dimanche 16 juin 2019

Les étoiles de Compostelle d'Henri Vincenot

Les gens sont comme des vitraux.
Ils brillent tant qu'il fait soleil,
mais, quand vient l'obscurité,
leur beauté n'apparaît
que s'ils sont illuminés de l'intérieur.

Elisabeth Kubler-Ross
Les étoiles de Compostelle d'Henri Vincenot (Folio Gallimard, 346 pages, 1987)

Incipit :
Comme ils arrivaient au rebord de la friche, en vue de la vallée qui se creusait à leurs pieds, Jehan le Tonnerre, le meneur de la bande s’arrêta net, le regard tendu vers le fond du ravin.
— Quoi que tu vois ? lui demanda le Trébeulot qui piétinait sur ses talons.
Jehan le Tonnerre ne répondit pas. Les yeux plissés parce que le soleil dardait à pic, étant au zénith, il regardait
— Alors, quoi que tu vois ? répéta le Trébeulot qui s’impatientait.
— Je vois ce que tu vois, tu n’as qu’à regarder ! Le Trébeulot mit sa main en visière et vit.

Un très beau livre sur la quête d'une spiritualité au travers du Compagnonnage. On suit le cheminement de Jehan le Tonnerre, essarteur, attiré par des moines constructeur et qui va trouver sa vocation. C'est au départ un déchirement, se séparer de sa communauté, d'une destinée toute tracée, peut-être se marier avec Reine, une jeune fille qui le fascine. Mais il ressent un appel au plus profond de lui, quelque chose qui le dépasse, l'intrigue, et ce sera le début d'une voie, de choix qui le mèneront au bout de son labyrinthe, et pas que celui qui fait entrer les compagnons sur la porte latérale. J'ai noté plein de passages, par exemple celui sur les chiens, secte de frères constructeurs, cette constellation étant au bout de la voie lactée donc au bout du chemin des étoiles qui mène à Compostelle (Voir la série DVD avec Burensteinas). Or c'est Sirius, dont le Patronus est le chien, dans Harry Potter. Mais il n'y a pas que ces liens très personnels, il y a aussi beaucoup de sagesse, de sens. Je me pose toujours la question de faire ce chemin ou pas, et de remplir mon Crédencial. Comment concilier cette démarche et mon travail qui me vole la plus grande partie de mon temps et de mon âme. L'an passé j'avais réfléchi à faire une retraite. Il y a une abbaye pas très loin de chez qui propose des retraites spirituelles justement. Ce livre me rappelle qu'il y a quelque chose en moi, ou plutôt un manque, un manque qui se creuse de jour en jour, et qui cherche à être comblé. Ce livre me rappelle qu'il faut faire un chemin, bouger, ne pas faire du sur-place, et qu'au cours de ce cheminement les réponses se trouveront d'elles-même. Les aspects mathématiques ou constructions géométriques, qui infusent les bâtisses sacrées (Voir Les pierres sauvages), secrets qui se passent entre maîtres, lors d'une formation qui se déroule surtout en marchant, en peu comme le Kin-hin du Zen, ressort avec force dans ce livre. La marche, qui me semble d'autant plus nécessaire si on doit méditer plusieurs heures par jour. Je n'ai pas encore expérimenté, vécu cela. Mais cela me semble de plus en plus nécessaire dans ce monde absurde et agité. C'est aussi l'alliance entre savoir et être, déjà évoqué et réfléchie dans Le manuel des héros ordinaires. j'ai eu la chance de tomber sur un livre d'occasion hier à la ressourcerie, le Guide de la retraite spirituelle, de Jean-Michel Varenne. Cette rencontre fortuite aurait-elle pu avoir lieu dans un monde dématérialisé où il ne serait guère possible de tomber par hasard sur un livre numérique, sauf au travers de GAFA prescripteurs ? J'en doute. Cette dématérialisation n'a rien de spirituel justement, et cela me navre, de jour en jour, de faire partie des petits soldats du numérique. Ce blog me permet peut-être de m'affranchir d'un métier qui ne me nourrit plus. Bref, ce livre lui, m'a envouté, m'a fait voyager, m'a fait réfléchir, m'a incité à me remettre en question, pas lui en tant que tel, je suis déjà dans la démarche, mais disons encore plus. Ce qui m'a aussi intrigué est la science des druides, de celle dont le christianisme se serait inspiré, à la fois pour se nourrir mais aussi pour supplanter une religion païenne. Qui rappelle à quel point les archétypes sous-tendent nos visions du monde (Voir Le héros aux mille et un visages). Cela m'invite à explorer le savoir des druides. Reste à trouver un ouvrage éclairant à ce sujet. Un livre très riche sur un passé ancien, sur les mythes celtiques notamment. Un beau livre à savourer, en bord de Loire, entouré d'arbres et d'oiseaux. Livre qui ouvre nos chakras comme avec Le passeur de Lumière.

Nous ne nous connaissons pas car nous n'avons jamais osé nous taire ensemble.
Maeterlinck.

Note : AAAAAAAAAAAAAAAAA


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire