vendredi 18 décembre 2020

Le Grand Roman des Maths de Mickaël Launay

 Le Grand Roman des Maths - De la préhistoire à nos jours de Mickaël Launay (J'ai Lu, 316 pages, 2016)

Incipit :

Oh, moi, j'ai toujours été nulle en maths !

Un  peu malheureux de commencer par un échange avec une femme alors que le monde des mathématiques est sur-représenté par la gente masculine, heureusement quelques noms de femme sont cités, à juste titre, mais on sent le pré carré des hommes comme dans celui du monde des échecs (cf. The Queen's Gambit). Or ce n'est ni une fatalité ni une raison lié à l'intelligence. Et puis l'auteur tend à accréditer la thèse que les maths ce n'est pas si compliqué et confond l'usage des maths pour tout les jours et les mathématiques en tant que matière, en tant que recherche. Lorsque des personnes s'estiment nulles en mathématiques, de quoi parlent-elles exactement ? De quel périmètre des mathématiques ? Ce n'est pas dit ici, et on reste dans les généralités futiles et les clichés. Est-ce l'arithmétique ? L'algèbre ? Le calcul infinitésimal ? La trigonométrie ? Les dérivées ? Les intégrales ? Les différentielles ? Les quaternions ? La topologie ? Pas de précision. Donc sous-entendu être nul en maths n'est pas une fatalité. Heu d'accord, mais avec un avis aussi superficiel et creux sur les raisons de la nullité, on peut dire à peu près n'importe quoi. C'est aussi un livre un peu brouillon où d'un chapitre à l'autre on passe du passé récent au début du XXème puis  à l’antiquité, puis la Renaissance puis à la préhistoire. De même des sujets sont effleurés, par exemple comment Ératosthène calcule la circonférence terrestre (Autant dire que les platistes démontrent la consternante étendue de leur bêtise, ils utilisent pourtant les avions, qui utilisent le GPS, ce dernier reposant sur des satellites ... autour de la terre, sans parler de la gravitation ou de la relativité), et d'autres, plus compliqués, sont détaillés, ou d'autre sujet où cela n'est pas clair, comme les fractales où deux couleurs (les deux cas, itération vers l'infini ou oscillant autour d'une valeur) ne peuvent expliquer les multitudes de couleurs des représentations fractales. Certains passages sont un peu nombrilistes, comme l'auteur qui se met en scène pour sa thèse, l'arbre d'héritage des savoirs (p. 259) mathématiques de sa branche, j'aurais préféré une cartographie des mathématiques plutôt que le parcours personnel de l'auteur qui aurait pu être plus concis en en disant tout autant, sans au passage faire le faux modeste. Néanmoins ce livre se lit avec plaisir et offre matière à réflexion, tout autant que point de départ à d'autres exploration. Je n'oublie pas que c'est un livre de vulgarisation, juste que je suis resté sur ma faim. Cela a du aussi demander un effort conséquent. Disons que je m’attendais à mieux, nettement mieux, donc on peut lire en filigrane ma déception due à une attente excessive. Ce livre aborde de nombreux thème et c'est là son grand mérite. S'il peut inviter certains à s'intéresser plus avant aux mathématiques alors il aura su jouer son rôle. Même si des points m'ont semblé superficiels, incomplets ou pas assez étoffés, il y a suffisamment de matière pour une introduction générale. Il cite en lecture complémentaire le livre de Cédric Villani, Théorème vivant. En conclusion ce livre ne vous aidera pas à être moins 'nul' en mathématique mais peut inciter certains et certaines à s'intéresser plus avant au sujet, ce qui est en soit suffisamment méritant.

Note : AAAAA

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire