dimanche 7 octobre 2018

Histoire de la pensée de Lucien Jerphagnon

Anti-manuel du capitalisme
Histoire de la pensée. D'Homère à Jeanne d'Arc de Lucien Jerphagnon (Pluriel, 575 pages, 2009)

Incipit :
La philosophie ? Le mot, déjà, inquiète, et la chose, pour autant qu'on en ait l'expérience, ne rassure pas. Cela ressemble bien à une science, encore qu'au sens large  -  mais qui s'occupe de ... ? Et quant aux gens qui en font profession, de nos jours presque exclusivement des professeurs, on leur assigne auprès du commun des mortels un ministère à part, dont le prestige fascine et agace.

Une histoire fascinante et vertigineuse de la pensée, que j'aurais bien poursuivie jusqu'au XXème siècle. Une fois embarqué j'ai été surpris que cela s'arrête. Ah zut c'est fini. Quelques passages pas toujours faciles d'accès mais l'effort dans la vulgarisation et la volonté de partager est manifeste. La complexité est riche d'enseignement, la multiplicité des points de vue, des approches, l'influence considérables des évènements historiques ou encore les effets du judéo-christianisme sur l'évolution de la pensée rend ce livre indispensable à un minimum de compréhension des enjeux, des luttes sans merci entre les tenants d'une orthodoxie et ceux que rien n'arrête. La philosophie n'est pas un long fleuve tranquille et les philosophes, qu'elle qu'en soit la définition, ne sont pas toujours d'une grande tolérance, ouverture d'esprit ou n'appliquent pas le minimum attendu de leur part, que ce soit l''esprit critique ou l'art de convaincre de manière argumentée (Il arrive que tous les coups soient permis d'une certaine manière, l'ouvrage aurait pu s'intituler L'art de la guerre ... des idées). Humain trop humain. Bon, je mesure aussi l'abyssale ignorance dans laquelle je baigne et l'illusion hallucinante (c'est le cas de le dire) de croire que je maîtrise quoi que ce soit. La condition humaine, en somme, dans la version de la caverne, de Magritte). Limitations et finitude est notre lot. Limité par nos sens, quelles seront les limitations d'une I.A. qui n'en est guère dotée ? Hein , je dérive ? Ah oui M. Jerphagnon ne parle pas de cela. Mais de la philosophie antique, celle qui me plait. Livre qui ne peut se résumer mais fortement recommandé, ne serait-ce que pour l'éclairage sur la diversité stupéfiante des pensées ici décrites ainsi que de leur naissance, vie et mort parfois. Et voilà, maintenant j'ai aussi envie de découvrir encore d'autres auteurs. Faut absolument que je me réincarne en chat ... pour avoir sept vies (mais croisé avec une baleine du Groenland pour la durée de vie). Je lirais alors des philosophes, en ronronnant sur un coussin près d'un âtre gothique, au fond d'une piscine, après m'être goinfré de croquettes fourrées au krill. Ron ... rrr ... ron ... rrr ... mince j'ai un morceau de krill coincé dans un de mes fanons, et le feu s'est encore éteint, faut dire au fond d'une piscine aussi ... En tout cas merci à Lucien Jerphagnon pour son ouvrage d'une grande richesse intellectuelle.

Note : AAAAAAAAAA

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire