samedi 1 juin 2019

Entretiens sur la multitude du monde de Jean-Claude Carrière et Thibault Damour

Il y a comme de l'électricité entre nous
Entretiens sur la multitude du monde de Jean-Claude Carrière et Thibault Damour (Odile Jacob essais, 241 pages, 2014)

Incipit :
PAYSAGE AVANT LA DEBACLE

Jean-Claude Carrière - Est-il vrai que, parmi les étudiants, les candidats physiciens se font rare ?

Thibault Damour - Oui, la baisse est sensible.

J’aime bien de temps à autre lire un ouvrage de vulgarisations scientifique. Alors celui-là je ne l’ai pas tout à fait choisi, c’est mon épouse chérie qui l’a ramené à la maison. Oui elle est comme ça, de temps en temps, entre une robe, un manuel de CP, un paquet de chips, elle ramène un livre de physique quantique. Donc comme elle pique les livres que sa fille vient d’acheter, et cela arrive aussi, les miens, hé bien là, c’est moi qui lui ai pris !! Niark niark niark je sais, je suis diabolique. Bon le livre. Entretien entre un scénariste, dramaturge, écrivain et un physicien pur et dur. Il y a des passages où j’ai franchement décroché (Parfois la timbale mais parfois parce que je n'ai rien compris). Mais voici quelques points intéressants que j’ai noté :

  • Les manuels scolaires du lycée mensongers et trompeurs depuis 1920. N’est-ce pas curieux d’ignorer sciemment les découvertes révolutionnaires qui ont eu lieu depuis un siècle ? Surtout dans une époque de retour à l’obscurantisme ? Humm pas faux.  
  •  L’atome, idée révolutionnaire grecque, est dépassé. Newton est dépassé. C’est l’histoire des sciences, il n’y a pas à le regretter mais à y réfléchir. Pourquoi ne plus transmettre ? Dans ce cas autant en rester à ce que le soleil tourne autour de la terre pendant qu’on y est. Cela rejoint le premier point.
  •  E = hf, équation aussi importante que E=Mc2, et pourtant très peu connue. C’est clair, je sens le scandale sociétal de grande envergure. Mais voilà grâce à ce blog vous connaissez dorénavant cette équation et vous allez lire ce livre.  
  • Espace-temps lié mais aussi force-matière. Non seulement tout est illusion mais tout est lié.  
  • Les atomes sont sécables et ne se réduisent plus aux particules dites élémentaires, il y a notamment les quarks.  Le vide ce n’est pas rien mais un flux quantique constant avec des boucles création annihilation (paire Brahma-Shiva p150). Bref un chaos constant et actif. Au point que le monde pourrait disparaitre aussi vite qu’il est apparu. Toute matière est instable et peu s’annihiler en pure énergie. Au Big Bang cela a été l’inverse, de la pure énergie qui a créé de la matière, qui fait quand même beaucoup penser au Fiat Lux.  
  • J’ai été happé par les liens avec Proust (A la recherche du temps perdu), le bouddhisme (Shiva, Brahma, La Maya p140), cela m’a rappelé mes lectures de Trinh Xuan Thuan & MatthieuRicard mais aussi d’Étienne Klein. J’aime aussi que des comparaisons s’appuient sur des artistes comme M. C. Escher (Mains se dessinant).  
  • La réalité est à la fois plus complexe et plus difficile à appréhender. Bon là rien de totalement surprenant pour moi, mais quand même, à chaque fois que je lis un livre de cette nature je suis stupéfait. Je ne m’y habitue pas encore. 
  •  Il y a plusieurs parties du livre où j’ai été largué et pourtant j’ai quelques notions mathématiques (nombres complexes, intégrales, vecteurs etc.). Ce n’est pas tant les équations, quasi absentes, mais de faire le lien entre des concepts mathématiques, notre réel, la « réalité quantique » et prendre de la distance sur le tout. Déjà quatre dimension cela demande un petit effort mais cela reste familier et très accessible. Mais 26 …    
  • J’ai peu lu sur la théorie des cordes et des super cordes et là c’était compréhensible pour moi. Ben là coco je dis merci. 
  • La conclusion qui déborde sur une réflexion sociétale 
  • On vit dans un monde multiple mais on en perçoit qu'un seul. Allez bam, bonne chance, oui tiens prends la boite d'aspirine.
Illusion, tout n’est qu’illusion. En conclusion un livre riche à plus d’un titre. En fait ce qu’il me faudrait ce sont des I.A., des bots conversationnels avec qui je puisse m’entretenir et poser des questions. Comme cela je pourrais poser des questions au bot Étienne Klein quand cela me chante. Je pense que dans l’avenir cela sera possible. Oups je m’égare. Bon livre intéressant même si je n’ai pas tout banané.

 L’Univers nous est compréhensible pour des raisons incompréhensibles.  
Einstein. (Page 184)


Note : AAAAA



·       

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire