samedi 19 juin 2021

La Table du Roi Salomon de Luis Montero Manglano

La Table du Roi Salomon de Luis Montero Manglano (Babel/Actes Sud, 600 pages, 2017)

Incipit :

Schem-hamephorash. Le Nom des Noms.


Un livre qui se lit avec une facilité déconcertante, on dirait peut-être de nos jours un page-turner, pour les fanatiques des anglicismes. Une quête qui emprunte un peu à Indiana Jones avec un côté Club des Cinq pour adulte. Cela fait le deuxième livre du mois (Evolution) qui confond programmeur et programmateur (p. 195). Je vais finir par faire une thèse en sociologie pour montrer comment cette confusion déplorable s'immisce dans toutes les strates de la société sans que cela ne fasse la moindre vague. Naaaan je plaisante. Mais quand même les traducteurs font assez mal leur travail, une simple recherche wikipédia leur éviterait cet écueil. Je regrette tout de même le cliché antisémite page 197 où un juif se voit affublé d'un "Gros nez crochu". Sinon l'histoire est captivante, pleine de rebondissements, rondement menée, et parsemée de références à l'histoire de l'Art et bien sûr aux spoliations au cours de l'Histoire. La France s'en prend un peu dans les dents, à juste titre, et en particulier cette saloperie de Napoléon, le gugusse qui a mis à feu et à sang l'Europe, un boucher que certains idéologues vénèrent. Je veux bien faire la part de choses, mais de là à l'idolâtrer comme un doudou il y a un pas que je ne franchirais pas. Les mêmes probablement qui trouvent que Pétain était un bon militaire, les guerres d'attrition étant d'un autre âge (L'Antiquité) je dirais que c'était ce qui se fait de pire comme militaire, une défaite de la pensée comme de l'action, et j'inclus l'Allemagne de la même période, la première guerre mondiale, aussi nulle sur le sujet. Une défaite de la diplomatie, des soi-disant élites dirigeantes, une honte. Mais bizarrement l'histoire est embellie et réécrite. Alors vous allez me trouver hors sujet. Que nenni, ce livre d'aventure est aussi un rappel de l'Histoire au travers des vols d'objets d'art et offre un éclairage bien moins complaisant des musées, centres de recel légaux. Le musée des Arts Premiers quai Branly étant un exemple étonnant, beaucoup d'objets sacrées ayant été volés. Bon je ne sais plus dans quel ouvrage c'est explicité avec force référence, tant pis faite vos recherches vous-mêmes. Pour finir les personnages sont attachants avec un côté atypique et des surnoms particulier comme Enigma que j'aime bien. J'ai commencé ce livre samedi matin et l'ai fini dimanche soir. Oui j'ai beaucoup lu ce week-end là. Cela pourrait faire une série télé intéressante. J'ai déjà entamé la suite L'Oasis éternelle.

Note : AAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAA

Ps: je vous recommande le k-drama Move to heaven. J'ai adoré.


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire