dimanche 13 septembre 2020

L'Utopie de Thomas More

 L'Utopie de Thomas More (Librio, 126 pages, 2018)

Incipit :

L'invincible roi d’Angleterre, Henri, huitième du nom, prince d'un génie rare et supérieur, eut, il n'y a pas longtemps, un démêlé de certaine importance avec le sérénissime Charles, prince de Castille.
Inspiré de la République, un dialogue décrivant l'organisation avant-gardiste pour l'époque (1516) d'une île, Utopie. Cela reste un texte incroyablement moderne préfigurant Le Manifeste du Parti Communiste, pour sa lutte des classe ou plutôt d'éviter qu'elle existe, Le Meilleur des Mondes, pour son souhait d'un monde parfait, équilibré, Jérémy Bentham et son panoptique, par son auto régulation et surveillance/transparence érigé en principe, Ile d'Aldous Huxley, pour l'aspect utopique sur une île, L'Île Mystérieuse de Jules Verne, idem, mais aussi des évènements historiques comme la révolution française, ou des interrogations toujours actuelles, les questions sur l'égalité, le partage des richesses, l'euthanasie, les végétariens, la condition animale, cultiver son jardin (dans les deux sens, dont le Candide de Voltaire se souviendra, bien que Voltaire ait eu des propos bien racistes contre les noirs et les juifs, il n'a pas du assez cultiver son jardin),  le référendum, l'Université Populaire (bien avant Michel Onfray), le respect du au travail manuel et aux métiers essentiels (Un gros pied de nez aux "premiers de cordée", slogan propagandiste mensonger des ultra libéraux incultes, sociologiquement mensonger, et argument économique tartuffe), brocardant le Dieu argent, brocardant l’aristocratie (Ceux qui croient à leur supériorité de naissance (!?), j'en ai dans la famille), brocardant l'apparence (Diktat de la mode ou de l'habit qui ferait le moine), brocardant l'amoncellement des textes de lois (!!! quelle prescience !), mettant en avant les services publics (dont la santé), etc. Mais ce livre est aussi le fruit de son époque, quelques traces de sexismes, de patriarcat bon teint, pas de place pour l'athéisme, car cela s'apparente à une théocratie même s'il y a une tolérance entre religions, mais bien sûr le Christianisme est ... la meilleure !. L'endoctrinement religieux des enfants est un principe de base en Utopie ... Ce qui relève de la pure maltraitance selon moi. De même Thomas More utilise l’argument éculé et faux que seuls les croyants peuvent avoir une morale. L'Histoire démontre plutôt l'inverse, ce sont tout de même des croyants qui ont allumé le plus de bûcher que je sache. Et c'est bien la corruption et autres dérives de son époque (croyante donc) qui l'a amené à rédiger ce texte. Donc pas de place pour les mécréants et autres athées semble-t-il. D'un autre côté l'immortalité de l'âme est un dogme absolu. Dommage de ne pas avoir eu le courage d'aller jusqu'au bout de l'idée de laïcité, de tolérance, de fraternité, d'ouverture et de paix. C'est la limite de cet ouvrage qui reste par de nombreux aspects étonnamment moderne dans ses idées, surtout pour l'époque où il a été rédigé. Il rejette aussi les superstitions et autres oracles mais valide ... les miracles. Toujours cette difficile réconciliation entre Foi et Raison. La partie sur la Guerre fait un peu penser à un traité de polémologie style Le Prince (Mais qui parait en 1532 donc non) ou Sun Tzu dont il s'est peut-être inspiré. Fidèle à ses idées (pas de divorce par exemple) il fut ... exécuté par celui dont il encensait dans son incipit les vertus. Initialement j'avais commence Utopia XXI d'Aymeric Caron. Comme il s'inspire de L'Utopie de More alors je trouvais logique de commencer par lire sa source d'inspiration. Ce livre de More devrait être lu par tout le monde tant il offre des points essentiels sur la conception de la cité. Républicaine ... puisque basée sur La République de Platon.

Note : AAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAA

L'hérétique n'est pas celui que le bûcher brûle, mais celui qui l'allume.
Francis Bacon

Le siècle est fou. Fou de lâchetés, de démissions, de mensonges, d'impostures et de laideur, et ce qu'on appelle "crise de civilisation" n'est en vérité que le refus apeuré de toute hauteur.
Jean Cau

La crédulité se forge plus de miracles que l'imposture ne peut en inventer.
Joseph Joubert

Aucun commentaire:

Publier un commentaire