dimanche 14 juin 2020

Mémoires de deux jeunes mariées d'Honoré de Balzac

Mémoires de deux jeunes mariées d'Honoré de Balzac (Pléiade, pages 128 à 327, 1951)

Incipit :
Ma chère biche, je suis dehors aussi, moi !


Seul roman épistolaire de La Comédie Humaine. Dédié à Georges Sand. Bon vu comment cela se finit, je commence à douter du terme 'Comédie', car pour l'instant chaque roman a une bonne part d'amertume ... c'est le moins que je puisse dire ... La Comédie Humaine mais alors de manière ironique ou absurde au sens Camusien. Disons que cela explore les facettes labyrinthiques de nos visions, de nos vues, de nos conditionnements, de nos âmes, etc. C'est en premier lieu une grande complicité entre deux femmes, intelligentes, fines, délicates, qui s'ouvrent l'une à l'autre. Puis petit à petit leur destin diverge. Comme dans La Maison du chat-qui-pelotte, c'est entre une vie 'normale', l'amour raison, et l'amour passion, cet amour passion qui, dans Le Bal de Sceaux, s'agrémente parfois de conditions jusqu'au-boutiste. C'est très bien analysé, détaillé, et Balzac écrit tellement bien, les lettres d'amour sont tout simplement magnifiques ! Et cette complicité, qui se complique certes, mais si belle entre deux âmes ! Je suis plutôt content d'avoir décidé de lire toute La Comédie Humaine. Enfin je le suppose car j'estime à un an pour la lire, à raison d'un volume par mois, mais sans lire que cela. Oui il me faut lire autre chose parfois ! Bon je comprends que Mémoires de deux jeunes mariées fassent l'objet de rééditions en un seul volume, c'est effectivement un beau roman d'amour qui décrit bien les sentiments, mais aussi une complicité rare.

Note : AAAAAAAAAAAAAAAA

Aucun commentaire:

Publier un commentaire