir particulier. C'est cette singularité qui rend cet art si surprenant.

Ce qui m'a tout de même gêné dans ce livre est le mélange des différents points vues abordés, parfois c'est l'histoire, parfois la théorie sur la magie, parfois la démythification, parfois la lutte féroce entre les magiciens, qui donnent l'impression que différentes parties ont été écrites par différentes personnes puis assemblées, au point qu'on passe parfois du coq à l'âne, un côté fourre-tout, et cela donne un manque d'unité à l'ensemble, et laisse un sentiment de confusion et d'inachevé. On note aussi de manière récurrente des passages redondants, ce qui est déplaisant à la longue. Parfois un magicien célèbre est cité (par exemple Ricky Jay) parce que les auteurs ressentent le besoin de le citer mais sans apporter quoi que ce soit de plus, et c'est bien dommage. Mais cela reste une lecture fructueuse et passionnante sur certains points. D'autres livres sur le sujet me semblent tout de même plus pertinents.

Note : AAA

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire