samedi 5 janvier 2019

La formule de Dieu de José Rodrigues Dos Santos

Fiat Lux
La formule de Dieu de José Rodrigues Dos Santos (Pocket, 717 pages, 2012)

Incipit étendu :
L'homme aux lunettes noires gratta une allumette et approcha la flamme de sa cigarette. Il aspira et un nuage de fumée fantomatique s'éleva lentement. L'homme parcourut la rue du regard et apprécia la tranquillité de ce coin charmant.
Un roman alliant spiritualité et vulgarisation scientifique, proposant des réponses aux questions fondamentales, en particulier sur le sens de l'Univers. Sous couvert d'un thriller plutôt moyen, assorti d'une histoire d'amour cliché, médiocre, l'ouvrage propose par des échanges entre divers personnages, scientifiques, historien, mathématicien, bouddhiste, plusieurs exposés assez pédagogiques sur la physique quantique, l'astrophysique, la spiritualité orientale, la cosmogonie judéo-chrétienne. Ce dernier aspect compense largement la faiblesse de l'intrigue générale, prétexte à la découverte des dernières recherche scientifiques. Rapidement l'auteur cherche à dépasser le Dieu barbu de la Bible et élargit le champ des investigations. A l'instar de The Grand Design, c'est un scientifique, ici Albert Einstein, qui est à l'initiative d'une telle démarche, d'un secret. La formule de Dieu. Ce qui m'a énormément plu dans ce livre grand public c'est que cela rejoint une partie de mes centres d'intérêts : le Tao de la physique, les débats sur la physique quantique, la physique quantique, le bouddhisme et l'astrophysique, le bouddhisme, le Tao, des fondamentaux en mathématique comme le principe d'incomplétude de Gödel (Lisez le merveilleux Gödel Escher et Bach), le principe d'incertitude (ou d'indétermination) d'Heisenberg, la théorie du chaos, le déterminisme, le démon de Laplace, la cabale, la relativité restreinte et générale, le principe anthropique, l'expérience EPR, l'intrication, le paradoxe d'Olbers etc. Et là c'est très fort de proposer dans un roman à la Da Vinci Code autant de travaux éminents, de questions fondamentales et de construire une narration dont le but est de proposer une réponse à la grande question : Dieu existe-t-il ? Peut-on le prouver scientifiquement ? Et pas la vision créationniste littéraliste du Vatican où la Terre n'aurait que 6500 ans mais un créationnisme concordiste (tendance scientifique d'une certaine manière). Au delà de l'épistémologie, les démarches de raisonnement sont ici limpides et claires, notamment la différence entre l'approche réductionniste et sémantique, point crucial pour avoir une discussion saine sur le sujet. A chaque fois on sent le souci pédagogique de l'auteur, ce qui est à la fois bien, pour la compréhension, et moins bien, pour l'aspect littéraire et romancé. En dépit d'un scénario qui ne m'a guère ébloui ,le reste est éblouissant justement. J'ai adoré la profondeur des thèmes abordés et la synthèse qui en a été faite dans ce roman.

Non seulement Dieu joue aux dés mais il les jette parfois là où on ne peut les voir.
Stephen Hawking.

Note : AAAAAAAAAAA

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire