samedi 31 octobre 2020

Fondation d'Isaac Asimov

Fondation d'Isaac Asimov (Denoël, 236 pages, 1966)

Incipit :

Il s'appelait Gaal Dornick et c'était un bon provincial qui n'avait encore jamais vu Trantor.
Ahh la psychohistoire. Mélange de mathématiques de très haut niveau et de prévisions historiques basées sur les masses et les mouvements de fond. Il s'agit d'une relecture, encore que m'en rappelant plus guère, c'est presque une lecture. Lu quand j'étais jeune, insouciant. Sans pandémie, sans terrorisme. Avec un meilleur moral  sociétal ha ha. Bon. Dommage que Denoël ne relise pas assez, cela aurait éviter de nombreuses fautes. En dehors de cela il y a une ampleur dans ce cycle qui me laisse pantois. L'impression qu'Asimov a perçu qu'il y a des choses qui nous dépassent individuellement avec ce hochet de croire qu'on peut prédire l'avenir. Mais comme l’humain est un chaos de niveau 2, pour que cela se réalise il ne faut pas qu'il soit au courant. Hummm je comprends. Bon bref, c'était distrayant et plaisant à relire. C'est pas super bien écrit mais les idées foisonnent. 

Ah oui j'ai aussi fini Harry Potter. The Half-blood Prince et The deathly Hallows.  Aussi des relectures alors je vous les épargne. A ce propos les éditions MinaLima ont sortie le premier volume de la saga illustré par leur soins. c'est MAGNIFIQUE !!!! Un rêve de gosse. Images somptueuses, couleurs douces et chaudes, propices au merveilleux.  Et des pliages ... Le rêve absolu !!

Note : AAAAAAAA

Aucun commentaire:

Publier un commentaire