mardi 1 janvier 2019

Guénon Qui suis-je ? de David Gattegno

Les brigades du Tigre sont de retour !
Guénon Qui suis-je ? de David Gattegno (Pardès, 128 pages, 2001)

Incipit étendu :
A la fin du XIXe siècle, l'héritage de la France compte un formidable appareil cérébral pseudo-religieux dans lequel d'informes « idéaux » politiques vont trouver à se condenser jusqu'à savoir donner le tour exclusif, à nuque plate et à front arrogant, de l'idéologie aujourd'hui dominante.

J'ai confondu avec une autre collection : Je suis ... et non Qui suis-je, dans laquelle j'avais puisé un livre sur Louise Michel et un autre sur Étienne Dolet. Je me disais aussi la présentation était différente. Normal, pas la même collection. Là le livre est même richement illustré pour 128 pages. Bon le livre, une biographie qui tend vers l'hagiographie, j'ai senti un parti pris ostensible avec des règlements de compte et sur un ton parfois polémiste parfois revanchard. Cela rend le texte assez vivant et dynamique. L'auteur décrit aussi un milieu ésotérique dont la visée spirituelle aurait du  tendre vers une certaine grandeur mais voilà, cela rentre brutalement en conflit avec les bassesses de lutte de pouvoir et d'influence, un milieu proche des milieux politiques : un vrai nœud de vipère (p. 80) Humain, trop humain. De nombreux passages que seuls les connaisseurs ou spécialistes apprécieront car je ne connais guère le milieu occultiste, en plus d'une époque révolue. Quelques paragraphes que j'ai trouvés incompréhensibles. Une biographie partisane donc, pas toujours claire, un peu fouillis, avec de nombreuses références qui ne me parlent pas, mais que j'ai bien aimé par sa densité, ses illustrations, par les pistes nombreuses et aspects multiples offerts sur le personnage et qui m'a permis de légèrement mieux cerner ce dernier, bien que toujours aussi imparfaitement. Guénon ne semble pas apprécier le spiritisme mais accrédite des attaques psychiques à son égard, que dois-je en penser ? Un portrait assez incomplet à ce titre, ou disons peu clair, comme pour les ouvrages de René Guénon lui-même. Mais là c'est normal, j'ai peut-être un début d'explication car dans cet ouvrage l'auteur cite Guénon : il ne dit jamais ce qu'il pense (!). Ah bon. Il dit les pensées des autres alors ? Il dit l'inverse ? Pas clair non plus. Où se situe-t-il par rapport à la Gnose (que l'église réfute) ? Par rapport à la théosophie qui me semble gnostique mais que Guénon récuse ? Par rapport à Charles Maurras qu'il apprécie ? C'est-à-dire ? Est-il royaliste ? Théocrate ? Fondamentaliste ? Comment compte-t-il influencer le monde avec l'élite qu'il aurait constitué ? Tout cela est effleuré sans jamais vraiment avoir une réponse claire et limpide. Bref. J'aurais aussi apprécié que l'éditeur relise et corrige les nombreuses coquilles qui parsèment joyeusement ce livre et nuisent au confort de ma lecture (même si je ne suis pas une pointure en orthographe et grammaire, loin de là). Un bon livre tout de même. Amusant dans l'émission de Dimanche dernier sur France Culture, Questions d'Islam (Animé par l'éminent érudit Ghaleb Bencheikh), l'invité, un soufiste, a clairement dit l'influence considérable qu'a eu René Guénon dans sa vie, ce dernier lui a ouvert la voie, vers le soufisme. Intéressant et éclairant, à plus d'un titre.
S01E02 : Philosophie : 2 René Guénon : 0 (Cf. S01E01)

Aucun médecin ne peut soigner les blessures faites par des mots.
Proverbe soufi.

Note : AAAA

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire