dimanche 2 décembre 2018

René Guénon d'Erik Sablé

Je suis ton père ...
René Guénon Le visage de l'éternité d'Erik Sablé (Points Sagesse, 144 pages, 2013)

Incipit :
René Guénon est mort en 1951 au Caire. Son œuvre, qui traite aussi bien des spiritualités orientales, de l'initiation, du symbolisme que de critique sociale, resta discrète. Elle n'occupa jamais le devant de la scène médiatique, et pourtant elle passionna, intéressa ou intrigua de nombreux esprits parmi les plus brillants de son époque.

Je croyais que ce livre était une biographie !. Me rappelle plus où j'ai trouvé ce nom de René Guénon et j'avais acheté ce livre il y a quelques mois et là j'ai eu envie de le lire car j'ai du revoir son nom quelque part, peut-être dans Le Tao de la Physique, je ne sais plus, en tout cas une lecture récente. En fait c'est un livre sur les points essentiels de la pensée de René Guénon : L'infini (alors là cela me parle car dans Le Tao de la physique, L'infini dans la paume de la main ou La Docte Ignorance cela en parle beaucoup), La connaissance (qui me rappelle Edgar Morin), L'initiation, Les pièges de la voie, La société traditionnelle et la modernité. Des sujets passionnants, bien présentés, avec des clés de lecture ou des points précis sur la Tradition qui m'ont convaincus et éclairé. Il y a quelques éléments qui m'ont un peu surpris : la théorie de Darwin et le créationnisme mis sur le même plan (!) : je cite «De fait, la théorie de Darwin est tout aussi irrationnelle que le créationnisme» (p. 49), ce qui me parait pour le moins très discutable, et c'est un euphémisme, la primauté à la théocratie (p. 116), la caste communisme serait peut-être (c'est moi qui souligne) plus tyrannique et violente que le système qu'il a remplacé (p.126)... Le stalinisme ce sont des millions de morts (famine et goulag, et cela sans parler de la stratégie un fusil pour deux lors de la deuxième guerre mondiale, c'est dans les livres d'histoire ou le film Stalingrad de Jean-Jacques Annaud). Le peut-être me semble, comment dire, pour être mesuré et poli, étonnant. Bizarrement il cite Rudolf Steiner sans le nommer (p. 94), le fondateur de l'anthroposophie (Dont je n'ai entendu parler que dans un écrit de Michel Onfray, soit Cosmos, soit Décadence, ou encore dans deux articles du Monde Diplomatique, articles critiques sur l'anthroposophie et le système Pierre Rabhi et le droit de réponse suite aux polémiques. Je ne prend pas tout au pied de la lettre, je m'informe et essaye de me faire une idée et, je dirais, je fais comme je peux. A propos de Michel Onfray, depuis qu'il a dit n'importe quoi sur Noam Chomsky que clairement il n'a pas lu et encore moins compris, je reste prudent. Pour ma part j'ai du lire une quinzaine d'ouvrages sur Chomsky, vu plusieurs documentaires (dont le très connu Manufacturing Consent), lu les réponses de Pierre Vidal-Naquet sur l'affaire Faurisson, sauf que les français n'ont pas l'air d'avoir compris le Premier amendement américain et jusqu'où il est appliqué par rapport à la liberté d'expression française, bien moindre (ce qui peut être contradictoire avec liberté mais je n'irais pas plus loin). Mais ce n'est pas tout à fait le sujet. Encore une digression. Une de plus. Bref ce livre sur René Guénon est une excellente introduction à sa pensée, de ce point de vue autant dire que je suis bien tombé. Plusieurs ouvrages cités me semblent très attractifs comme L'homme et l'invisible de Servier, La vie de Râmakrishna par Sarananda. Bon je ne risque pas de manquer de lecture un jour ... Mais je vais peut-être me laisser tenter par La crise du monde moderne de René Guénon justement, tant il me semble prescient sur les soucis de nos sociétés modernes (hyper consommation, problèmes écologiques majeurs) et tant il entre en résonance avec mes préoccupations actuelles. Ce qui m'a amusé et bien plu est que cet ouvrage cite ... La Docte Ignorance de Nicolas de Cues (p. 35) que je vais bientôt avoir fini, et qui traite d'un concept fondamental : l'infini (Qui est Dieu, pour lui). C'est pas un signe ça ? Bon il va falloir que je me trouve tout de même une biographie de Guénon, c'était quand même l'objet de mon achat initial. Il y en a une citée dans cet ouvrage : La Vie simple de René Guénon de Paul Chacornac, ah zut plus édité et en occasion il coûte un bras. Tant pis. L'avenir dira quel ouvrage je lirais ...


Celui qui s’adonne à l’étude augmente de jour en jour

Celui qui se consacre au Tao diminue de jour en jour
Lao- Tseu


Note : AAAAAAAAAAAA



Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire