samedi 8 juin 2019

Harry Potter and the Deathly Hallows by J.K. Rowling

Caverne d'Ali Baba
Harry Potter and the Deathly Hallows by J.K. Rowling (Bloomsbury, 640 pages, 2007)

Incipit :
THE DARK LORD ASCENDING

The two men appeared out of nowhere, a few yards apart in the narrow, moonlit lane. For a second they stood quite still, wands directed at each other's chests; then, recognizing each other, they stowed their wands beneath their cloaks and started walking briskly in the same direction.  “News?” asked the taller of the two.

Et voilà relecture de la saga Harry finie ! Enfin presque, je vais tout de même relire Harry Potter and  the Cursed Child. Je vais pouvoir aussi me plonger dans quelques ouvrages pointus d'exégèse sous les différents axes : magie noire, invocations d'incubes, les flux de passagers ferroviaires entre la voie 9 et 10 pendant la seconde partie du XXème siècle au cours des périodes de pluie intenses, la baguette française, selon Ollivander, doit-elle être croustillante et dorée ?, les demi-géants et l'Hagrid de calcul pour le calcul scientifique,  les attaques WPA2 sur le réseau sans-fil magique et tout ça. La scène où Harry est avec Dumbledore m'en a rappelé deux autres, la première est celle avec Morgan Freeman où ce dernier joue le rôle de Dieu dans un lieu blanc et vide (Dans le film Bruce almighty), et l'autre est celle dans Matrix Reloaded avec l'Architecte, ou The Matrix Revolutions avec Mobil Avenue, aussi un lieu de transport comme pour Harry (Charing Cross), un lieu de transit, entre le Haut et le Bas. Ni mort ni vivant, Harry est un peu le Chat de Schrödinger, non ? Qui aurait pensé que ce volume traitait aussi de Physique Quantique ? Les scènes où Harry, Hermione et Ron sont pourchassés, ne savent plus où aller vraiment, avec ce pendentif maudit autour du cou qu'ils se passent l'un après l'autre et qui vous corromps, me rappelle très clairement l'anneau dans le Seigneur des Anneaux. Bon aller j'arrête de vous soûler avec mes divagations à deux balles. Merci J.K. Rowling pour cette saga qui m'a, de nouveau, enchanté. J'ai reçu depuis les deux derniers volumes en édition illustrée américaine. C'est la seule auteur où j'ai différentes versions des mêmes ouvrages ...

Combattre le mal avec fermeté, soutenir le bien, voilà toute la science du bonheur. 
Edward Young, Les beautés poétiques

Note : AAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAA

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire