mercredi 25 mars 2020

Un monde à portée de main de Maylis de Kerangal

Un monde à portée de main de Maylis de Kerangal (Folio, 326 pages, 2018)

Incipit :
Paula Karst apparait dans l'escalier, elle sort ce soir, ça se voit tout de suite, un changement de vitesse perceptible depuis qu'elle a claqué la porte de l'appartement, la respiration plus rapide, la frappe du cœur plus lourde, un long manteau sombre ouvert sur une chemise blanche, des boots à talons de sept centimètres, et pas de sac, tout dans les poches, portable, cigarettes, cash, tout, le trousseau de clés qui sonnent et rythme son allure - frisson de caisse claire - la chevelure qui rebondit sur les épaules, l'escalier qui s'enroule en spirale autour d'elle à mesure qu'elle descend les étages, tourbillonne jusque dans le vestibule, après quoi, interceptée in extremis par le grand miroir, elle pile et s'approche, sonde ses yeux vairons, étale de l'index le fard trop dense sur ses paupières, pince ses joues pâles et presse ..
Bon, il m'a fallu abréger l'incipit qui n'en fini pas, c'est rare (Encore pire, il y a Zone de Matthias Enard, qui, de mémoire est une seule phrase par chapitre, pas de point donc, à chacun de trouver son rythme, ceux qui n'y arrivent pas s'y épuisent ... mais est-ce la faute du livre ?). Un livre délicat, qui parle très bien de nos affects, de la peinture (décor ou d'artiste) avec un très beau passage sur Lascaux. Il parle des creux, de l'indicible, de l'ineffable, de ce qui est évoqué dès la première page par ce magnifique kōan, un classique dans le zen, que je connaissais pour en avoir lu plein. Il ne s'agit pas de les lire mais d'y répondre en quelque sorte, et pas de manière rationnelle, occidentale mais par le cœur, la seule voie véritable. Le vent fait-il du bruit dans les arbres quand il n'y a personne pour l'entendre ? Ce qui ne se sait pas, ne se sait pas. On ne perçoit qu'à l'aune de ses sens, la majeure partie de la vie nous échappe. Un livre  touchant qui parle de la vie, de l'amour, de l'art, et qui le fait bien. 

Note : AAAAAAAA


Aucun commentaire:

Publier un commentaire