dimanche 26 juillet 2020

Allez tous vous faire foutre d'Aidan Truhen

Allez tous vous faire foutre d'Aidan Truhen (10x18, 312 pages, 2019)

Incipit :
Je commande un latte macchiato parce que Didi est morte et c'est triste.
Pulp Fiction format papier ! Ultra-violence, scènes trash, propos déjantés, humour noir grinçant, cynisme stoïcien et de multiples références plus ou moins cachées. Un livre qui tache. Mettez un bavoir ou une tenue d'abattoir. Vous n'allez peut-être pas me croire mais on peut voir  sourdre dans ce livre quelques propos philosophiques sous l'apparat défécatoire d'un langage fleuri, un homme au QI élaboré mais qui en est resté à l'humour potache. D'un certaine manière il est très grec, très homérique, il accepte son destin, l'assume et rempli le rôle pour lequel il sied, il y va, il agit, il ne recule pas devant l'adversité, pour lequel il scie (dans la colle) avec une tronçonneuse dernier modèle taille XXL. Du Tex Avery en mode politiquement incorrect, crade, un sale gosse qu'il fallait pas embêter, qui sait être raisonnable et ne tombe pas dans l'hubris. Il n'est pas comme Achille au moment où ce dernier passe en mode berserker, mais il défouraille sévère quand même. Bref notre héros pourrait tout à fait avoir un rôle dans l'Iliade. Un livre qui prolonge, d'une manière assez particulière, le livre Un été avec Homère. cela commence bêtement si je puis dire. Sa voisine du dessous se fait tuer méchamment. Il s'inquiète. Alors on le tabasse pour lui dire poliment d'arrêter. Mais voilà, c'est pas poli, fallait demander de manière raisonnable. Alors il passe la seconde et pour le dire en quelques mots, ça va chier grave. Bon un livre défoulatoire. Un bonbon acidulé. La couverture résume bien en fait.

Note : AAAAAAA

Aucun commentaire:

Publier un commentaire