lundi 8 juin 2020

le Bal de Sceaux de Balzac

le Bal de Sceaux de Balzac (Pléiade, pages 72-127, 1951)

Incipit :
Le comte de Fontaine, chef de l'une des plus anciennes familles du Poitou, avait servi la cause des Bourbons avec intelligence et courage pendant la guerre que les Vendéens firent à la république.


Deuxième livre de La Comédie Humaine, juste après La Maison du chat-qui-pelote. Ce dernier exposait les nuances entre un mariage de raison et un mariage de passion, tradition contre aventure, et changement de classe. Là nous suivons une héroïnes très difficile sur le choix de son mari, s'étant imposé un nombre de critères comme par exemple qu'il soit pair de France. Sûr d'elle, la première à jeter des épigrammes aux yeux de monde, elle tombe tout à coup amoureuse d'un mystérieux jeune homme, au bal de Sceaux. A-t-il tous les critères ? L'amour n'est-il pas plus important après tout ? Jusqu'où aller entre l'être idéal et un être réel qui sied à son cœur ? Comme dans une fable, la chute est sévère, mois que dans La Maison du chat-qui-pelote, mais tout de même. Balzac ne devait pas connaitre les fins hollywoodienne ni la série Harlequin, enfin je dis cela je n'en ai jamais lu, mais j'ai cru comprendre que cela se terminait toujours bien. Bref, au delà de ces amours tarabiscotés c'est aussi une analyse ds mœurs et une critique sociale détaillé que nous offre l'auteur. Quand même quel génie que ce Balzac !!! Je dis cela car j'ai bientôt terminée l'histoire qui suit, Mémoires de deux jeunes mariées, et il  a un style qui se déploie de manière magistrale, les lettres amoureuses, par exemple, sont somptueuses . Décidément cette Comédie Humaine est d'une richesse stupéfiante.

Note : AAAAAAAA

Aucun commentaire:

Publier un commentaire