mardi 26 février 2019

Aborder la linguistique de Dominique Maingueneau

Lips Album
Aborder la linguistique de Dominique Maingueneau édition revue et augmentée (Points, 192 pages, 2015)

Incipit étendu :
Une discipline ancienne.
Les débuts.
Il est très difficile d'assigner un commencement à la science linguistique, car tout dépend du caractère que l'on juge le plus important pour définir la scientificité d'un savoir. Une chose est sûre : la réflexion grammaticale n'a pu apparaître qu'après l'invention de l'écriture ; d'ailleurs, le terme grammaire vient du grec grammè, qui désigne le caractère écrit.

Un guide synthétique, qui pourrait presque servir de vade-mecum, sur les notions de base, l'historique, les problématiques, les différents courants, les dernières évolutions de cette matière. C'est suite à la visite de l'INALCO, puis de la lecture du Prisme des langues, que j'ai voulu revoir cette matière qui m'a toujours intrigué. Je me rappelle vaguement avoir feuilleté Alice au pays du langage, il y a fort longtemps, et d'avoir tenté de comprendre les langues en général, puis au travers de l'Espéranto. Plus généralement le monde du langage, des langues et de la linguistique est fascinant, car à travers cela il y a des civilisations, des cultures, de l'histoire, de l'anthropologie. Bref, cela nous parle d'une certaine manière de nous-même. Et puis n'est-ce pas intriguant cette faculté qui nous distingue de nos frères & sœurs animaux ? Bref, un petit livre qui remet quelques éléments en place, le pied à l'étrier pour, pourquoi pas, approfondir ...

« Knowledge of languages is the doorway to wisdom.»
Roger Bacon.

« Avoir une autre langue, c’est posséder une deuxième âme »
  Charlemagne

Note : AAAAAA

vendredi 22 février 2019

Le prisme des langues de Nicolas Tournade

Arcimboldo linguistique
Le prisme des langues de Nicolas Tournade (Asiathèque, 368 pages, 2017)

Incipit étendu :
La pratique de langues très éloignées de ma langue natale, les recherches sur le terrain en Haute Asie et l'enseignement de la linguistique générale durant ces trois dernières décennies m'ont conduit à développer une vision singulière et quelque peu hétérodoxe du langage.
Un livre passionnant. Il n'y a pas d'autres mots. Enfin si, éclairant, érudit, trop de la balle, etc. Un tour de piste sur l'univers riche, dense, varié, des langues et de la linguistique. Mais surtout qui remet en cause un certain nombre de clichés, d'idées préconçues, de mythes, parfois véhiculés par les spécialistes eux-mêmes . En fait ma fille envisage des études dans les langues, bon une en particulier, mais là n'est pas le sujet. Nous sommes allés en famille aux JPO (Journées Portes Ouvertes) de l'INALCO. Bon je vais pas le cacher j'étais prêt à reprendre des études ... de langues. Il a fallu que je me rappelle que j'étais là-bas pour ma fille et non pour moi. Ha oui c'est vrai. Ma femme aussi voulait étudier là-bas. Dans un monde rêvé nous nous serions inscrit à trois. Pas sûr que ma fille partage la même vision. Bref. Et entre autres visites, exposés, rencontres multi-culturelles, il y avait un stand de l'Asiathèque. Outre quelques achats de livres en coréen pour ma Poupette, il y avait ce livre sur le prisme des langues. Prisme car le monde est vu, entre autre, au travers de notre langue (p. 224), et pas de manière si totalitaire que le pensait Roland Barthes, ce que Nicolas Tournade précise avec nuances et force exemples. L'auteur rappelle quelques définitions et fondamentaux, par exemple la différence entre multilingue et polyglotte. Le nombre de langues parlées (7000 !), le nombre de systèmes d'écritures encore utilisées (Environ 50), le faible nombre de langues écrites (environ 200, p. 196) l'origine archétypale de certains mots (comme window, vent et œil, pour fenêtre p. 176-177), la disparition à venir de nombreuses langues, fait ignoré par rapport à la disparition des espèces, des insectes. Il déconstruit quelques a priori, mythes et autres. Par exemple sur le supposé grand nombre de mots pour décrire la neige par les Inuits. Il rappelle déjà qu'il y a plusieurs dialectes et que le nombre n'est pas si élevé (p. 203). L’étymologie de certains mots est aussi remise en question, comme le mot religion (p. 141 / 141) et connaissance. Il m'a fait découvrir le WALS (World Atlas of Language Structure) au prix prohibitif (790 euros !!), il y a d'ailleurs un site en ligne dont il ne parle pas, mais il en évoque un autre, le site passionnant Ethnologue.com. Il explore l'usage politique ou idéologique de la définition d'une langue, de l'épuration de certains mots ou dérivés à des fins identitaire ou communautaire. Aussi la dérive du dénoté de certains mot (Comme détail, depuis qu'il a été utilisé par Jean-Marie Le Pen, pour minimiser la Shoah). J'aime beaucoup l'origine des mots, archéo-linguistique ?, comme le mot hébreux Semes (Désolé il manque les accents sur les 's') pour soleil, qui vient de Shemesh, la déesse Soleil (p. 172). Je n'ai guère été surpris par son regret que l'enseignement des langues n'ait toujours pas pris en compte les dernières recherches (p. 307), ce manque d'intégration didactique est lamentable, je n'ai pas d'autre mot. Je regrettais, jeune, de ne pas avoir accès à des livres, vidéos, films, bande-dessinées etc. en anglais. J'étais émerveillé, en sixième, d'avoir pu mettre la main sur un numéro de Mad Magazine car mes parents m'avaient emmené à Paris. On pourrait s'attendre à ce que l'enseignement en Lycée ait considérablement évolué, et, au regard de ce que m'en a dit ma fille, je n'ai pas perçu de réelle révolution. Bon ok, j'ai tendance à généraliser, sans doute. Pourtant avec les MOOCs, l'internet, youtube, l'accès extraordinairement facile à des ressources, les méthodes de mémorisation, les techniques diverses (flashcards etc.), les liens entre les langues, les études statistiques, l'analyse des écueils d'apprentissage, on s'attendrait à mieux. J'ai pu regarder The Big Bang Theory en italien ou en allemand. J'ai pu même voir une vidéo de publicité de cette série en DVD, en japonais. C'est d'ailleurs très drôle ... Mais je m'égare. Ce livre est une excellente introduction sur le monde des langues. Les annexes qui présentent plusieurs systèmes d'écritures sont édifiantes. Le cherokee par exemple, mais pas que. L'auteur, enfin, donne un certain nombre de clés sur les langues et le langage, à méditer. Un livre à savourer.


“Les mots étrangers, sans permis de séjour, on les reconduit à la frontière linguistique. Les clandestins qui demeurent sont férocement exploités.”
Roland Topor

Note : AAAAAAAAA

Codex 632 Le Secret de Christophe Colomb de José Rodrigues Dos Santos

Ajouter une légende
Codex 632 Le Secret de Christophe Colomb de José Rodrigues Dos Santos (Pocket, 448 pages, 2016)

Incipit étendu :
Quatre. 
Le vieil historien ne pouvait pas savoir qu'il ne lui restait que quatre minutes à vivre.
 Les portes grandes ouvertes de l'ascenseur de l'hôtel semblaient attendre de le piéger, prêtes à se refermer sur lui. Il entra, appuya sur le bouton du douzième étage et profita de son ascension pour s'examiner dans le miroir de la cabine.
Une recette classique maintenant qu'on retrouvera dans La formule de Dieu, La clé de Salomon et L'ultime secret du Christ. Là il s'agit du mystère planant autour de l'identité de Christophe Colomb. Sur ces aspects de recherche historique, l'auteur est toujours aussi bon pour présenter l'état des recherches (réelles !). En revanche sur les aspects thriller (moyen) et sentimentaux (La rencontre cliché à mourir avec une étudiante canon et le dramatisation forcée de sa vie de couple qu'on découvre au début pour en constater la chute larmoyante à la fin) c'est tout de même un peu moins bien que dans les volumes précédents. Bon l'effet recette se fait peut-être sentir aussi. Néanmoins, sur les aspects historiques sur la découverte de l'Amérique, des stratégies géopolitiques du Portugal, la découverte du Portuñol, les analyses des textes anciens, l'appropriation de la figure emblématique de Colomb par plusieurs pays etc. l'auteur se rattrape tout de même. Je compte beaucoup sur le suivant pour revitaliser la série.

On ne va jamais aussi loin que lorsqu'on ne sait pas où l'on va.
Christophe Colomb

Note : AAA

lundi 11 février 2019

Les libertins baroques de Michel Onfray

Blue Oyster Cult
Les libertins baroques, Contre-histoire de la philosophie t.3 de Michel Onfray (Livre de Poche, 314 pages, 2009)

Incipit étendu :
Identités du Grand Siècle. L'historiographie classique parle du Grand Siècle pour caractériser le XVIIe. Grand, certes, probablement, mais pourquoi, pour quelles raisons, et selon qui ? Les questions ne se posent pas. L'affaire est entendue ... De sorte qu'à se demander d'où vient l'expression, à qui on la doit, ou quelle personne en est l'auteur, on se trouve bien en peine. La locution circule mais jamais explicitée, racontée ou démontée.

