jeudi 25 juillet 2019

Le sacré et le profane de Mircea Eliade

L'espace courbé de l'origine du monde
Le sacré et le profane de Mircea Eliade (Idées/Gallimard, 186 pages, 1965)

Incipit :
L'espace sacré et la sacralisation du Monde

Homogénéité spatiale et hiérophanie. 

 Pour l'homme religieux, l'espace n'est pas homogène : il présente des ruptures, des cassures : il y a des portions d'espace qualitativement différentes des autres.

Il s'agit d'une introduction, accessible, claire, concise, qui montre, au travers de différentes formes de religiosité de peuples anciens, antiques mais aussi de l'homme moderne areligieux, qu'il y a deux espaces, l'un sacré et l'autre profane. Que cet espace sacré est particulier, que c'est un espace choisi, organisé, toujours en lien avec une ouverture en direction du ciel. Que cet espace est hors temps, que pour l'homme religieux il représente le réel. Tout ce livre démontre le profondeur de ce constat. Il y a des liens très forts entre soi, la maison et le cosmos, et surtout les étapes de transition, de passage, que les initiations, celles des rituels, de la liturgies mais aussi et surtout celle de la vie même sont intimement liés aux rythmes de la Nature et ses transitions intrinsèques, naissance, mort, renaissance, que chaque religion explore à sa manière mais où on retrouve un substrat commun et intemporel. Un livre éblouissant qui m'a rassuré sur certains points. Par exemple pour Harry Potter, je voyais chaque ouvrage (Sept volumes, sept comme par hasard ...) comme une forme d’initiation, et donc que ces différentes initiations émaillaient l'initiation de sa Vie entière. Que le passage par la trappe pour rejoindre le monde intérieur du Basilic était un passage par une porte étroite, pour y rencontre la mort puis une renaissance etc. etc. Un livre éclairant sur des sujets fondamentaux. Excellente introduction. En plus je l'ai eu d'occasion à 50 cents ... une affaire pour un sujet aussi signifiant. En faisant quelques recherches pour lire d'autres ouvrages de l'auteur, j'ai été surpris de tomber sur Impostures et pseudo-science : L’œuvre de Mircea Eliade par Daniel Dubuisson, ce qui m'a amené à en chercher plus (Oui, je ne puis acheter tous les ouvrages qui m'intéressent, et celui de Dubuisson m'intrigue ...) et c'est sur la fiche wikipedia de Mircea Eliade que j'ai pu avoir quelques détails. Effectivement quelques polémiques, le nationalisme de Mircea Eliade, bien à droite quand même (genre extrême), mais à une époque troublée, antisémite aussi semble-t-il, associant la franc-maçonnerie au bolchevisme (!?), ce qui me parait assez débile, mais bon il me manque certainement des bases sur ces sujets, admirateur de René Guénon qu'il considère comme le plus grand penseur du XXème siècle, rien que ça, ok etc. Cela ne remet pas en cause ma lecture sur Le sacré et le profane. Même si j'aimerais en savoir beaucoup plus avec l'ouvrage de Dubuisson. Finalement tout cela me semble confus et complexe pour me faire une idée claire, équilibrée et juste. Disons que je continuerais à lire Mircea Eliade, sans faire l'impasse sur la complexité du personnage, ni du contexte historique de l'époque. Disons que l'ignorer me semble une option moins pertinente que de le lire.

L'individu isolé, sorti de la dualité élémentaire est un être perdu, un errant. Il ne constitue pas une unité, mais le débris dépareillé d'une totalité vivante.

L'Homme et le sacré (1939) de Roger Caillois

Note : AAAAAAAAAAAAAAAAA

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire