vendredi 2 novembre 2018

Le miracle Spinoza de Frédéric Lenoir

Le miracle Spinoza de Frédéric Lenoir (Fayard, 234 pages, 2017)

Incipit :
Le miracle Spinoza

La vie a parfois de bien curieuses malices. Deux hommes, parmi les plus grands génies de l’humanité, sont nés à moins d’un mois d’intervalle, ont vécu fort modestement à quelques kilomètres l’un de l’autre, sont décédés relativement jeunes (à 43 et 44 ans) et assez pauvres pour laisser des dettes à leurs héritiers. Même si leur œuvre a eu un certain rayonnement de leur vivant, ce n’est que plus de deux siècles après leur disparition que leur génie a été reconnu et que leur influence est devenue planétaire. L’un était peintre, l’autre était philosophe. Tous deux sont nés aux Pays-Bas en 1632. Johannes Vermeer et Baruch Spinoza ne se sont jamais rencontrés. Il y a pourtant, outre leur biographie, une étonnante parenté dans leur œuvre : la lumière. La qualité de la lumière des intérieurs de Vermeer fait écho aux lumineuses démonstrations de Spinoza, elles nous font regarder l’homme et le monde autrement.

J’ai rencontré Spinoza assez tardivement, mais ce fut une des rencontres les plus marquantes de mon existence. C’est alors que j’ai compris pourquoi Vermeer était le peintre qui me touchait sans doute le plus : l’harmonie que révèle la lumière de ses toiles a sur moi, comme la pensée du philosophe, un effet profondément apaisant.

Un livre clair et passionnant sur la philosophie de Spinoza. Un complément au livre d'Irvin Yalom, d'ailleurs cité la bibliographie en fin d'ouvrage, mais aussi pour moi des cours audio. Quelques passages où j'aurais bien aimé disserter avec l'auteur pour quelques éclaircissements mais globalement accessible. Je suis en mode immersion totale, sans scaphandre, sans GPS et je me laisse bercer par l'histoire de la pensée et des idées des différents philosophes au cours de l'Histoire. C'est tout bonnement fascinant ... je commence à percevoir des liens, des similitudes, des approches nuancées d'un même problème fondamental. Là en ce moment c'est un cours audio sur Pascal, et j'ai un tout autre regard sur son livre des Pensées, que j'ai du lire un peu au lycée (Cela compte plus c'était il y a longtemps, aucun souvenir).

Ne pas se moquer, ne pas se lamenter,
ne pas détester, mais comprendre.
Baruch Spinoza

Note : AAAAA

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire