vendredi 2 novembre 2018

Le Banquet de Platon

Le Banquet de Platon (Flammarion, p. 5 à 189 avec les notes, 2008)

Incipit :
Je crois que je ne suis pas mal préparé à vous faire le récit que vous me demandez : car il y a peu de jours, comme je revenais de ma maison de Phalère un homme de ma connaissance, qui venait derrière moi, m’aperçut, et m’appela de loin : Hé quoi, s’écria-t-il en badinant, un homme de Phalère aller si vite ? — Je m’arrêtai, et l’attendis. — Apollodore, me dit-il, je te cherchais justement pour te demander ce qui s’était passé chez Agathon le jour que Socrate et Alcibiade y soupèrent. On dit que toute la conversation roula sur l’amour, et je mourais d’envie d’entendre ce qui s’était dit de part et d’autre sur cette matière. J’en ai bien su quelque chose par un homme à qui Phénix, fils de Philippe, avait raconté une partie de leurs discours ; mais cet homme ne me disait rien de certain : il m’apprit seulement que tu savais le détail de cet entretien ; conte-le-moi donc, je te prie : aussi bien, c’est un devoir pour toi de faire connaître ce qu’a dit ton ami. Mais, avant tout, dis-moi si tu étais présent à cette conversation ? — Il paraît bien, lui répondis-je, que ton homme ne t’a rien dit de certain, puisque tu parles de cette conversation comme d’une chose arrivée depuis peu, et comme si j’avais pu y être présent. — Je le croyais.
  C'est mon troisième ouvrage de Platon, après l'Apologie et Gorgias. Là Socrate fait moins le malin, Diotime lui sert sa recette fétiche de sa maïeutique et c'est Socrate qui se retrouve sur la braise, mais c'est un texte qui parle principalement de l'Amour, l’Éros, au cours d'un banquet. Bon petit souci, je l'ai lu il y a déjà quelques semaines et depuis je suis passé à plusieurs choses différentes. J'aurais du prendre des notes pour faire un article un peu plus abouti, ou ne pas attendre autant pour l'écrire. D'un autre côté c'est Phèdre et le Timée que je voulais lire, mais il était recommandé dans je ne sais plus quel blog de commencer par L'Apologie, Le Banquet etc. Ok, pourquoi pas. Il est vrai que sous l'apparence trompeuse d'échanges, les thématiques traitées sont assez profondes en fait. J'aime bien aussi que Platon ne propose pas de système tout fait, de conclusion ou d'un vadémécum qui dispenserait de penser par soi-même. Et puis avant d'avoir une analyse plus poussée de la pensée de Platon, encore faudrait-il avoir tout lu (et relu), mis en perspective, ordonnancé dans le temps et dans les différents contextes etc. C'est d'ailleurs pour cela que je potasse en parallèle le Bescherelle sur l'Histoire de la Philosophie (Oui quand je me met à quelque chose je fonce, c'est encyclo, cd audio, livres, blog de philo etc.). Enfin je fonce, disons que je réoriente mes énergies, j'abandonne les occupations peu nourrissantes et réduit ma dispersion à un objectif plus concis.

I'm gonna swing from the chandelier, from the chandelier
I'm gonna live like tomorrow doesn't exist
Like it doesn't exist
I'm gonna fly like a bird through the night, feel my tears as they dry
I'm gonna swing from the chandelier, from the chandelier

Chandelier - Sia


Note : AAA

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire