vendredi 9 août 2019

Bienvenue sur la voie d'Arnaud Desjardins

om mani padme hum
Bienvenue sur la voie d'Arnaud Desjardins (Pocket, 180 pages, 2005)

Incipit :
Si vous vous êtes procuré ce livre, c'est que le thème vous intéresse et vous avez probablement l'intention de le lire. Eh bien la première chose que j'ai à vous dire, c'est : méfiez-vous des concepts, méfiez-vous même des formulations officielles.

Un livre destiné au pilon, revendu à un prix défiant toute concurrence par une médiathèque. Bonne pioche. Un livre qui m'a étonné par sa qualité synthétique, son discours honnête, clair, sincère, et sans concession, ce n'est pas lénifiant pour deux sous. C'est peut-être sur le côté pratique qu'il me manque quelque chose, un peu comme des exercices ciblé qui chacun ferait émerger une compréhension sensible des éléments évoqués. Maintenant si on applique les principes de base, qu'on y réfléchit, qu'à chaque instant on essaye de ne plus être dans la dualité et qu'on y réfléchit à chaque fois, vigilance, vigilance, vigilance, comme  au début d'Île d'Aldous Huxley, sans foi aveugle mais une pleine conscience, alors le progrès est possible. Une voie facile d'accès mais longue et difficile à appliquer, à vivre, sur la durée. Dit autrement la voie est à la fois extrêmement simple, c'est clairement indiqué mais extrêmement difficile, pour son application, le fait de la vivre, c'est toute la différence entre l'être et savoir. Cela n'occulte pas le fait de lire, réfléchir, d'explorer. L'auteur dit de choisir une voie et de s'y tenir et pourtant il a exploré de multiples voies spirituelles (Christianisme, hindouisme, Bouddhisme), de multiples rencontres (Guru, lama), de multiples expériences (Sa vie de cherchant), et cela y compris dans un Groupe Gurdjieff (Cela m'a incité à lire Fragments d'un enseignement inconnu d'Ouspensky que j'ai rajouté dans ma pile à lire). Certes il pense qu'il ne faut pas se disperser ou se diluer dans un syncrétisme troublant et générateur de confusion, sans en donner le réel exemple personnel, mais c'est une fois qu'il a fait son parcours. Peut-être peut-on s'affranchir d'un tel parcours. Ou pas. Un livre synthétique qui m'a plus rassuré qu'ouvert les yeux, je suis familier des thèmes abordés mais là c'est abordé avec une telle clairvoyance et lucidité que c'en est rassérénant. Ou alors c'était le moment que je le lise.  Il ne vend pas du rêve mais de l'espérance, une des trois vertus théologales, et ne cache pas qu'il faut y travailler. Cela demande effort, une attention soutenue, de la volonté. Il faudra en payer le prix. Être prêt à le payer aussi. Je vois bien qu'il me faudrait un guide car j'ai quelque question. Comment faire, tout en étant sur la voie, et concilier le travail professionnel par exemple ?, je vois bien, je ressens bien qu'il faut être dans l'acceptation, la soumission (non, pas la hiérarchique mais au flux de la vie) mais il y a quelques aspects notamment l'interaction avec le bruit, la médiocrité, les bassesses humaines, non pas qu'il ne faille les accepter, cela je l'ai compris, à défaut de savoir comment arriver à leur complète acceptation, ce 100% qui ne tolère pas le 99%,  mais surtout faut-il intervenir pour pallier ces bassesses ? faut-il améliorer l'environnement pour les autres ? faut-il participer à la lutte sociale ? J'ai encore du mal à situer le curseur. Car cette acceptation pourrait-être perçue comme de l'indifférence ou de la fatalité, ce que cela n'est pas. On peut bien sûr aussi accepter cela, je vois bien qu'il y a un passage à franchir, qu'une fois de l'autre côté alors ces questions n'auront plus d'importance. Un livre qui n'hésite pas à dire clairement que des années de méditations, mantra etc. peuvent ne servir à rien. Que même des moines après 20 ans de médiation, de retraite etc. sont encore à se comporter en jaloux d'un autre moine ... Cela rend humble mais peut aussi décourager. Bizarrement la philosophie incite à se questionner mais au final, sans exclure toute réflexion, il revient de vivre sans un mental qui interprète à tout bout de champ, qui générè émotions sur émotions et qui colore la vérité de mille feux, pour notre confort comme notre inconfort. Bref, je me rend compte des progrès à mener. Un livre étincelant, peut-être celui qui m'a le plus rapproché de ce que je recherche, qui met certainement aussi en valeur mes expériences, lectures et réflexions passées, je n'en déduit donc pas qu'il se suffit à lui-même. Je pense le relire car j'ai l'intuition qu'il y a tout à savoir dans cet ouvrage. Peut-être vais-je lire d'autres ouvrages de l'auteur, explorer sa pensée, son expérience, et peut-être partager ses connaissances.

Le paysan laboure les champs, l’armurier façonne la flèche, le charpentier courbe le bois, mais le sage se perfectionne lui-même.
Le Bouddha

Personne ne peut nous sauver, à part nous-mêmes… Personne ne peut et personne ne le fera pour nous… Nous devons nous-mêmes marcher dans notre propre voie.
Le Bouddha

Tout bonheur en ce monde vient de l’ouverture aux autres; toute souffrance vient de l’enfermement en soi-même.
Le Bouddha

Il n'y a point de chemin vers le bonheur. Le bonheur, c'est le chemin. 
Lao-Tseu

Note : AAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAA

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire