lundi 16 décembre 2019

Le SiLmariLLion de John Ronald Reuel Tolkien

Attention ça va couper !
Le SiLmariLLion de John Ronald Reuel Tolkien (Pocket, 480 pages, 2003)

Incipit :
Il y eu Eru, le Premier, qu'en Arda on appelle Ilúvatar ; il créa d'abord les Ainur, les Bénis, qu'il engendra de sa pensée, et ceux-là furent avec lui avant que nulle chose ne fût créée.
Ahhhh cela faisait longtemps que je devais le lire. Cela tombe très bien je lis aussi le Kaleva. Ma période épique, épopée. Le moment idéal de mettre une armure, de monter mon destrier, un frison noir à la crinière torsadée, et de partir à l'aventure !!! Bon déjà cette édition pèche un peu. Il manque un index. Hé oui je suis latéral gauche, intégriste, j'ai besoin de tout retrouver. Bon il y a au moins un glossaire, cela ira pour cette fois. Autre bémol, des coquilles à divers endroits ('ep' au lieu de 'en' ou encore dans les noms propres qui ont des orthographes différentes, parfois dans le même paragraphe). C'est pas très sérieux. Ce n'est pas du papier bible, la jaquette n'est pas en cuir avec le titre doré à l'or fin, nan mais de qui se moque-t-on ? C'est quoi ce bordel ??? Bon Le Silmarillion n'est pas à lire en premier, il dévoile trop du Mystère, pire à la fin un chapitre résume Le Seigneur des Anneaux, comment divulgâcher, tout un art. Le Silmarillion narre l'origine cosmogonique du monde de la Terre du Milieu et au delà, la généalogie de tous les êtres à commencer par Eru, la géographie et j'en passe. C'en est vertigineux. Je suis époustouflé. Une œuvre passionnante. On y retrouve Galadriel, Lúthien (Hé oui il y a des femmes pour ceux qui pensent que non), Gandalf et tant d'autres. Une épopée au souffle délicieusement suranné mais puissant, des batailles épiques, une généalogie riche et dense, des moments poétiques superbes et d'une grande beauté évocatrice. Des symboles forts comme par exemple les Trois (Anneaux) Narya, anneau de Feu, Nenya, anneau de l'Eau et Vilya anneau de l'Air,  Minas Ithil, la Tour de la Lune Montante et Minas Anor, la Tour du Soleil Couchant. Et là j'effleure ... Des détails sur les anneaux, leurs conceptions, les Silmarils et les terribles Nazgûl. Une œuvre magnifique qui s'inscrit dans une œuvre beaucoup plus large au point que j'en connais peu qui peuvent l'égaler, à part Homère. Dans la botte (que j'espère propres) du Père Noël il y aura peut-être The Lays of Beleriand en vieil anglais, ouais même pas peur, d'un autre côté je me suis entrainé comme un fou sur Star Wars dans la langue de Shakespeare que j'ai carrément adoré. Trop G33k !
Tab n° 27 : Celebrimbor Forge


 
 Un tableau pour les forges qui ont façonné les Anneaux. Yo Vulcain, ça flotte ?
















Note : AAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAA

Aucun commentaire:

Publier un commentaire