mercredi 8 mai 2019

Harry Potter and the Goblet of Fire by J. K. Rowling

Excusez-moi, vous avez du feu ?
Harry Potter and the Goblet of Fire by J. K. Rowling (Bloomsbury, 636 pages, 2000)

Incipit :
THE RIDDLE HOUSE

The villagers of Little Hangleton still called it “the Riddle House,” even though it had been many years since the Riddle family had lived there. It stood on a hill overlooking the village, some of its windows boarded, tiles missing from its roof, and ivy spreading unchecked over its face. Once a fine-looking manor, and easily the largest and grandest building for miles around, the Riddle House was now damp, derelict, and unoccupied.
Pas de réelle surprise, après Harry Potter and the prisoner of Azkaban, c'est Goblet of Fire. Ma relecture continue, et à nouveau, c'est fou comme j'avais oublié. D'un autre côté lu en 2000 la première fois, j'ai presque des excuses. Pourtant j'ai aussi vu  les films. Bon alors niveau mémoire : 0. D'un autre côté je retrouve un plaisir quasi intact !!! Je révise, niveau mémoire : 18. Cela fait bizarre de lire les tomes sans devoir attendre 1 an voire plus entre les deux. Je suis content de les avoir en première édition aussi, et que ce soit le même volume lu il y a 19 ans. Bon je vais arrêter dans la nostalgie, sinon je vais perdre mes derniers lecteurs. Toujours une histoire passionnante, avec un final d'anthologie et un tournant qui s'assombrit nettement. Bon je n'ai pas grand-chose à ajouter à une série aussi connue. Quelques extraits tout de même, bien dans l'esprit de la série : "If you want to know what a man's like, take a good look at how he treats his inferiors, not his equals" (p. 456). Ou la manière dont il traite ses supérieurs pourrait-on ajouter. "Understanding is the first step to acceptance, and only with acceptance can there be recovery" (p.590).  Et enfin "We are only as strong as we are united, as weak as we are divided" (p. 627). Au delà du conte, du combat éternel entre le Bien et le Mal, l'auteur égrène dans son œuvre des pierres philosophales qui peuvent servir à retrouver son chemin dans le monde, à l'instar du Petit Poucet. Et ben voilà j'ai réussi à dire un truc à peu près potable dis-donc ! Allez, à la prochaine ! Je pars dans l'Ordre du Phénix ! Bon peut-être aussi un petit tour sur Pottermore, oui je sais à quelle maison j'appartiens, quelle baguette j'ai et quel est mon Patronus, pour lire peut-être un nouvel article et un tour aussi chez Bloomsbury, pour savoir si le prochain tome 20ème anniversaire est annoncé (hé ben non, toujours pas ... pffft).

La vérité est dans l'imaginaire.
Eugène Ionesco.

Note : AAAAAAAAA

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire