vendredi 21 décembre 2018

La confrérie des éveillés de Jacques Attali

Vincit omnia veritas.
La confrérie des éveillés de Jacques Attali (Livre de poche, 310 pages, 2004)

Incipit étendu :
En ce temps-là, à Cordoue, le pont de pierre jeté onze siècles auparavant à travers le Guadalquivir par les troupes de l'empereur Auguste était, en fin d'après-midi, le lieu de toutes les rencontres.

L'histoire fictionnelle de la rencontre de deux personnages historiques, Avicenne et Averroès, pris dans une intrigue tournant autour d'un livre mystérieux qui, si le contenu en était révélé, changerait la compréhension et la face du monde. Une confrérie, les éveillés, en protège le secret, à l'instar de la confrérie de l'épée cruciforme protégeant le Graal dans Indiana Jones et la dernière croisade. Historiquement, c'est intéressant de se retrouver en plein XIIème siècle. La reconstitution, pour ce que j'en sais (rien, donc) est passionnante. Quant à l'intrigue même, en raison aussi d'une fin qui ne m'a pas convaincu, je reste un peu sur ma faim. Les différents débats théologiques présentés au fil de l'eau et les intrigues de palais rajoutent suffisamment d'intérêt pour que ce livre vaille tout de même le détour.


Tout le monde tient le beau pour le beau,
c'est en cela que réside la laideur.
Tout le monde tient le bien pour le bien,
c'est en cela que réside le mal.
Lao-Tseu.
Note : AAA

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire