samedi 2 mars 2019

Furie divine de José Rodrigues Dos Santos

Fondamentalisme pour les nuls
Furie divine de José Rodrigues Dos Santos (Pocket, 672 pages, 2017)

Incipit étendu :
Prologue
La lumière des phares déchira la nuit glaciale, bientôt suivie d’un vrombissement assourdi. Le camion remonta lentement Prospekt Lenina, puis marqua un temps d’arrêt lorsqu’il parvint en vue du portail. Le véhicule tourna lentement, gravit le raidillon avec peine et s’immobilisa devant les grilles dans un grincement de freins, le moteur sifflant d’épuisement.
La sentinelle assoupie abandonna la guérite, enveloppée dans un lourd pardessus, la kalachnikov en bandoulière, et s’approcha du conducteur.
– Qu’est-ce qui se passe ? demanda le soldat, mécontent d’avoir été tiré du confort de son abri et d’affronter le froid mordant de l’extérieur. Qu’est-ce que vous faites ici ?
– On vient pour une livraison, dit le conducteur, son souffle laissant échapper par la fenêtre un nuage de vapeur.
L'auteur change un peu de thématique après la physique quantique (La formule de Dieu, La clé de Salomon), la déconstruction du Christianisme (L'Ultime Secret du Christ), le mystère Christophe Colomb (Codex 632 Le secret de Christophe Colomb), là c'est au tour du Coran et surtout de ses épigones et autres affidés fondamentalistes les plus féroces (Les djihadistes) que l'auteur construit son intrigue et en profite au passage pour rappeler (Via de nombreuses sourates citées et ahadiths) les propos violents contenus dans le Coran et comment ces derniers sont mis en perspectives pour conquérir par la violence le monde pour un charia globalisée (pour arriver en 2084 à la fin du monde). Écrit en 2009, donc bien avant les derniers attentats en France, comme celui de Charlie Hebdo, l'auteur n'a pas manqué de prescience. Comme à chaque fois c'est sourcé de manière approfondie et les notes bibliographiques à la fin du volume sont très complètes que ce soit sur l'interprétation littérale du Coran ou sur les propos d'Al Qaeda. Loin des propos édulcorés ou lénifiant du type l'Islamisme radical n'a rien à voir avec l'Islam (sic), non pas que tous les musulmans soient des terroristes, bien sûr que non, l'écrasante majorité a envie de vivre normalement et en paix, mais mettre sous le tapis la branche la plus fondamentaliste est un peu la technique de l'autruche. L'auteur a bien travaillé son sujet et des collaborateurs musulmans ont validé la pensée radicale. L'auteur est un peu trop démonstratif, redondant et bien qu'on ai compris le message après la troisième sourate qui prône la violence, l'auteur en remet une couche. Il nous épargne les 150 sourates où il est possible de puiser des raisons d'être violent mais tout de même, parfois il en devient lourd. L'aspect thriller est assez classique (trop), quant à la relation amoureuse (il y en a une à chaque volume) il la clôture de manière assez cliché mais bon je suis habitué maintenant. Si vous recherchez un résumé de la pensée fondamentaliste, ce roman en donne un bon aperçu, très étayés et très sourcés. De ce point de vue cela rend ce thriller intéressant. Sur certains sites, il y a la liste des sourates violentes. Parfois le même site dit que la Bible ne l'est pas de la même manière (?!) voire que le christianisme ne l'est pas du tout (Outre que c'est contredit par les faits historiques, il y a des extraits du Nouveau Testament qui montrent qu'il y a bien des passages d'une extrême violence Luc 19:27 Mathieu 10:34-35, un peu l'hôpital qui se moque de la charité). Même des bouddhistes peuvent participer à un génocide et inciter à la haine (Birmanie), envers des musulmans cette fois. L'être humain a une faculté étonnante pour justifier de tuer son prochain, texte religieux ... ou pas. Je vais pouvoir entamer son livre suivant, Vaticanum.

L'ignorance mène à la peur, la peur mène à la haine et la haine conduit à la violence. Voilà l'équation.
Averroès. 



Note : AAAA

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire