dimanche 21 mars 2021

Astronomy A self-teaching guide by Dinah L. Moché

 Astronomy A self-teaching guide by Dinah L. Moché (Wiley, 388 pages, 2014)

Incipit :

Astronomy is a user-firendly guide for the beginner.

En dépit de sa huitième éditions il y a quelques améliorations que je suggèrerais. 

  • L'ascension droite (la déclinaison) indiquée en N ou S et dans le tableau avec un signe négatif pour le Sud et en positif pour le Nord, ce qu'il faut deviner plutôt que ce soit explicite.
  • Les réponses dans la partie cours, qui sont juste après les questions, à mettre en note de bas de page pour pas qu'on les voient sans le faire exprès.
  • Mettre à chaque autoévaluation quelques questions supplémentaires avec un esprit plus "recherche" nécessitant d'approfondir au delà du cours mais pas trop.
  • Quelques cartes plus détaillées notamment sur la lune.
  • De la couleur !! Oui il y a des planches en central mais le reste est en nior et blanc. Moins cher ok, mais moins esthétique.
  • Des exercices impliquant du code (Python par exemple) pour traiter des données
  • Une idée de la journée d'un astronome ou d'un astrophysicien professionnel. De ce que j'en ai vu sur internet cela me semble assez sympa.

Mais à part ces menus détails une excellentissime introduction qui part des fondamentaux et donne l'ensemble des bases à maîtriser pour pouvoir de soi-même aller plus loin dans chaque thématique. Les exercices sont pertinents, l'auto-évaluation pour savoir si on a compris ET mémorisé est une très bonne idée car sans m'en rendre compte j'ai tendance à oublier ou croire avoir mémorisé telle ou telle chose et en fait non. De surcroit il est possible dans quelques semaines de les refaire et d'évaluer ce qu'on a retenu, et s'il y a des oublis hop on relit le chapitre. Ce livre se marie à merveille avec les exos de la Nasa. Page 244 où il parle de Percival Lowell qui a fait la 'Une' en affirmant que les canaux de Mars étaient l’œuvre de Martiens, m'a rappelé Avi Loeb sur 'Oumuamua, à la démarche aussi peu scientifique, utilisant même le rasoir d'Occam de manière curieuse (Un croyant l'utilisant répondrait 'Dieu' à toutes les questions, mais ce n'est pas l'esprit de ce rasoir ...),  ce que confirme Anton Petrov, indiquant les dernières avancées sur ce que peut être 'Oumuamua.Mais revenons à ce livre. Il est tout simplement passionnant, une somme d'informations sur notre système solaire, les objets stellaires, les techniques employées et même à la fin sur l'exobiologie (Astrobiology en anglais). L'autre livre que je potasse est bien plus technique (Astronomie Astrophysique d'Acker) mais justement ce premier livre donne une bonne idée générale, décrit bien le contexte, les différentes avancées et branches de recherche. Il est aussi plus simple d'accès que Le ciel à découvert, et pourtant ce dernier n'a quasiment pas de formules. Là encore je m'aperçoit qu'il faut connaitre de la chimie, de la biologie, de la biochimie, de la géologie, de la climatologie, de l'optique numérique (capteurs CCD), de l'informatique (traitement big data, stats) etc. ce qui fait de l'astrophysique (L'astronome moderne) une matière assez vaste qui dépasse les maths et la physique. En plus avec les quelques exercices, l'autoévaluation je trouve cet ouvrage quasi parfait, une introduction idéale en fait. Avec un tonne de liens web (Nasa, JPL etc) à explorer. De quoi s'occuper des mois. J'ai pu ainsi regarder les photos récentes de New Horizon d'Arrokoth (Pluto and Kuiper Belt). Hier soir j'ai sorti le télescope de table FirstScope et finalement l'Omegon 114/900. Malheureusement ce dernier a un chercheur flou donc difficile de viser, à part la lune. Mais la lune à un grossissement x45 était magnifique, j'ai pu repérer facilement les cratères Catherine, Cyrille et Théophile à côté de la Mer du Nectar. Le long de la Terminaison les cratères étaient bien mis en valeur avec la lumière rasante du soleil. Orion commence à baisser sur l'horizon et mon cerisier est dans le ligne de mire. Et puis sans le chercheur difficile de viser. Sans parler du manque de stabilité de l'ensemble (Oui j'aime mon confort). Les appareils photo numérique commencent aussi à proposer des choses surprenantes comme le Nikon P1000 qui permet de voir les anneaux de Saturne ... assez facilement ou la lune avec luxe de détails tout aussi 'facilement'. A cette aune je me demande si cela ne va pas sous peu changer la donne quant à l'observation (Avec la technologie qui progresse et les coûts qui baissent) surtout avec les outils logiciels de post-traitement de captures vidéos astronomiques.

Note : AAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAA

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire