dimanche 14 juin 2020

Le Maître et Marguerite de Mikhaïl Boulgakov

MiaououUUU !
Le Maître et Marguerite de Mikhaïl  Boulgakov (Robert Laffont Pavillons Poche, 704 pages, 2018)

Incipit :
C'était à Moscou au déclin d'une journée printanière particulièrement chaude.

Un livre étonnant, qu'on pourrait classer dans le fantastique. Peu importe en fait. Une critique sociale de l'époque de Moscou des années 30, en partie sur ce qu'à subit l'auteur sous l'habillage d'une revisite du mythe de Faust, où c'est Marguerite qui fait le pacte, bref de multiples variations pour un roman riche et complexe, mais coloré d'une mondanité satanique délicieuse. Quel contraste avec le Faust de Goethe que je n'arrive pas à terminer, qui commençait si bien avec des très beaux vers, mais dont l’architecture est bancale, mal jointoyée, un salmigondis du mythe de Faust, de nuit de Walpurgis, d'échanges des Parques Atropos, Clotho, Lachésis, de rebondissements (tavernes, etc.) mal à propos. Bref, très déçu de Goethe. Quant à Boulgakov, même en prose, c'est bien mieux, plus frais, frétillant, malicieux, rocambolesque, fantasque, poétique, symbolique (Soleil/Lune). L'épilogue montre bien l'esprit moutonnier, conformiste, plein de commérage, de superstitions, de comportements grégaires, mais c'est surtout une relecture de Faust surprenante qui s'inscrit dans le vécu de l'auteur, cela fait d'ailleurs quelque chose de savoir que tel paragraphe a été dicté sur son lit de mort. Un livre inachevé mais tout de même abouti. Les notes de bas de page précisent et éclaircissent certains points, une préface et avant-propos qui enrichissent cette œuvre. Cela m'a rappelé de très nombreuses choses, l'Air des bijoux dans Tintin du Faust de Gounod, où ici Marguerite, pétillante, ri de se voir si belle, l'échiquier animé qu'on retrouve dans Star Wars, et pleins d'écho qui me rappelle Harry Potter, notamment la cheminée qui sert à voyager ... Mais au delà de ça c'est une vision du climat Stalinien, une ambiance plus métaphorique que dans le 1984 d'Orwell. Un livre marquant ... Et j'aime bien l'édition Pavillons Poche !

Note : AAAAAAAAAAAA

Aucun commentaire:

Publier un commentaire