dimanche 31 mai 2020

Quel petit vélo à guidon chromé au fond de la cour ? de Geoges Perec

Quel petit vélo à guidon chromé au fond de la cour ? de Geoges Perec (Folio, 118 pages, 2017)

Incipit :

C'était un mec, il s'appelait Karamanlis, ou quelque chose comme ça : Karawo ? Karawash ? Karacouvé ? Enfin bref, Karatruc.

Encore un attentat littéraire de Pairecque (Georges) contre l’ordre établi (qui ne déparerait pas d’un atelier) de la Littré rature. A coups de figures de style bien senties, Georgio (Pérecques) armé jusqu’aux dents, de coups d’incisives bien tranchantes, défigure, avec exercices de style une histoire rebondissante bourrée de fantaisies, écornant chaque phrase d’anacoluthes explosifs, de grenades apocopes et de métaphrases piégées. Ceci explique certainement son tropisme pour la chirurgie du coude et autre plan maléfique pour écrabouiller un avant bras afin d’épargner d’aller à la guerre l'individu Karamacole. Un texte jubilatoire, une féérie de mots, une éclosion d'humour. Cela m'a rappelé que j'avais dans une des bibliothèques Cantatrix sopranica L. Et autres écrits scientifiques du même auteur ... que j'ai remis devant ma vue pour ne pas oublier, à nouveau, de le lire.

Note : AAAAAAAAAAAAA

Aucun commentaire:

Publier un commentaire