vendredi 17 juillet 2020

Dialogue sur la nature humaine de Cyrulnik et Morin

A table !!!
Dialogue sur la nature humaine de Boris Cyrulnik et Edgar Morin (Édition de l'aube, 84 pages, 2000)

Incipit :
Boris Cyrulnik. - Je vous surveille depuis longtemps - il m'arrive même de vous lire - et j'ai l'impression que nous jouons un peu dans la même équipe mentale.

Une surprise trouvée en tête de gondole à la Libraire du Chat qui dort. Merci à la libraire. En parcourant ce court entretien j'y ai trouvé deux passages qui me semblaient prometteurs, je l'ai donc acheté. J'y ai retrouvé ce souhait de la transdisciplinarité, de l'unité terrienne, de cet accord harmonieux avec la biosphère, ces regrets sur le peu de progrès spirituels de Sapiens, gavé de raison mais toujours aussi belliqueux, agressif, xénophobe, imbécile, intolérant etc. Cette crevure (au sens figuré du dictionnaire) de Donald Trump est à ce titre un beau spécimen de la médiocrité humaine (Comme le dit à sa manière Sylvain Tesson il suffit de regarder les actualités pour voir l'échec de Sapiens toujours dans son enfance chaotique, ce qu'a parfaitement résumé D. H Lawrence dans sa figure sur la chenille [1]). J'y ressent ce souhait de transcendance, d'une nouvelle humanité, tenant enfin compte de son histoire, de ses réflexions, de sa pensée, de son empathie, la plus aboutie parmi les animaux selon Cyrulnik. Beaucoup de passages qui méritent réflexion, j'ai pris de nombreuses notes. De manière synchronique (coïncidence signifiante) page 41 Héraclite est cité, alors que je venais il y a peu d'écouter Sylvain Tesson parler d'un de ses livres favoris : Les fragments d'Héraclite. De surcroit ce qui est cité dans ce livre est "vivre de mort, mourir de vie" et cela fait écho à justement mon autre lecture en cours, Moby Dick, où, page 583 est dit "La Vie enveloppait la Mort ; la Mort tramait la Vie". A la fois Ouroboros et ce tramage qui rappelle les Parques, en particulier Clotho, celle qui notamment tisse. Et tout cela est lié, les propos de Sylvain Tesson, comme ceux d'Herman Melville, par la voix d'Ishmaël, comme ceux de Boris Cyrulnik ou Edgar Morin, ou encore cet exposé sur l'archéologie enseignée à Cambridge. J'y rajouterais bien quelques propos d'Isaac Asimov, que ce soit ses interview ou son autobiographie I, Asimov ou encore Les Tisserands  d'Abdennour Bidar. Tout cela pour dire que ce court récit d'entretien recèle en lui de nombreux fils de réflexions, des pistes à explorer, une profondeur et surtout un espoir.

Note: AAAAAAAAAAAAAAAA

[1]  “And besides, look at elder flowers and bluebells-they are a sign that pure creation takes place - even the butterfly.
But humanity never gets beyond the caterpillar stage -it rots in the chrysalis, it never will have wings.It is anti-creation, like monkeys and baboons.
” ― D.H. Lawrence, Women in Love

Aucun commentaire:

Publier un commentaire