lundi 7 janvier 2019

La onzième porte d'Orson Sinedy

Toc ! Toc !
La onzième porte d'Orson Sinedy (Detrad, 420 pages, 2018)

Incipit étendu :
Louxor - Égypte 1862
Le voile lumineux d'un croissant de lune tentait de percer les nuages. La nuit était sombre. Une aubaine pour les deux hommes qui traversaient le Nil dans leur frêle esquif. Prudence et discrétion étaient les devises des frères Abd-el-Rasel.
 Ils étaient très connus des services de police, même d'Auguste Mariettte, le fondateur du musée du Caire.

Orson Sinedy a encore frappé ! J'avais adoré Ordo Ab Chao et là il récidive. Un suspens au cordeau, il maintient la tension au fil des plus de 300 pages. Des personnages approfondis, auxquels on fini par s'attacher, qu'il étoffe au fil des pages. A nouveau un page turner qui m'a hanté et à nouveau une profondeur dans l'intrigue et le propos. Je suppute qu'il y aura au moins un troisième volume. Quel dommage qu'il n'en ait pas écrit autant que Giacometti et Ravennes, je faisais un emprunt direct à la banque pour acheter l'intégrale. Des parchemins égyptiens, trouvés en 1862, volés dans les musées et cela déclenche une cascade d'évènements liés à un groupe pharmaceutique. Ahhh l’Égypte ... un bon thriller !!! Un peu dommage que l'éditeur n'ait pas corrigé les innombrables coquilles et fautes d'orthographes.

Il existe entre l'homme et l'inconnu des rapports mystérieux mais incontestables.
Citation de Pierre-Claude-Victor Boiste ; Le dictionnaire universel (1800)
Note : AAAAAA

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire