dimanche 25 avril 2021

Physics of the impossible by Michio Kaku

 Physics of the impossible by Michio Kaku (Penguin Books,  329 pages, 2008)

Incipit :

One day, would it be possible to walk through walls ?

Wouahhhaaaaaaa !!! Quel livre qui décoiffe !! Les idées à la pointe de la recherche et pour ainsi dire au delà. Une classification intéressante sur différentes impossibilités (Oui dit comme cela on frise l'aporie) selon notre avancée et les découvertes en cours, possible ou envisageable. Mais surtout il y a une historicisation de ces impossibilités, des références (Et pas que Star Trek ou Star Wars) littéraires, des remarques qui montrent à quel point ce qu'on a considéré parfois comme impossible est devenu réalité. La thèse du livre repose sur le fait que ce qu'on considère alors impossible aujourd'hui ne l'est pas et qu'est-ce que cela suppose. C'est surtout une exploration des limites des lois de la physique, ce qui en creux permet de mieux les appréhender ces lois et de le mettre en perspective. Une lecture très agréable, Michio Kuko est un excellent vulgarisateur. Chaque chapitre est un régal. J'y ai découvert certains méta-matériaux, la possibilité, surprenante, d'un ascenseur pour aller en orbite (à bas de nanotubes de carbones), etc. Avec à chaque fois, les difficultés possibles, les possibilités d'y circonvenir. Et pleins d'autres sujets, ce livre fourmille d'idées de recherche et donne une impression qu'il y a encore énormément de choses à faire à et découvrir. Sur ce point ce livre donne une sacrée énergie. Et, comme toujours, en toile de fond, les questions existentielles, la Vie, la Mort, notre Naissance (Cosmos, Terre, Humanité), notre destinée ... Et les réponses de la science. Enfin tout ces concepts et questionnements sont manipulés avec aisance brio et élégance ce qui rend l’ensemble accessible sur des sujets pourtant qui décoiffent. C'est tout le génie de l'auteur. Un super livre !!!

Note : AAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAA^Googol

dimanche 18 avril 2021

Atomes de Theodore Gray

Atomes Une exploration visuelle de tous les éléments connus dans l'Univers de Theodore Gray (Éditions Place des Victoires, 240 pages, 2010)

Incipit :

Le tableau périodique des éléments est le catalogue de tout ce que vous pouvez vous faire tomber sur le pied.

Une visite guidée, visuelle, teinté d'humour, de la table périodique des  éléments. Richement illustrée d'objet de la collection personnelle de l'auteur (Sauf ce qui a été confisqué par le FBI et peut-être quelques sources externes) cela raconte aussi la découverte, l'usage (Parfois complètement farfelus ou terriblement dangereux comme l'utilisation "thérapeutique" d'éléments radioactifs) de ces éléments souvent dans des associations combinées avec d'autres, pour soit renforcer, soit durcir soit embellir soit ... Au début est présenté (Trop brièvement) la logique de cette table, en quoi les atomes interagissent chimiquement (pour simplifier uniquement par la dernière orbitale, donc essentiellement les électrons ... Étonnant, non ?), les différentes orbitales des électrons, etc. La légende de chaque élément est également illustrée (point de fusion, masse, densité etc). L'auteur se permet quelques critiques, toujours bienvenues et souvent caustiques, sur l'usage de l'ampoule ou encore l'erreur de croire que c'est l'Iridium le plus dense, alors que c'est l'Osmium. Les charlatans de tout poils seront aussi vertement moqués tout comme les mensonges publicitaires éhontés de certaines marques (Ces dernières indiquant à tort l'usage d'un élément "vendeur" sans qu'il y en ait la moindre trace). Au final un livre de référence très très amusant, éducatif, enrichissant, édifiant. On apprend au passage une foule de choses, souvent surprenantes (Enfin pour moi). Il y a quelques rares coquilles (Des légendes associées à la mauvaise illustration), mais globalement c'est ok. Je regrette que les points de fusion (Et ceux du passage liquide au gaz) ne soient pas plus clairement indiqués, qu'il n'y ait pas un poster détachable de la table périodique en A0 qu'on puisse accrocher au dessus de son lit et qu'un Spinthariscope ne soit pas offert avec l'ouvrage, j'aurais adoré !!! J'aime bien la bibliographie qui me donne l'envie d'en savoir (encore) plus. Si après cela vous ne voulez pas devenir chimiste alors je ne peux plus rien pour vous. Ah si, peut-être le visionnage de 25 expériences de chimie en 15 mn par Andrew Szydlo. Nan il y a pas que lui qui aime ce qui brûle ou fait boom ! Et puis, ce livre est moins cher qu'un Gömböc alors pourquoi se priver.

Note : AAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAA


vendredi 16 avril 2021

Alice in Quantumland by Robert Gilmore

 Alice in Quantumland An allegory of Wuantum Physics by Robert Gilmore (Springer-Verlag, 184 pages,
1995)

Incipit :

Alice was bored.

Alice au pays des merveilles est d'une telle richesse que cette œuvre a fait l'objet de constantes et nombreuses références sur des thèmes variés (Par exemple dans le G.E.B. Gödel Escher et Bach, Les brins d'une guirlande éternelle). Et l'Univers barré de Lewis Carroll s'adapte très bien à l'univers tout aussi étrange de la physique des particules. Essayer de comprendre la physique quantique est passer de l'autre côté du miroir. C'est raconté de manière pertinente, astucieuse et d'une certaine manière avec un humour parfois très drôle. J'ai pourtant lu quelques ouvrages de vulgarisation sur le sujet et là encore j'ai été surpris d'apprendre certains détails dont je n'avais jamais entendu parler, en particulier sur certaines particules (Et leur nombre qui dépasse le tableau que j'ai). J'en étais à hadrons, fermions, quarks, anti-quarks, électrons, protons, up, down etc. ou encore le paradoxe EPR, mais là cela décrit notamment les couleurs des quarks (qui ne sont pas de vraies couleurs) et comment on perçoit le changement de ces couleurs avec des détails que je n'avais jamais lu. En bref c'est une allégorie très bien faite, amusante, sous pour autant édulcorer les aspects scientifiques. On comprend qu'on comprend pas grand-chose en fait (Ce que disait déjà Feynman). Mais cela reste passionnant. Un livre qui ne déparera pas des étagères d'un collectionneur des variations d'Alice au pays des merveilles ! Il manque peut-être un petit chapitre pour le champs de Higgs et son boson (Découvert bien après 1995) mais sinon c'est une introduction excellente !

Note: AAAAAAAAAAAAA

dimanche 11 avril 2021

Jefferson de Jean-Claude Mourlevat

 Jefferson de  Jean-Claude Mourlevat et Antoine Ronzon (Illustrations) (éditeur, nb pages, année)

Incipit :

Le jeune hérisson Jefferson Bouchard de La Poterie acheva de ranger son logis en chantonnant des petits pom ... pompom ... pompom ... à la façon des gens qui sont de très bonne humeur.

Un roman jeunesse qui à travers une enquête adresse un sujet très actuel, la condition animale. L'auteur crée un univers où des animaux divers vivent en communauté mais cohabitent avec les sociétés humaines. C'est raconté avec beaucoup de tendresse et on s'attache à Jefferson et son compère cochon. La fin est très belle (Mais je ne puis vous la dévoiler). C'est une bonne manière de sensibiliser dès le plus jeune âge sur la condition animale (Dont je ne puis dire plus c'est au cœur de l'intrigue). Je vais peut-être me pencher sur les autres œuvres de l'auteur.

Note : AAAAAA

Kim détective et compagnie de Jens K. Holm

 Kim détective et compagnie de Jens K. Holm (OCDL, 109 pages, 1975)

Incipit

Le train entra dans la petite gare sur la côte de l'île de Seeland.
Un roman jeunesse que je relis régulièrement. Un souvenir d'enfance. J'ai adoré cette histoire de vacances entre adolescents, qui représente pour moi des vacances idéales, l'amitié, l'aventure, la construction d'une cabanes, faire du camping sauvage, un pote geek qui a un laboratoire, faire des fusées, etc. J'ai l'impression de vivre des vacances en le lisant. L'auteur a su capter ce moment d'insouciance où on vit pleinement. Il y a un côté indicible que je ne puis traduire suite à cette lecture. Disons qu'elle est très réconfortante. Je me rappelle avoir lu au moins un autre de la série mais je n'ai pas retrouvé cette candeur, cette légèreté qui se trouve dans celui-là.

Note : AAAAAAAAAAAAAA

LHC : le boson de Higgs de Michel Davier

 LHC : le boson de Higgs de Michel Davier (Le Pommier, 392 pages, 2013)

Incipit :

4 juillet 2012. L'Auditorium du CERN (Organisation européenne pour la recherche en physique des particules), à Genève, est plein à craquer, et la fébrilité des physiciens et ingénieurs est palpable.
Un livre qui raconte le contexte de la découverte du boson de Higgs. Pour un livre d'accès grand public je ne le trouve pas assez clair quant à la vulgarisation sur la partie particules et le modèle standard. Notamment la classification aurait gagnée avec un tableau plus clair et complet (Par exemple pour les particules élémentaires, il en existe de très bon en ligne, voir la photo en miniature de Wikimedia Commons. Même dans le livre Éléments de géologie 16e édition du "Pomerol" pages 18 et 19 c'est plus clair, c'est dire). La symétrie aurait beaucoup gagnée par une explication plus fournie sur les symétries, des exemples mieux choisis
Wikimedia Commons (c)

et des comparaisons plus parlantes. Il y a un contraste fort  avec la partie plus historique qui, quant à elle, est très accessible, et tout aussi intéressante. Il est dommage que les diagrammes de Feynman comportent des erreurs ou omissions. Page 33 Figure 2 (b) les flèches du positon ne sont pas dans le bon sens (Le Bhabha scattering vérifiable en ligne), de même page 60 Figure 9 (a) et (b), flèches inversées pour le positon, flèches manquantes pour le quark et l'antiquark (Vérifiable en ligne également, pour le (a) annihilation en haut à droite, pour le (b) en haut à droite). La webographies est un peu vieillissante (Liens périmés). La partie histoire du LHC est très intéressante (Cela m'a donné l'envie d'en savoir plus, ce que j'ai fait en ligne, mais si je trouve une histoire du LHC je me laisserais bien tenter, voire ... le visiter !). L'auteur éclaire les  aspects politiques et économiques de la recherche fondamentale (Budget, planification sur plusieurs décennies,  collaboration internationale). Enfin l'auteur relativise l'effet 'Particule de Dieu' soit en précisant dès le départ le choix erronée d'un tel vocable pour décrire la nouvelle particule (petit côté marketing), ce qui a également entraîné une traduction française médiocre ('God Particule' devant plus se traduire par 'particule Dieu' que 'particule de Dieu', sans parler des rigolos créationnistes qui ne bananent rien mais en profitent au passage), une traduction biaisée mais cela ne m'étonne guère au regard du niveau d'anglais des français. De surcroît il est opportun d'insister sur le ridicule stupéfiant d'une telle approche (Dieu, s'il existe, a créé toutes les particules et pas seulement le boson de Higgs, c'est aussi ignorer que le Modèle Standard est incomplet et que le boson de Higgs n'est pas la fin de l'histoire, et que le champ de Higgs est aussi important, mais bon quand on en est à dire n'importe quoi, pourquoi se limiter ?). Moi qui suis plutôt visuel, je trouve que cela manque de graphiques, de schémas, de poster A0, de t-shirt bonus, d'un accélérateur miniature de particules à mettre dans on jardin (Ou au moins le plan pour en fabriquer un, par exemple celui utilisé par Kaku Michio), un billet d'avion classe Gold aller-retour pour Genève pour visiter le LHC avec guide dédié et globalement des explications plus imagées ou plus détaillées (pour la première partie qui est la plus difficile à suivre). J'ai l'impression que l'auteur avait de la marge pour expliquer et que parfois on sent cet effort et parfois plus du tout. Bon globalement cela m'a intéressé quand même !

Note : AAAAA

dimanche 28 mars 2021

A brief history of Time by Stephen W. Hawking

 A brief history of Time From the Big Bang to Black Holes by Stephen W. Hawking (Bantam Book, 212 pages, 1989)

Incipit :

A well-known scientist (some say it was Bertrand Russell) once gave a public lecture on astronomy.

Suite à mon intérêt ravivé quant à (Merci à Max) l'astronomie et plus généralement à l'astrophysique, associé à mon faible pour Stephen Hawking, j'ai relu cet ouvrage toujours aussi excellent même si sur certains points il commence à dater (Par exemple depuis sa parution les ondes gravitationnelles ont été détectées, en 2015 par LIGO, ou encore un Trou noir a été photographié, M87 en 2019 dont la lumière, polarisée, nous renseigne un peu plus encore). Mais les scénarios, hypothèses, théories diverses n'ont ici pas vraiment pris une ride. Y compris sa manière de raconter. Je suis toujours heureux de le revoir, notamment dans la série The Big Bang Theory. Quelques formules ne m'auraient pas dérangé même si son éditeur ne le souhaitait pas. Ayant lu récemment L'Univers à portée de main, je fais le lien avec les fluctuations quantiques d'une part, l'incertitude d'Heisenberg d'autres part, pour comprendre qu'un trou noir puisse laisser échapper au delà de son horizon de quoi en percevoir le contour, une cure d'amaigrissement particulièrement lente et difficile à détecter. Bref, un grand plaisir à relire !!

Note : AAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAA


dimanche 21 mars 2021

Carte de la Lune de Bertrand d'Armagnac

 Carte de la Lune de Bertrand d'Armagnac (Stelvision, 6 pages, 2019)

Une pochette plastifiée comportant plusieurs cartes de la Lune (face visible sous l'angle de l'oeil, d'un télescope ou d'une lunette). Oui car un télescope inverse le haut et le bas et la lunette parfois en gauche/droit), donc au final il faut apprendre à connaitre la Lune indépendamment de son orientation (Sachant que dans l'hémisphère Sud elle sera inversée). Cette carte est très très pratique pour débuter. Apprendre les points de repères généraux, avec quelques détails significatifs visibles à l’œil nu, aux jumelles ou avec un télescope et les différentes phases de la lune. Facile de voir qu'hier la Lune était aux alentours de J6/J8. Hier soir j'ai pu ainsi regarder la Mer de la Tranquillité, Fécondité et Nectar ainsi que les cratères Théophile, Cyrille et Catherine. J'ai vu assez longtemps bien plus de choses notamment tout une chaine de cratères le long de la Terminaison mais là je ne sais pas encore assez de chose sur la géographie de la Lune. Cela fait pas mal de noms à retenir. D'ailleurs j'aurais aimé plus de détails, par exemple trois ou quatre cartes supplémentaires bien plus détaillées, une coupe de la Lune, des photos des missions Apollo etc. Mais ne boudons pas notre plaisir pour commencer c'est pas mal du tout. Cela donne une bonne idée de ce qui est repérable à l’œil nu, un instrument qu'on a toujours sur soi ...

Note : AAAAAAAAAAAAAAAA

Astronomy A self-teaching guide by Dinah L. Moché

 Astronomy A self-teaching guide by Dinah L. Moché (Wiley, 388 pages, 2014)

Incipit :

Astronomy is a user-firendly guide for the beginner.

En dépit de sa huitième éditions il y a quelques améliorations que je suggèrerais. 

  • L'ascension droite (la déclinaison) indiquée en N ou S et dans le tableau avec un signe négatif pour le Sud et en positif pour le Nord, ce qu'il faut deviner plutôt que ce soit explicite.
  • Les réponses dans la partie cours, qui sont juste après les questions, à mettre en note de bas de page pour pas qu'on les voient sans le faire exprès.
  • Mettre à chaque autoévaluation quelques questions supplémentaires avec un esprit plus "recherche" nécessitant d'approfondir au delà du cours mais pas trop.
  • Quelques cartes plus détaillées notamment sur la lune.
  • De la couleur !! Oui il y a des planches en central mais le reste est en nior et blanc. Moins cher ok, mais moins esthétique.
  • Des exercices impliquant du code (Python par exemple) pour traiter des données
  • Une idée de la journée d'un astronome ou d'un astrophysicien professionnel. De ce que j'en ai vu sur internet cela me semble assez sympa.

Mais à part ces menus détails une excellentissime introduction qui part des fondamentaux et donne l'ensemble des bases à maîtriser pour pouvoir de soi-même aller plus loin dans chaque thématique. Les exercices sont pertinents, l'auto-évaluation pour savoir si on a compris ET mémorisé est une très bonne idée car sans m'en rendre compte j'ai tendance à oublier ou croire avoir mémorisé telle ou telle chose et en fait non. De surcroit il est possible dans quelques semaines de les refaire et d'évaluer ce qu'on a retenu, et s'il y a des oublis hop on relit le chapitre. Ce livre se marie à merveille avec les exos de la Nasa. Page 244 où il parle de Percival Lowell qui a fait la 'Une' en affirmant que les canaux de Mars étaient l’œuvre de Martiens, m'a rappelé Avi Loeb sur 'Oumuamua, à la démarche aussi peu scientifique, utilisant même le rasoir d'Occam de manière curieuse (Un croyant l'utilisant répondrait 'Dieu' à toutes les questions, mais ce n'est pas l'esprit de ce rasoir ...),  ce que confirme Anton Petrov, indiquant les dernières avancées sur ce que peut être 'Oumuamua.Mais revenons à ce livre. Il est tout simplement passionnant, une somme d'informations sur notre système solaire, les objets stellaires, les techniques employées et même à la fin sur l'exobiologie (Astrobiology en anglais). L'autre livre que je potasse est bien plus technique (Astronomie Astrophysique d'Acker) mais justement ce premier livre donne une bonne idée générale, décrit bien le contexte, les différentes avancées et branches de recherche. Il est aussi plus simple d'accès que Le ciel à découvert, et pourtant ce dernier n'a quasiment pas de formules. Là encore je m'aperçoit qu'il faut connaitre de la chimie, de la biologie, de la biochimie, de la géologie, de la climatologie, de l'optique numérique (capteurs CCD), de l'informatique (traitement big data, stats) etc. ce qui fait de l'astrophysique (L'astronome moderne) une matière assez vaste qui dépasse les maths et la physique. En plus avec les quelques exercices, l'autoévaluation je trouve cet ouvrage quasi parfait, une introduction idéale en fait. Avec un tonne de liens web (Nasa, JPL etc) à explorer. De quoi s'occuper des mois. J'ai pu ainsi regarder les photos récentes de New Horizon d'Arrokoth (Pluto and Kuiper Belt). Hier soir j'ai sorti le télescope de table FirstScope et finalement l'Omegon 114/900. Malheureusement ce dernier a un chercheur flou donc difficile de viser, à part la lune. Mais la lune à un grossissement x45 était magnifique, j'ai pu repérer facilement les cratères Catherine, Cyrille et Théophile à côté de la Mer du Nectar. Le long de la Terminaison les cratères étaient bien mis en valeur avec la lumière rasante du soleil. Orion commence à baisser sur l'horizon et mon cerisier est dans le ligne de mire. Et puis sans le chercheur difficile de viser. Sans parler du manque de stabilité de l'ensemble (Oui j'aime mon confort). Les appareils photo numérique commencent aussi à proposer des choses surprenantes comme le Nikon P1000 qui permet de voir les anneaux de Saturne ... assez facilement ou la lune avec luxe de détails tout aussi 'facilement'. A cette aune je me demande si cela ne va pas sous peu changer la donne quant à l'observation (Avec la technologie qui progresse et les coûts qui baissent) surtout avec les outils logiciels de post-traitement de captures vidéos astronomiques.

Note : AAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAA

samedi 20 mars 2021

L'Univers à portée de main de Christophe Galfard

 L'Univers à portée de main de Christophe Galfard (Poche, 601 pages, 2016)

Incipit

Imaginez-vous sur une lointaine île tropicale par une chaude et claire nuit d'été.

Un livre qui décoiffe, ébouriffe, qui donne le vertige, qui stimule l'imaginaire, qui offre des clés de compréhension de notre Univers comme jamais et toute cela de manière accessible, magnifique livre de vulgarisation scientifique ! Si après cela vous ne devenez pas astrophysicien ou physicien théorique c'est à désespérer :-) Un ouvrage qui donne une bonne idée de l'état de l'art dans la recherche, sur des possibilités stupéfiantes et qui ravive en moi la perte de Stephen Hawking. Un livre qui se marie à merveille avec mes autres lectures sur l'Astronomie et l'Astrophysique et me donne un regard nouveau sur ce ciel que je regarde, moins intimidé car de plus en plus familier. Regarder Andromède en sachant ce que cela représente ajoute au plaisir. Et il y a toujours en filigrane qu'est-ce que comprendre, qu'est-ce qu'expliquer, qu'est-ce que modéliser, qu'est-ce que la réalité, etc. J'aime beaucoup les expériences de pensées. Je suis persuadé que c'est la bonne approche, comme la science fiction, pour inciter des jeunes personnes à choisir ce genre de métier. C'est la première fois où j'ai compris des petites choses sur la théorie des cordes (Rassurez vous c'est à la fin), pourquoi les trous noirs s'évaporent, et ce qu'on entends par multivers ou la gravitation ... Bref un super livre !! Car les livres de cours qui ont des équations évacuent parfois le sens sous-jacent, pourquoi on en est arrivé là, ce que cela implique, la portée philosophique, etc. Or le modèle n'est pas tout, il a un cadre, une histoire. Mais je m'égare, un très bon livre tout public sur notre Univers (Ou l'un d'entre eux ...). Ah sheldon qui travaille sur la théorie des cordes, Sheldon mon héros ...

Note : AAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAA

dimanche 14 mars 2021

Foundation and Earth by Isaac Asimov

Foundation and Earth by Isaac Asimov (Harper Collins, 449 pages, 2016)

Incipit 

“WHY DID I DO IT?” ASKED GOLAN TREVIZE.

It wasn’t a new question. Since he had arrived at Gaia, he had asked it of himself frequently.

Et voilà la fin du cycle ! J'étais peut-être impatient de savoir et c'est peut-être pour cela que j'ai trouvé que cela trainait en longueur, mais la fin un peu courte à la réflexion est à la hauteur de mes attentes. Cela parle bien sûr de la Terre, de son système et sa "proche banlieue", ce qui tombe bien puisque je travaille sur l'astronomie en ce moment. Je crois que je vais attaquer le reste du corpus Asimovien, qui concerne spécifiquement les robots. Asimov est vraiment très bon quand même. Je comprends ses récompenses et son statut d'écrivain  majeur de la SF. Je me rappelle avoir lu Pebble in the sky il y a fort longtemps et sans l'avoir fait exprès j'ai cru comprendre que cela a permit plus ou moins le début du cycle de Foundation. Curieux hasard mais d'un autre côté je ne me rappelle plus du tout de cette histoire. Mais j'ai encore ce livre lu adolescent. Humm peut-être le relire.

Note : AAAAAAAAAAAAAAA

vendredi 12 mars 2021

L'éclaireur de Lynd Ward

L'éclaireur Récits gravés de Lynd Ward de Lynd Ward (Monsieur Toussaint L'Ouverture, 1456 pages, 2021)

Des gravures fortes, marquantes, aux symboles percutants. Un noir et blanc ciselé, des choix de perspectives étudiés, tout est mis en œuvre pour marquer l'imagination et nous pousser à nous dévoiler. A l'instar du test de Rorschach, ici pas de paroles, pas de textes, c'est vous qui construisez, projetez votre récit. Ce qui est gravé va réveiller en vous votre univers, vos mythes, votre psyché, vos préjugés et clichés, va vous révéler votre propre éducation, vos fantasmes. Une critique sociétale qui n'a pas perdu une ride. Accompagné de très beaux textes de Lynd Ward, sur l'art et l'artiste, ou encore de ceux d'Art Spiegelman. Un écrin de qualité, papier, reluire cousue, marque page, coffret de protection. Une pièce de collection.

Note : AAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAA

L'Astronomie comme vous ne l'avez jamais vue d'Emmanuel Beaudoin

 L'Astronomie comme vous ne l'avez jamais vue d'Emmanuel Beaudoin, illustré par Emmanuel Delort
2ème édition (Dunod 2ème éd, 192 pages, 2020)

Livre richement illustré, un vrai plaisir à parcourir, à lire, à relire. Bien moins cher que Le guide du chasseur d'étoiles, tout en étant complémentaire sur certains points. Donne des informations de bases et essentielles de belle manière. Un véritable plaisir ce livre. J'ai aussi deux ouvrages qui sont plus "techniques" (Astronomy A Self-teching Guide, excellent, en cours, il y a des exos, des calculs etc, génial et Astronomie Astrophysique 5è édition de Acker, moins débutant, et enfin Le ciel à découvert), mais celui là complète bien Astronomie guide de l'amateur (Edition Gründ, mais une édition de 1980 un peu vieillie), La partie guide d'observation aux jumelles/télescope avec différentes ouvertures etc. et permet d'approfondir petit à petit. La visite guidée de notre système solaire est superbe pour débuter. L'essentiel en quelques pages richement illustrées. Cela donne une bonne idée globale de la richesse de l'Univers, des dernières avancées, technologies ou encore des moments clés (La première photo d'un trou noir, ou la première fois que LIGO a détecté les ondes gravitationnelles, cela parle même d'Oumuamua qui fait la une dans l'actu suite au livre de Loeb, à ce propos La Recherche février/mars 2021 a un dossier exobiologie). Au passage signale des sites web et quitte à les noter je vous les partage même si dans le lot il y en a probablement d'autres qui ne sont pas dans cet ouvrage.

- soleil 

https://www.spaceweather.com/

https://www.solarham.net/

https://www.nasa.gov/stem-ed-resources/solar-math.html 

- Lune

https://www.pleine-lune.org/calendrier-lunaire-2021

- Astéroïdes et planètes mineures

https://www.euraster.net/

https://www.minorplanetcenter.net/

- ISS

http://www.isstracker.com/

- Qu'est-ce que je peux voir ce soir ?

https://www.timeanddate.com/astronomy/night/

- Forum Astram

https://www.webastro.net/webastro/apropos/

https://www.cloudynights.com/

Note : AAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAA


Guide du chasseur d'étoiles de Shore, Prosper et White

Guide du chasseur d'étoiles Découvrir les planètes, les étoiles et l'Univers en 275 leçons de L. Shore, D.
Prosper
et V. White (Delachaux et Niestlé, 272 pages, 2016)

Incipit :

Une nuit noire, claire comme du cristal, constellée d'innombrables étoiles, a de quoi étonner.
Oui, je ne suis pas raisonnable (Voir Le ciel aux jumelles ou L'Astronomie comme vous ne l'avez jamais vue, article à venir), j'aime bien puiser dans un éventail d'ouvrages, chacun ayant ses points forts ou apportant un détail inhabituel. Et puis c'est un régal pour les yeux autant qu'un catalogue d'observation à faire. Il complète à merveille les autres ouvrages de base. Il fait partie du lot des bons ouvrages pour débuter. Le seul bémol est son prix, le double de la version en anglais, si j'avais su ... Mais le livre est solide, pages brillantes et iconographie qui claque. Sur certaines entrées j'aurais aimé plus de détails, plus de précisions techniques, et des renvoies vers sites web ou des ressources. Mais bon globalement vous apprendrez plein de chose.

Note : AAAAAAAAAAA

Bourbaki de Maurice Mashaal

Bourbaki Une société secrète de mathématicien de Maurice Mashaal (Belin, 256 pages, 2017)

Incipit

Disons-le d'emblée, Nicolas Bourbaki n'est pas le nom d'un individu, mais celui d'un groupe de mathématiciens, presque tous français.

Une biographie d'un être imaginaire. Humm pas si imaginaire que cela. Heureusement que je me rappelais un peu l'algèbre abstraite (groupes, anneaux, etc). J'ai apprécié les liens avec l'Oulipo ou le structuralisme, comme l'humour potache et l'usage de vocables à plusieurs sens. Et l'équilibre entre avancées et critiques qu'a incité Bourbaki, comme les aléas liés à tout groupe humain au sein de l'histoire des mathématiques. Au final une biographie inspirante. Je note au passage que, bizarrement ou pas si bizarrement que ça d'ailleurs, les conspirationnistes ne parlent jamais de ce type de société secrète (Ni des meetings secrets/confidentiels des grandes entreprises du CAC40, et des autres d'ailleurs, de ceux des syndicats voire des associations/ONG ou des groupes politiques, des hautes instances religieuses etc.). Les conspis eux-mêmes tiennent des réunions secrètes, ce qui ne manque pas d'ironie.

Excipit 

En dépit de ses faux pas, Bourbaki a fait un peu grandir "l'honneur de l'esprit humain". En ces temps où le sport et la finance sont les grandes idoles de la civilisation, c'est un bon point.

 Note : AAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAA


jeudi 11 mars 2021

Le ciel aux jumelles de Bertrand d'Armagnac

 Le ciel aux jumelles explorer simplement les étoiles et les curiosités du ciel de Bertrand d'Armagnac
(Stelvision, 112 pages, 2017)

Regarder à l’œil nu permet d'apprendre à se repérer muni d'une carte (Comme celle dans le magazine Ciel et Espace de ce mois par exemple ou dans des livres ou sur internet). L’observation aux jumelles permet de découvrir des choses étonnantes, même l'aspect laiteux d'un constellation (M42 Orion en dessous du Baudrier lorsque vous regardez vers l'horizon orienté Sud). J'ai pu trouver mardi 9 mars Andromède mais pas simple, ce n'est pas la meilleure saison, je dois être côté rue et la pollution lumineuse est importante pour cette raison, M31 est un peu bas sur l'horizon alors il y a les couches nuageuses, mais j'ai pu voir de manière beaucoup plus discrète que pour M42 cet aspect laiteux. Les Pléiades aux jumelles sont tout simplement étincelantes. Surtout en ce moment où la lune se fait discrète. Ce guide n'est pas qu'un catalogue d'objet à observer, il regorge de conseils pour observer, s'orienter, choisir ses jumelles ou un monoculaire, utiliser un pied (pied photo, monopode ou pas, ou un ... balai), un siège, se couvrir (et autres aspects "confort"), utiliser une carte (déchiffrer la Magnitude notamment), mesurer le ciel, des détails sur la lune (Mers et cratères), une carte du ciel minimum, un journal d'observation basique, les autres objets à observer (Comme les comètes). Si l'anglais ne vous pose pas de souci il y a le guide d'observation aux jumelles de l'IFAS.

0. Préparer son menu. Selon la saison, avec cet excellent guide Le ciel aux jumelles, qu'est-ce que vous allez regarder ce soir ? Comment je me repère ? Je fais modeste je me donne deux observations. Je les fait dans l'ordre. J'ai commencé par la Bague de Fiançailles autour de Polaris.

1. Vérifier la météo dans sa localité : Beaugency. Ciel clair et dégagé ? Sinon ce n'est pas la peine. Quelle température  ressentie ? Du vent ? Ceci pour se couvrir, j'ai vu la nécessité d'avoir un sous-pantalon, des gants, un bon bonnet. J'ai testé la Chapka (surplus militaire) très protectrice mais a tendance à générer de la buée lors de l'observation car entoure un peu trop la tête.

2. Je prépare également  ma visite nocturne avec Stellavision Web (ou client lourd), apprendre à s'en servir, se documenter sur l'objet recherché via une base de données (Par exemple M31, pas loin de Cassiopée et Persée, Aladin Lite M31 Andromède) pour apprendre la carte du ciel et me repérer (Carte du ciel du jour en ligne, cliquer sur The Sky Now, et indiquer aussi votre Long/Lat). Vous avez aussi un tas d'applications ISS detector, Stellarium Mobile, Star Walk 2 avec Réalité Augmentée etc. Bon attention à votre vision de nuit ...

4. Se couvrir donc, car il faut rester au moins 30mn pour faciliter la vision de nuit (Pendant ce temps là regarder les constellations "faciles" comme Orion (Rigel, Bételgeuse, Bellatrix, le Baudrier), les étoiles faciles comme Procyon, Castor et Pollux, Aldébaran etc), les amas superbes (Les Hyades, les Pléiades) et bien sûr en ce moment Mars juste à côté des Pléiades mais qui s'en éloigne de plus en plus.



5. L'instrument pour regarder : des jumelles 10x25 Pentax SP (mais il est également recommandé les Nikon Aculon 10x50). Avoir une lampe avec filtre rouge (Par exemple une lampe torche dédiée ou une mini-maglite + accessoire filtre rouge). Cela m'a permis de retrouver mes lunettes que j'avais posées sur un siège et puis bon, j'ai oublié, j'ai pris le siège et mes lunettes sont tombées. Je m'en suis rappelé plus tard, heureusement je n'ai pas marché dessus ! Cela m'évite de marcher sur le hérisson du jardin (que j'entends farfouiller car il est pas discret ...).

5. Un journal d'observation (Utiliser celui de ce guide, soit s'en faire un, soit utiliser ou s'inspirer des modèles qui foisonnent sur le net) 

Bref ce guide est très très bien si vous souhaitez, comme moi, débuter. Investissement financier minimal et bon apprentissage de la découverte du ciel. Il me servira tout au long de l'année pour choisir ce qu'il y a de mieux à observer selon les saisons et l'an prochain pour réviser. Cela donne aussi une bonne idée de ce que cela implique d'observer le ciel (Vêtements adaptés, préparer sa sortie, apprendre à bien se servir de ses jumelles comme l'ordre des réglages, s'orienter, trouver un ou des postes d'observations, trouver les meilleures positions, découvrir les satellites qui pullulent, Iridium, Starlink, se préparer à observer l'ISS et autre.); Je n'ai pas encore commencé mais il est aussi possible d'observer la lune, bien sûr, mais aussi le Soleil (avec des filtres). C'est prévu. De même l'usage du FirstScope, un petit télescope de table (Article à venir).

Note : AAAAAAAAAAAAAAAAAAA


 

samedi 6 mars 2021

Les six fonctions du langage de Clémentine Mélois

Les six fonctions du langage de Clémentine Mélois (Le Seuil, 112 pages, 2021)

Vous aimez l'humour ? Vous n'aimez pas forcément les romans photos ? Et une parodie de roman photo cela vous dirait ? Pour gentiment vous moquer ? Genre décalé, style l'humour déjanté de Fabcaro (Que j'adore ... qui a un style roman photo d'un certaine manière), avec des références sur le signe, le langage, Roland Barthes (Par lui-même ou par un autre), (Cf. La septième fonction du langage de Binet), comme quoi cela n'exlut pas un intellectualisme sous-jacent, traité sur un ton ou bien sérieux ou trahissant nos éléments de langage, nos comportements automatisés et cela se prête à merveille à l'humour (involontaire) des romans photos, eux-même la quintessence du cliché (et pas de que photographique arf arf arf), certains passages sont ici tordants. Je ne connaissais pas cette autrice, maintenance c'est fait, et je vais regarder ce qu'elle écrit d'autres.

Note : AAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAA

mardi 2 mars 2021

Le ciel à découvert de Jean Andouze

 Le ciel à découvert sous la direction de Jean Andouze (CNRS Editions, 326 pages, 2010)

Incipit :

L'Union astronomique internationale et L'Unesco ont convaincu les Nations unies de proclamer "Année mondiale de l'astronomie" l'année 2009.

Un recueil de textes d'auteurs divers qui brosse un portrait de la recherche en 2010. Il y a des passages qui présupposent des connaissances que je n'ai pas et cela peut paraître assez techniques bien qu'il n'y ait guère d'équations. Disons que cela s'appuie sur les recherches et qu'est offert une réflexion sans pour autant cacher la complexité des travaux sous-jacent, donc pas forcément très grand public. Mais cela reste tout de même passionnant, incroyable, étonnant, tant le travail d'enquête utilise de techniques différentes, élaborées, pour révéler plus qu'il n'y a à voir au premier abord. Cest touchant de lire que β Pictoris pourrait être une exoplanète mais que cela demandait confirmation en 2017. Bon il me fallait savoir et quelques lignes plus loin ils indiquent un site recensant les exoplanète (environ 300 en 2009 et 4687 le 2 mars 2021 !!), j'ai un peu cherché pour la syntaxe pour compulser le catalogue en ligne, en fait il faut utiliser le nom court  Pic b, dont le statut d'exoplanète est ... confirmé ! Amusant de lire que le James Webb Telescope devait être lancé vers 2014 (de mémoire) alors qu'il devrait l'être en fin de cette année (Octobre 2021). Donc pour certaines choses, et c'est normal dans le cadre de la recherche, il y a des attentes non confirmées et il faut remettre en perspective. Oui il y a certes des données obsolètes, par exemple le nombre d'exoplanète découvertes, ou des dates de lancement etc. Et depuis 2010 la recherche a du affiner sur plusieurs points très certainement. Néanmoins j'ai trouvé cet ouvrage toujours pertinent (pour moi et mon niveau) par la qualité des articles, la qualités de l’iconographie, l’éventail des axes de recherches, les outils et techniques utilisées, la variété des connaissances nécessaires autre que la physique (topographie, cartographie, informatique, bases de données et catalogue, statistiques, biologie, biochimie, géologie, archéologie, chimie organique, etc) des références fournies (Là aussi cela ne dépasse pas 2010 évidemment) et ce livre démontre, encore une fois, que le livre Avi Loeb est un peu resté dans l'esprit des années 80/90 tant l'exobiologie (astrobiology chez les anglo-saxons), les exoplanètes, les biomarqueurs, la recherche de signes de vie extraterrestre, était au cœur de plusieurs axes de recherche déjà en 2010 (Et donc avant). Avi Loeb essaye de se faire un nom ou est en manque de notoriété mais ne révèle pas de la nouveauté en ce qui concerne ce type de recherche qu'Avi Loeb centre principalement sur SETI (La fin d'un règne avec l'effondrement d'Arecibo), projet qui a fait à ses débuts l'objet de fantasmes et donc d'hostilité, mais qui n'est qu'un axe parmi d'autres. Ce livre, Le ciel à découvert,  n'est peut-être pas à conseiller pour débuter, mais si on s'accroche on glane un nombre impressionnant d'informations sur un sujet dont la richesse est stupéfiante. J'ai particulièrement apprécié les manières de révéler des indices, à la manière de la police scientifique, car c'est cela nous avons des indices, une scène de crime (ha ha) et on reconstruit la scène de manière très détaillée. Il y a des techniques incroyables auxquelles je n'aurais pas pensé qui nécessitent pour les utiliser une maîtrise scientifique de base et une bonne compréhension des limites des outils, des mesures, et la prise en compte complexe de très ombreux paramètres. Une lecture exigeante mais qui récompense à la hauteur de son investissement. Je complète cette lecture par un cours d'astrophysique, un manuel de base d'astronomie et diverses lectures (Comme les revues Ciel et Espace, L'Astronomie et Astronomy Magazine). Et quelques observations que je planifie avec l'outil logiciel Stellarium (Ici la version en ligne). Au final un livre génial !

Note : AAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAA

lundi 1 mars 2021

Gunnm de Yukito Kishiro

 Gunnm de Yukito Kishiro (Glénat, 2104 pages, 2001)

Quelle saga ! Dessins, mise en page, rebondissement ! Une autre Yoko comme ma Yoko Tsuno de mon enfance. De l'I.A, des Mechas, des androïdes, des médecins fous, du Rollerball, du Mad Max, du Wall-E, du Blade Runner, du Cyberpunk etc. Un mix étonnant et détonnant puisant dans de multiples sources proposant une épopée cyberféministe qui décoiffe ! Que dire de plus sur cette saga de toute manière mythique à l'instar du culte Akira ? J'avais un peu regretté la fin de Gunnm mais voilà il y a eu depuis une suite : Gunnm Last Order !!! Hummm tentant ! Très tentant ... Mais voilà l'astronomie me tente un peu plus en ce moment !!

Note : AAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAA

vendredi 26 février 2021

Le premier signe d'une vie extraterrestre d'Avi Loeb

 Le premier signe d'une vie extraterrestre d'Avi Loeb (Seuil, 272 pages, 2021)

Incipit :

Quand vous en avez l’occasion, sortez de chez vous pour admirer l’univers. Bien sûr, c’est plus facile la nuit. Mais, même de jour, lorsque le seul astre visible est le Soleil, l’univers est toujours là, qui nous attend. Le seul fait de lever les yeux vers le ciel nous aide à changer la perspective.

Ce livre je l'ai lui suite à un échange avec un ami, à propos de 'Oumuamua (L'apostrophe est en fait un okina). J'ai hésité, mais bon, pourquoi pas. C'est un livre de passion (Je n'ai rien contre) voire marketing (là je trouve cela un peu dommage mais bon) un peu biaisé scientifiquement, un peu fourre-tout aussi, qui part un peu dans tous les sens et un tantinet incohérent parfois. Le surtitre affirme clairement sans preuve et peut être considéré comme mensonger, comme le reconnait l'auteur qui dit bien vers la fin de l'ouvrage qu'il s'agit d'une hypothèse. Hypothèse que je peux soutenir mais de là à affirmer sa véracité ou qu'elle est irréfutable il y a un pas qu'il est difficile de franchir, scientifiquement parlant. L'auteur est pafois imprécis, péremptoire, jouant sur les mots, il a des comparaisons un peu bancales. Il dit ne pas se prendre pour Galilée mais y revient régulièrement. De plus il affirme qu'il y a peu de recherche en vie extraterrestre ou qu'on est pas prêt. Deux affirmations gratuites et contredites par les faits. Il y a une recherche active d'exoplanètes, l'exobiologie est une banche qui existe comme l'astrobiologie, deux chapitres y sont consacrés dans, un exemple parmi d'autres, Le ciel à découvert (2010) édition CNRS (Chapitres 24 & 25), le projet de recherche de Perseverance a clairement dans son agenda la recherche de biomarqueurs etc, d'ailleurs il l'a rajouté à la fin de son ouvrage (cela sent le rajout de dernière minute !), bref le sujet de la vie extraterrestre est bien pris en compte (Vie sur MarsExobiology Nasa, sans parler de nombreux ouvrages et articles sur le sujet, (je précise que je ne parle pas des complotistes et autres délires) au contraire de ce qu'affirme l'auteur de manière assez caricaturale, qui reflète peut être son milieu étriqué ou des souvenirs de plus  de 20 ans, mais pas vraiment ce que je ressens dans l'actualité, les magazines et les ouvrages d'astrophysique récents. Nous ne serions pas prêt à cette idée dit-il, vraiment ??? Avant même toute preuve il y a ceux qui y croient déjà et pas qu'un peu, ils y croient tellement qu'ils pensent que la reine d'Angleterre est un reptilien, il y a les scientologues, les paranoïaques et complotistes comme David Icke, ou ceux qui affirment que le gouvernement nous cache qu'ils ont capturés des Aliens, qu'ils sont dans l'Area51 (ou en Russie). Le succès de son ouvrage démontre également le contraire de ce qu'il affirme, il y a un intérêt pour cette thématique de la part du grand public et des spécialistes de tout horizon. De surcroît, à le lire, il semble donner l'impression qu'il est le seul à avoir des idées ... lui qui parle d'humilité à tout bout de champ, elle ne l'étouffe pas, mais tout de même en lisant d'autres auteurs ou d'autres ouvrages il n'est pas le seul à avoir des idées avancées ou audacieuses. Il a des propos un peu divers pour ne pas dire contradictoires, et parfois surprenant, par exemple page 164 il écrit "Le comble de l'arrogance consiste à rejeter ce qui ne peut s'expliquer rationnellement ../.. " il est pour croire à l'irrationnel ??? Page 175 il suggère que l'humanité est proche de la catastrophe (je confirme) alors pour s'en sortir ... essaimons dans l'Univers !? Et il parle d'humilité ... Et puis il ne se soucie guère qu'on pollue ailleurs, qu'on sème le bazar avec nos virus etc. C'est un peu la fuite en avant plutôt. Laissons donc la terre crever si je comprends bien. Drôle d'optimisme, après avoir constaté la médiocrité de notre hauteur de vue en tant qu'espèce. L'humanité incapable de gérer le climat, la pauvreté, la pollution, les guerres, etc. elle provoque la sixième extinction et il faudrait étendre notre médiocrité à l'Univers ? L'auteur est d'une naïveté confondante et place son optimisme de manière particulièrement curieuse. Et puis cette manie de taper sur ses confrères tout en utilisant leur recherches c'est un peu lourd à la longue. Peut-être que le souci est politique, économique et que les instances politiques sont pas au fait sur le thème ovni/extraterrestre ? Fort probable (Imaginez ce qu'en pense Trump par exemple). Mais il faut se mettre d'accord sur ce qu'on entend par OVNI ou vie extraterrestre : cela n'a rien à voir avec des soucoupes volantes ou les petits gris. Factuellement 10% des phénomènes OVNI ne sont pas résolus. Donc les OVNI existent. Cela ne veut pas dire des soucoupes volantes pour autant, juste des phénomènes qu'on a pas réussit à expliquer. Mais si je dit que je crois aux OVNI certains vont me regarder bizarre (Ceux qui regardent trop X-files, qui pensent qu'ils ont été enlevé par une soucoupe, ou qui croient que Super 8 est un documentaire ou qui ont une culture scientifique limite voire inexistante en astrophysique et au delà). De même je pense qu'il est très probable que la vie, sous quelle forme je ne sais, existe ailleurs dans l'Univers. Donc je crois aux extraterrestres. Nous sommes nés de notre étoile déjà, donc notre origine est de fait extraterrestre. Mais je ne crois pas à des aliens qui sont déjà sur Terre, ou qui veulent me faire une coloscopie ou qui veulent m'enlever comme dans X-Files. Mais si je dit que je crois aux extraterrestres on risque de me mettre dans le même sac que les farfelus qui croient à Roswell. Bref. Le monde est un peu foufou, j'ai pu le constater dans le fil de discussion LIVE de la Nasa sur Perseverance hier, mais il faut s'y faire. Entre les platistes, les fondamentalistes, les complotistes, les pro-aliens, les anti-aliens, c'est décourageant ... Bon sur 'Oumuamua l'auteur n'est pas exhaustif, il y a des réponses , et . Sans parler des magazines comme Astronomy Magazine ou encore L'Astronomie n°147 de Mars 2021 (Edito et article). Il est certes convaincant, il veut nous faire croire ... et il y arrive assez bien sur certains points. Mais comme il le dit, pour avancer, il faut plus de données. L'auteur finit par un développement philosophico-téléologique en citant notamment The Great Filter (Qu'a cité récemment Elon Musk , celui qui nous pollue l'espace avec StarLink [J'ai pu voir jeudi soir soir deux trains de satellites passer au dessus de moi, sur deux axes différents] nous rapprochant de la catastrophe des déchets dans l'espace et mettent en péril les observations (que ce soit l'ESO-ELT ou le Giant Magellan Telescope), les décollages de fusée etc., bref celui qui nous pousse dans le Filtre quoi qu'il en dise). L'auteur Avi Loeb expose enfin sa vision étonnement naïve de croire qu'en ayant découvert une vie extraterrestre tout à coup l'espèce humaine serait empreinte d'humilité (Ah ah ah mdr). Permettez moi de me gausser. Non que je n'aimerais pas que ce soit le cas. Pas du tout. Mais franchement vous y croyez vous ? Relisez vos manuels d'histoire. Pour quelqu'un qui a perdu une grande partie de sa famille à cause de la Shoah (Ce qu'il rappelle dans l'ouvrage), il me semble étonnamment optimiste pour ne pas dire franchement à côté de la plaque. Il me semble un peu schizo ou incohérent sur ces thématiques, à la fois l'espèce humaine est pas futée, pas très intelligente et en même temps faut faire des recherches extraterrestres pointues et essaimer et avoir de l'humilité (Vu comment il tape sur la physique théorique, le LHC, et même sur ses confrères parfois, je ne sais de quelle humilité il parle, pas de la sienne en tout cas, cela fleure un peu le melon ou le manque de reconnaissace, il meure d'envie d'être le découvreur cela se sent, je le comprends mais alors qu'il arrête de nous bassiner avec l'humilité, qu'il assume). Hummm et puis c'est un peu bisounours son programme. L'Histoire, si cette dernière m'a enseigné quelque chose, est que l'espèce humaine est variée et que l'hubris est l'un de ses moindres points faibles. Pour conclure, sur 'Oumuamua l'auteur reconnait qu'il aurait fallu une photo (Il dit aussi que rien ne sera fait ou ne peut être fait pour rattraper 'Oumuamua, ce qui est faux, par exemple Le projet Lyra, ou dans la revue Spectrum, mais il a tendance à abuser des arguments d'autorité, de propos définitif non étayés et d'ignorer une partie qui ne l'arrange pas, niveau rigueur et démarche scientifique il me surprend un peu) et en fin d'ouvrage que c'est bien une hypothèse, donc acte. Un surtitre du livre mensonger donc ; Pour la recherche extraterrestre qu'il estime insuffisante,  cette dernière existe (même si son livre ressemble à une lettre de motivation pour avoir des crédits pour sa voile solaire), mais la liste serait trop longue (Voir plus haut pour quelques exemples), quand à essaimer notre espèce dans l'univers alors qu'elle détruit son biotope de manière systématique, aveugle et soutenue, j'ai des doutes. Quand on est pas foutu de nettoyer, d'entretenir sa maison, qu'on saccage son jardin et qu'on défèque partout, on va pas emménager chez son voisin comme solution, si ? Bref un livre sympathique mais qui n'apporte pas grande-chose au final, même si cela offre de nombreux sujets d'échanges, ce qui est bien tout de même. Bon j'avoue que l'auteur m'agace un peu ... Et puis si cela incite des jeunes à étudier l'astrophysique alors je dis super ! (Il dit sensiblement la même chose à la fin mais le côté un peu ouin ouin, chouineur, de son ouvrage  et le paternalisme envers ses doctorants (Il utilise le possessif à tout bout de champ typique du supérieur où la culture du melon est florissante), sans parler de la répétition du mot humilité alors que l'ouvrage sent un peu le melon  (Oui moi aussi je me répète), tout cela est un peu pète noix. Mais après tout il est humain et je pense apporter moins à l'humanité, alors qui suis-je pour critiquer ? Ah oui un autre humain avec pleins de défauts warf warf. Mais ceux qui aspirent à explorer dans l'au delà peuvent aller sur le site de la NASA, du JPL, de l'ESA (qui recrute !!! Voir Dans la combi de Thomas Pesquet pour vous motiver, hi hi), le Centre Spatial Guyanais, ou, pour les ligériens, l'Observatoire de Nançay ! Ah si, vous voulez ressentir  cette émotion, fut-elle symbolique, d'avoir votre nom sur Mars ? C'est aussi par ICI ! Franchement enfant je rêvais d'être astronaute et nous vivons une époque assez incroyable où il est possible d'assister en direct, régulièrement, à des évènements spatiaux ...Avec un accès incroyable à énormément de choses, je suis stupéfait !! Sans parler des vidéos explicatives sur les télescopes, les satellites, les décollages, la station ISS, les rovers, sur Ingenuity (!!!!!), le premier hélicoptère, sur Mars !!!! Les feed live de la NASA (Qui devrait avoir des millions de vues ! et pourtant  ...), je suis un peu sidéré et ému de tout cela, alors le côté un peu ronchon d'Avi Loeb qui voit par le bout de sa lorgnette (ah ah) sans s'apercevoir que ça bouge et qu'il est pas le seul à avoir des idées, à réaliser des choses étonnantes, à être audacieux, à chercher de la vie dans l'espace, est un peu surprenant. Mais si ce livre fait avancer, alors ...pourquoi pas.

Note : AAAA

jeudi 18 février 2021

Oleg de Frederik Peeters

 Oleg de Frederik Peeters (Atrabile Editions,  184 pages, 2021)

Je n'ai entendu parler de Frederik Peeters que très récemment. Un youtuber en disant beaucoup de bien, qu'un de ses ouvrages l'avait bouleversé au point de remettre en cause une partie de sa vision du monde (Rien de moins). J'ai eu l'occasion de le découvrir pour la première au travers d'Oleg, un moment autobiographique de l'auteur. Ce dernier a su retranscrire les émotions qu'on peut traverser au cours de nos vies et les partager, il a su faire passer ces choses ineffables et indicibles qui caractérisent l'humain. Et par là même pousse le lecteur à s'interroger sur sa vie, son sens, et ses propres travers. Les liens tissés avec son épouse ou sa fille sont admirablement mis en scène. La première de couverture résume bien l'idée que je me fais de ce livre, une pause réflexive tournée vers la voie lactée, ce lien indéfinissable avec l'Univers et les questions essentielles, d'où je viens, où je suis, où vais-je. Ces questions qu'on se pose si souvent, qu'est-ce que la vie ? Qu'est-ce que vivre ? Que faire de soi ? Quels liens avec les autres ? Et tant d'autres. A chacun de se poser ses questions et ce livre vous y invite avec émotions et tendresse, avec ce regard critique sur notre société. Prenez cette pilule rouge et suivez le lapin blanc.

Note : AAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAA

The Music of the Primes Why an Unsolved Problem in Mathematics Matters by Marcus du Sautoy

The Music of the Primes Why an Unsolved Problem in Mathematics Matters by Marcus du Sautoy (Harper Perennial, 368 pages, 2004)

Incipit :

One hot and humid morning in August 1900, David Hilbert of the University of Göttingen addressed the International Congress of Mathematicians in a packed lecture hall at the Sorbonne, Paris.

Quel livre !!! Tous les ingrédients que j'aime réunis pour une recette équilibrée et parfaite. Le juste niveau de difficulté, des illustrations pertinentes, l'histoire des mathématiques autour des nombres premiers, des figures majeures de cette histoire présentées avec brio, les aspects de la recherche que ce soit sous l'angle des mathématiques aussi bien que ceux qui la réalise avec leurs personnalités ou leurs particularisme, et ce sentiment d'entendre cette partition musicale des nombres premiers, tout dans ce livre est perfection pour moi. Et la fonction Zêta de Riemann ... divin ! Je vous recommande de regarder sur Youtube (Deux exemples parmi d'autres : The Riemann hypothesis explained, Visualizing the zeta function) , beaucoup de vidéos sur cette fonction étonnante et frémissante, en lien musical avec les harmoniques. Cela a été un enchantement de lire ce livre, chaque jour un délice d'en parcourir quelques pages ou chapitres. Marcus du Sautoy a réussit le tour de force de transmettre la magie inhérente à un domaine qui a priori pourrait, pour le commun des mortels, en être dénué. Il se trouve que je travaille sur l'arithmétique modulaire (Number Theory Modular Arithmetic par Xing Zhou) et certains des problèmes à résoudre s'apparente, sans cet outil, à des tours de magie, justement ! Je recommande chaudement ce livre sur les nombres premiers ! Cela rejoint mes précédentes lectures A mathematician's Apology de Hardy, Oncle Petros et la conjecture de Goldbach, Le théorème du Perroquet, La conjecture de Poincaré, Le dernier théorème de Fermat, ainsi que mes loisirs sur les maths (Arithmétique modulaire ou le Mensa Puzzle Book) ou encore ma lecture en cours sur Bourbaki (Une société secrète de mathématiciens) de Maurice Mashaal.

Note : AAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAA^gogol^gogolplex

vendredi 5 février 2021

Einstein His Life And Universe by Walter Isaacson

 Einstein His Life And Universe by Walter Isaacson (Simon & Schuster, 675 pages, 2007)

Incipit

"I promise you four papers," the young patent examiner wrote his friends.

Un très beau livre. Je ne sais plus comment je l'ai eu, d'occasion cela est sûr. Relié, papier doux, découpé sur la tranche de manière irrégulière, cela donne un côté parchemin, un encart de photo, des illustrations, une base référentielle conséquente. Mais surtout on est au cœur de la vie d'Albert Einstein, de ses choix moraux, de son éthique, de ses doutes, de ses aménagements divers au gréé des aléas de la vie, des hauts comme des bas, de l'influence de l'Histoire (Nazisme comme de la naissance du Sionisme) sur sa vision du monde, de ses avis sur les questions religieuses ou sur l'idée de Dieu, et bien sûr de ses découvertes scientifiques majeures dont la Relativité. Des liens sont notamment fait avec Riemann dont j'ai lu quelques détails passionnants dans The music of the primes. Albert est un personnage particulièrement attachant. J'ai bien aimé voir une formule écrite de sa main dans l'un des derniers chapitres. On rencontre aussi du beau monde. Beaucoup de sujet sont effleurés comme le Projet Manhattan mais on ressent quand même l'ensemble de sa vie sous de multiples facettes. Cette biographie est une réussite.

Note : AAAAAAAAAAAAAAAAAAA


Young Sherlock Holmes Death Cloud by Andrew Lane

 Young Sherlock Holmes Death Cloud by Andrew Lane ( Macmillan Children's Books, 320 pages, 2010)

Incipit

‘You there! Come here!’

Sherlock Holmes turned to see who was being called and who was doing the calling.

J'ai retrouvé dans cette série plus l'esprit de Sherlock Holmes que dans l'autre série qui met en scène le jeune James Bond. Même si on sent une influence assez grande (trop pour moi) entre son mentor et son frère Mycroft. L'histoire est bien menée, l'intrigue assez intéressante lié à un quelque chose qui a symboliquement une importance pour Sherlock, surtout quand ce dernier prendra sa retraite. Comme dans la série du jeune James Bond on retrouve les "astuces" de l'écrivain, à savoir le sidekick et la jeune et jolie demoiselle, qui dynamise et romtanticise (Oui un néologisme ...) l'histoire. Dans les deux cas j'ai pris plaisir mais c'est tout de même Sherlock qui a ma faveur, alors je lirais en premier la suite dans cette série.

Note : AAAAAAAAAA

mercredi 27 janvier 2021

Silverfin by Charlie Higson

Silverfin A James Bond Adventure. Young Bond Book One by Charlie Higson (Ian Fleming Publication, 400 pages, 2005)

Incipit

The boy crept up to the fence and looked around. There was the familiar sign…

Un roman jeunesse, pour la détente. Enfin pour la détente, il y a quelques passages qui fleurent bon le fantastique/horreur mais j'ai survécu (!). Bon je suis fan de James Bond, probablement lié à ma jeunesse où je le découvrais au cinéma. Depuis j'ai lu en anglais quelques Ian Fleming pour m'apercevoir au passage à quel point les films avaient "modernisé"/modifié les histoires originelles. Ici dans cette série, on peut découvrir l'enfance de James .... alléchant, non ? L'histoire se lit très bien, j'aime les histoires d'adolescent qui vont à l'école, qui grandissent, se transforment, vivent des aventures etc. Mais si le héros ne s'appelait pas James Bond cela n'aurait pas changé grand-chose. Cela aurait pu tout aussi bien être une aventure d'Alex Rider (Je parle des livres, pas des films que je n'ai pas vu). Cela reste proche du personnage emblématique, sur ses capacités, sur son adaptabilité, sur son courage mais cela ne fait pas James Bond pour autant. Donc un peu mitigé sur cet aspect. L'intrigue reste globalement simple au final. Néanmoins l'histoire est prenante et j'ai pris un grand plaisir à la dévorer. Dans la même lignée j'ai commencé Young Sherlock Holmes. Un de mes personnages préféré (Avec Lisbeth Salander, Yoko Tsuno et quelques autres). 

Note : AAAAAAAAAAAAAAAA

A mathematician's apology by G.H. Hardy

 A mathematician's apology by G.H. Hardy (Martino Fine Books, 93 pages, 2018)

Incipit :

It is a melancholy experience for a professionnal mathematician to find himself writing about mathematics.

A sa découverte j'ai été un peu surpris, par le format, je pensais recevoir un livre de poche, et par son épaisseur, un peu court et donc par là même cher, vu que c'est le prix d'un poche. Je m'en suis remis. Vous pouvez reprendre de la tarte au flanc. Nous plongeons dans la pensée d'un mathématicien qui explique ce que c'est que d'être un mathématicien. Un vrai. La différence réside essentiellement entre les mathématiques appliquées et le nirvana des mathématiques : les mathématiques abstraites, les mathématiques pures. De celles qui s'intéressent à des objets dont les théorèmes en révèlent une profondeur abyssale.  C'est très Platon comme vision, mais je vois l'idée. Il admet aussi que ce n'est pas dû à tout le monde et que cet univers est source d'une satisfaction intellectuelle sans bornes. Je veux bien le croire. Bref un condensé de paroles de mathématicien, qui peut faire entrevoir à son lecteur un monde imaginaire totalement abstrait et lui faire toucher du doigt à quel point c'est intéressant même si, en tout cas pour moi, je ne saurais jamais ce qu'il en est réellement. Mais cela m'en donne une idée et une certaine satisfaction malgré tout.

Note : AAAAAAAAAAAAAAA

dimanche 24 janvier 2021

Arsène Lupin Gentleman cambrioleur de Maurice Leblanc

 Arsène Lupin Gentleman cambrioleur de Maurice Leblanc (Fleurus, 150 pages, 2012)

Incipit :

L’étrange voyage ! Il avait si bien commencé cependant ! Pour ma part, je n’en fis jamais qui s’annonçât sous de plus heureux auspices.
L'impression d'un recueil de nouvelles qui s’enchainent avec fluidité. On y découvre l'origine du personnage, son ingénuité, son goût du déguisement, ses plans élaborés, sa finesse d'esprit, son côté joueur et même sentimental. Je retrouve aussi l'esprit Sherlock Holmes, sauf que là Arsène utilise son intellect pour voler autrui, avec brio et raffinement mais sans meurtre ou violence (Sauf envers les criminels). L'autre raison est que cela semble raconté par un tiers de confiance, pendant de Watson. C'est plutôt bien écrit, de manière à attiser la curiosité comme la variation sur le thème apparemment impossible de La chambre jaune de Gaston Leroux ou encore la rencontre épique avec Herlock Sholmès. Et un début pétaradant puisqu'on assiste à son arrestation. Comme dans Sherlock il y a le pendant de l'inspecteur Lestrade. Alors il est vrai que c'est suite au visionnage de Lupin sur Netflix et quelques fuites médiatiques sur le succès de cette série télé que finalement je me suis laissé tenté. Après tout ce livre était chez mes parents et je pensais le lire un jour. J'aime bien ce style et cette ambiance légèrement surannée. 

Note : AAAAAAAAAAAAAAAAA

jeudi 21 janvier 2021

Doc Savage The Man of Bronze by Kenneth Robeson

 Doc Savage The Man of Bronze by Kenneth Robeson (Bantham, 135 pages, 1964 pour la première édition)

Incipit :

THERE was death afoot in the darkness

Cela me rappelle quelques souvenirs, de vieux Comics, le magazine Strange,  où l'action prime, où la psychologie est réduite, avec un rythme soutenu, des super méchants, des combats réguliers. Une forme de super-héro sans collant ni super-pouvoir mais avec des facultés à la limite du plausible, un supra-humain  à tout le moins. C'est un genre particulier, le Pulp ! En français il y a Bob Morane d'Henri Vernes. In est très vite dans l'action, en quelques chapitres à l'autre bout du monde, dans une vallée perdue d'une ancienne civilisation ... Cela se lit bien mais c'est un peu léger, primaire. Mais très distrayant tout de même. Cela pourrait être le script d'un comics tant on va à l'essentiel et tant c'est visuel finalement. Dans son genre, c'est du pulp comme Indiana Jones, de l'aventure à 200%. Assez fun !

Note: AAAAAAA

mercredi 20 janvier 2021

Oncle Petros et la conjecture de Goldbach d'Apostolos Doxiadis

 Oncle Petros et la conjecture de Goldbach d'Apostolos Doxiadis (Points Seuil, 205 pages, 2000)

Incipit :

Toute famille possède sa brebis galeuse.

Et oui encore un livre qui parle de mathématiques ... et qui le fait bien. Là on est au cœur de ce que cela coûte de s'attaquer à un problème ardu, de ce que c'est que d'être mathématicien (On nait mathématicien, on ne le devient pas ...), des passions dont ne sont pas exempt les mathématiciens, humains comme les autres. Et cela au travers une histoire familiale qui sonne juste.Un récit bien écrit et captivant. Peut-être plus littéraire que Le théorème du perroquet. Moins historique que Le dernier théorème de Fermat, moins technique et plus accessible que La conjecture de Poincaré. en fait une fois commencé j'ai eu du mal à le lâcher. Cet Oncle Petros m'intriguait et le personnage principal, son neveu, je me demandais ce qu'il allait devenir. Ce livre donne une bonne idée de la destinée du mathématicien pur et dur. Cet Oncle Petros me rappelle Andrew Wiles, à la différence que ce dernier a atteint son but ...

Note : AAAAAAAAAAAAAAA

Le théorème du perroquet de Denis Guedj

 Le théorème du perroquet de Denis Guedj (Seuil Points, 651 pages, 1998)

Incipit :

Comme tous les samedis, Max avait fait sa virée aux Puces de Clignancourt; il s'y était rendu à pied, par le nord de la butte Montmartre.

Un roman qui, sous couvert d'une intrigue un peu fantaisiste, propose de revisiter une partie de l'histoire des mathématiques au travers de quelques grands noms (Thalès, Euler, Gauss par exemple) et de quelques concepts issus par exemple de la géométrie ou de la théorie des nombres. Une famille atypique se retrouve avec un perroquet et hérite d'une bibliothèque exceptionnelle d'ouvrages mathématiques. Sur un ton bon enfant, style Daniel Pennac, avec une intrigue qui m'a rappelé Tintin et l'oreille cassée, on est sensibilisé, l'air de rien, à différents aspects des mathématiques, des ouvrages anciens, des mathématiciens et de la quête des théorèmes. Un livre sympathique, qui permet d'apprendre tout en s'amusant. Une excellente sensibilisation à cette matière. Pourrait plaire aux plus jeunes, peut-être 13, 14 ans ? On sent l'auteur passionné et il arrive à nous transmettre celle-ci, ce qui peut être un tour de force pour une matière finalement complexe.

Note : AAAAAAAAAAAAA

jeudi 14 janvier 2021

La conjecture de Poincaré de George G. Szpiro

 La conjecture de Poincaré de George G. Szpiro (Lattès Points Sciences, 408 pages, 2000) 

Incipit :

Le mois d'août n'est pas la meilleure époque de l'année pour visiter l'Espagne.

Mathématiquement plus ardu à suivre que Le dernier théorème de Fermat (La topologie me semble assez ésotérique et l'ouvrage n'offre pas la moindre illustration ou quelques bases ne serait-ce que pour se faire une idée) et plus centré sur le XXième siècle, début XXIème (Le livre de Singh remontait à Pythagore), et s'intéressant aux "petites affaires" dans le milieu assez clos des mathématiciens. Cela reste néanmoins tout aussi passionnant, donne une idée, même lointaine, de ce monde de la pensée abstraite, ce qui n'exclus pas la recherche de la gloire, les coups bas, les rancœurs, l'hostilité, la jalousie. Mais aussi l'entraide, le soutien, le partage. Disons qu'il semble qu'une certaine éthique se soit perdue dans les périodes récentes. Vraiment ? Peut-être. Disons que le slogan libéral "être publié ou crever" n'accentue pas les meilleures aspects de nos personnalités. Je serais plutôt d'avis de Perelman, la recherche pour la recherche et ne pas s'empêtrer dans ces travers si humains. J'ai découvert au passage le site ArXiv, et en parcourant cet article, j'ai été agréablement surpris que Matlab, que j'étudie aussi dans mes révisions mathématiques, était utilisé. Cool, non ? Bon je me dit qu'un jour je tenterais un livre de topologie pour débutant. Pour voir. Cela m'a donné envie de lire d'autres ouvrages de ce type. Notamment Le théorème du perroquet, qui me semble plus orienté roman que ces essais sur des conjectures mais je n'en ai pas d'autres sous la main alors pourquoi pas ? J'ai aussi en ligne de mire Oncle Petros et la conjecture de Goldbach. Et puis ces histoires, qui me dépassent d'une certaine manière, sont très motivantes pour mes révisions. Même si ces dernières n'ont pas du tout le même niveau (et de très très loin), je ne puis m'empêcher de ressentir une certaine satisfaction à faire des dérivées, entre autre. Dans peu de temps j'arrive aux intégrales, cela me rappellera des souvenirs. Et pouvoir faire des graphiques avec Matlab est une grande satisfaction aussi. Je découvre aussi l'intérêt pratique, les liens avec la physique et même le calcul pour des emballages ! Un peu comme Théorème vivant de Villani, on touche du doigt, même de manière imperceptible, ce monde qui me restera en très grande partie inconnu. Mais cela vaut le coup de s'y intéresser.

Note : AAAAAAAAAAAAAAAAAA