lundi 11 novembre 2019

Bergson La création de soi par soi de Karl Sarafidis

Manuel de culturisme spirituel
Bergson La création de soi par soi de Karl Sarafidis (Eyrolles, 146 pages, 2013)

Incipit :
On accuse souvent la philosophie de ne servir à rien, de ne répondre à aucun besoin réel et de n'offrir aucun but concret à l'humanité.
Je ne suis pas tout à fait d'accord avec l'incipit. Pour celles et ceux qui s'intéressent à la philosophie, au contraire, elle peut servir et apporter beaucoup. Ce n'est pas la (ou les) philosophies qui sont en cause mais plutôt de ne pas s'y intéresser, de ne pas se prendre en main et de ne pas y réfléchir. D'innombrables ouvrages démontrent le contraire de l'incipit, (Par exemple Happy qui montre Ô combien le stoïcisme peut participer à notre bonheur, mais pas que) dont l'ouvrage ici-présent bien évidemment. Certes c'est pour mieux nous introduire à la pensée de Bergson qui propose justement une réflexion qui peut nourrir notre développement personnel et notre vision de la vie. Et ce livre le fait magistralement, des chapitres qui charpentent un édifice reposant sur quelques piliers essentiels des écrits d'Henri Bergson. Il y a quelques points auxquels je n'adhère pas ou qui sont contraires aux idées que je me suis construites en lisant d'autres auteurs (Trinh Xuan Thuan, Klein, Stephen Hawing par exemple) mais dans l'ensemble il s'agit d'une pensée cohérente, du "connais toi toi-même" à "deviens ce que tu es", on y retrouve les pensées d'autres philosophes ou d'autres penseurs.Y compris Anselm Kiefer dont je suis grand fan, car Bergson parle beaucoup de création au sens large. Cela m'incite aussi à aller puiser dans les ouvrages de Bergson, dont sont extrait des citations, même s'ils ont l'air moins clairs que l'analyse qu'en fait Karl Sarafidis. Étonnamment j'ai commencé un livre sur la Kabbale et j'y retrouve des similitudes nettes, que l'Homme vaut plus qu'il ne croit (pour faire très synthétique). Les passages sur le fait de créer ont de forts impacts sur moi car comme je peint (en toute modestie) cela résonne bien différemment que si je ne peignais pas. D'autant que les propos d'Anselm (encore lui) m'ont décomplexé sur ce sujet et a converti mon regard sur plusieurs points.

Note : AAAAAAAAA

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire