mercredi 15 avril 2020

Le Grand Meaulnes d'Alain Fournier

Le Grand Meaulnes d'Alain Fournier (Le livre de poche, 218 pages, 2018)

Incipit :
Il arriva chez nous un dimanche de novembre 189...
Je souhaitais un jour relire Le grand Meaulnes, une lecture adolescente qui m'avait marqué, l'impression pour la première fois de vivre un rêve éveillé. Je parle de la soirée de la fête au Domaine, je trouvais cela magique, cela m'a envoûté. J'ai compris à cette occasion le pouvoir des mots, comment ils pouvaient manipuler vos émotions intimes. Puis je me rappelais vaguement que cela se terminait 'pas très bien', qu'il partait à la guerre. En fait, pas du tout j'avais complètement oublié la suite de la fête. J'ai pris beaucoup de plaisir à le relier, même si le côté tragique est un peu plombant. Mais c'est d'un romantisme fou. Le plus troublant est que j'ai découvert à cette occasion à quel point c'est lié à l'enfance de l'auteur et à son amour contrarié. Cela transparait clairement dans la courte chronologie de la vie de l'auteur, à la fin de l'ouvrage. Je me suis mis à le lire en apprenant dans le NouvelObs la sortie en Pléiade de ce livre, puis le jour même où je comptais le commencer, son passage au Masque & la Plume. A ce propos Arnaud Viviant, au masque est, une fois de plus, imprécis, disant, je crois, avoir vu le mot adolescence deux fois. Il apparait sept fois. Trois fois au début, une fois au milieu et deux fois vers la fin. Ok, j'ai l'avantage d'avoir utilisé le logiciel Tropes. Mais ce passage sur l'adolescence, comme concept récent, et le fait qu'à l'époque on passait directement de l'enfance au monde adulte, me paraissait censé, et ce livre est bien cela. Donc j'ai été attentif à cela lors de ma lecture. S'il s'agit bien d'un passage alors peut-être n'est-ce pas un hasard que le substantif le plus usité est le mot 'porte' qui apparaît 113 fois. Que les deux adjectifs les plus usités sont petit (171 fois) et grand (320 fois). Mais je vous laisse avec mes analyses personnelles. J'ai été très heureux de relire ce livre qui m'a rappelé, de très nombreuses années après, mon adolescence.

Note : AAAAAAA

Aucun commentaire:

Publier un commentaire