L'auteur continue (Ici le tome 3, bon là non plus je ne lis pas dans l'ordre, zut, j'ai commencé par le tome 4 : Les ultras des Lumières) sa recette favorite : thématique d'une période (Ici les libertins baroques), réhabilitation de philosophes oubliés ou mis dans l'ombre (Volontairement ou non), déconstruction des a priori et de l'histoire officielle, forces mises en perspective, remise en cause de clichés ou étiquettes imposées ou des philosophes "officiels" et reconnus, histoire de la pensée (Ici le XVIIème), liens avec tout le reste (Pensée antique, etc.). On retrouve les portraits et un résumé de la pensée de Pierre Charon, La Motte Le Vayer, Saint-Evremond, Pierre Gassendi, Cyrano De Bergerac et Spinoza. Un passage particulièrement intéressant sur les anamorphoses, comme celle que l'on retrouve sur le tableau d'Holbein, Les ambassadeurs. Cette série de Michel Onfray est vraiment pas mal, j'y découvre tellement de choses sur l'histoire, ce que de grands penseurs ont vécu, ont imaginé, ont pensé. Ce que leur époque leur permettait d'espérer, de divulguer. La stratégie des libertins est intéressante. Très conformiste en public, ne pas déranger ou outrer. Mais en petit comité très anti conformiste, remettant en cause l'état des choses, le sapere aude des Lumières avant l'heure en somme, dont on peut considérer que le terrain a été préparé par les libertins. Des portraits de penseurs avec leurs failles, leurs limites, leurs passions, leurs vies singulières. J'ai bien aimé l'éclairage sur le rôle des salons, tenus par des femmes. Lieu de rencontre amoureuse autant qu'intellectuelle et spirituelle, les cafés philo de l'époque, en plus raffiné peut-être. Là aussi je me dis que toute la série de la contre-histoire de la philosophie d'Onfray mériterait d'être étudiée. Après tout il semble n'y avoir que 11 volumes, c'est faisable, non ?


Ni rire ni pleurer, mais comprendre.
Spinoza

Note : AAAAAAA

dimanche 10 février 2019

Le Tombeau du Diable d'Eric Bony

Soldes sur Satan - 60% !
Le Tombeau du Diable d'Eric Bony (City Edition, 448 pages, 2015)

Incipit étendu :
55 avant Jésus-Christ en Gaule
La nuit commençait à tomber et ils étaient perdus. Ils marchaient depuis des heures dans le brouillard et étaient épuisés. On 'y voyait pas à deux mètres et le froid s'infiltrait partout, jusque sous les cuirasses. La cinquantaine d'hommes tournaient en rond depuis plusieurs heures dans un labyrinthe de volutes blanches.

Oui encore un thriller.  Une quête au trésor (Et quel trésor !) qui invite à découvrir quelque chose autour de Glozel. Je n'en dit pas plus sur l'intrigue, encore que l'un des objectifs principaux rappelle celui de l'Ultime Secret du Christ. Un nouveau héro récurrent, journaliste sur le paranormal et l'irrationnel. Qui rappelle l'auteur dont c'est le pedigree, et qui profite de son métier passé pour en faire un roman autour de ses passions. Et c'est pas mal du tout. Et puis cela me détend du travail et de mes autres lectures "sérieuses". J'avance dans Jung et Onfray en parallèle, ainsi que Kant par Luc Ferry. Encore un roman qui se base sur des recherches historiques et pour moi c'est très important que tout ne soit pas fictif. Apprendre en s'amusant et avec l'imaginaire c'est tout ce que j'aime. Et cela m'a évoqué quelques aspects anciens de la pop culture comme Rosemary's baby. Humm je vais mettre dans ma liste cet auteur, je suis curieux de lire ce qu'il a écrit d'autre et retrouver Thomas.

In my opinion, there is no aspect of reality beyond the reach of the human mind.
Stephen Hawking. 

Note : AAAAA

L'ultime secret du Christ de José Rodrigues Dos Santos

L'ossuaire de Turin
L'ultime secret du Christ de José Rodrigues Dos Santos (Pocket, 576 pages, 2014)

Incipit étendu:
Un bruit étouffé attira l’attention de Patricia.
– Qui est là ?
Ce bruit semblait provenir de la salle d’inventaire, tout près de la salle de consultation des manuscrits, où elle se trouvait ; mais elle ne remarqua rien d’anormal. Les livres étaient là, alignés sur les rayons richement ornés de cette aile de la Bibliothèque vaticane, ils étaient comme assoupis dans l’ombre que la nuit projetait sur leurs reliures poussiéreuses. C’était sans doute la plus ancienne bibliothèque d’Europe, et peut-être aussi la plus belle, mais, le soir, il s’en dégageait une atmosphère inquiétante.
– Mon Dieu… murmura-t-elle pour chasser la peur irrationnelle qui venait de l’envahir. Je regarde trop de films !


Habituellement j'aime bien lire dans l'ordre. Ayant lu que La clé de Salomon était la "suite" de La formule de Dieu j'ai manqué L'ultime Secret du Christ. Mais là c'est bon, j'ai repris l'ordre normal. Car comme le narrateur est le personnage principal et récurrent, je ne voudrais pas rater ce qu'il lui arrive au fil de ses aventures rocambolesques. On retrouve la recette qui a fait le succès de l'auteur, un thriller scientifico-religieux, avec une intrigue générale, une histoire d'amour et un pensum sur une thématique scientifique ou religieuse. Et ça marche. En tout cas pour moi. Cette fois la thématique est le christianisme. Avec une déconstruction historique en règle du christianisme. Ce n'est pas nouveau en soi, c'est du connu pour les spécialistes, les curieux, les théologiens (je suppose) mais en général pas du commun des mortels ou même du croyant peu connaisseur des textes. Et voilà que cet ouvrage grand public met au clair pour tout un chacun l'imposture sur laquelle repose de nombreux dogmes. Cela peut remettre en cause l'ignorance des croyants eux-mêmes. En autre, je trouve éminemment édifiant que le culte de la virginité supposée de la vierge Marie repose en fait sur une erreur de traduction. Encore plus édifiant est ce qu'en a fait l'église et l'influence considérable par la suite que cela a pu avoir. Au point de se demander comment cela peut être possible, surtout de nos jours. Toutes ces questions et interrogations sont passionnantes !

La science, aujourd'hui, cherchera une source d'inspiration au-dessus d'elle ou périra.
Simone Weil.

La Science est avant tout un système organisé de croyance, a priori nullement supérieur aux autres.
Jean-Pierre Petit.

Note : AAAAAA

samedi 2 février 2019

La clé de Salomon de José Rodrigues Dos Santos

Manuel de serrurerie
La clé de Salomon de José Rodrigues Dos Santos (Pocket, 601 pages, 2014)

Incipit étendu :
L'homme au regard glacial traversa le vestibule d'un pas décidé en direction du dispositif de contrôle d'accès au CERN. Il ne se souvenait pas d'avoir vu tous ces appareils de surveillance la dernière fois qu'il était venu, mais les drapeaux tricolores accrochés dans le hall lui rappelèrent que le Président français devait visiter les installations la semaine suivante.

Même structure que La formule de Dieu. Une enquête du super-héro Thom'as, historien cryptologue (?!), expert en physique quantique, métaphysique, capable d'un coup d’œil de déchiffrer ce que des professionnels n'arrivent pas à faire depuis des années. La côté thriller est standard, l'histoire d'amour cliché, mais voilà, comme à chaque fois l'histoire est prétexte à des exposés sur la physique quantique, le réel, et tout cela basé sur des théories qui sont réellement soutenu par des scientifiques. Et l'ensemble se tient, d'autant que certaines réflexions sont vraiment profondes et intéressantes. Le côté pédagogique ne m'a pas gêné d'autant qu'il m'a permis d'enfin comprendre quelques points particuliers, après un peu de réflexion, pour tenter d'en percevoir les conséquences, mais quand même, merci à l'auteur. Cela m'a convaincu de tout lire de lui, là je suis dans L'ultime secret du Christ et côté histoire biblique c'est tout simplement passionnant. Alors littérairement c'est assez pauvre mais côté thriller ésotérique et scientifique c'est pas mal du tout. Cela contraste avec ma (toujours) autre lecture en cours, Man and his symbols de Jung, c'est sûr je risque pas de confondre.

Soit A un succès dans la vie. Alors A = x + y + z, où x = travailler, y = s'amuser, z = se taire.
Albert Einstein.

Note : AAAAAA