mercredi 14 juillet 2021

Alexandra-David-Neel Exploratrice et féministe de Laure Dominique Agniel

Alexandra-David-Neel Exploratrice et féministe de Laure Dominique Agniel (Tallandier , 256 pages, 2021)

Incipit :

Tunis, jeudi 4 août 1904.

Une vie bien remplie, une page wikipédia longue comme le bras. La première européenne à aller au Tibet ! C'est suite à l'achat au Chat qui dort d'un de ses ouvrages, Voyages et aventures de l'esprit, pour ma fille, que je me suis dit que sa biographie devait être passionnante. C'est le cas. Alexandra avait la bougeotte et une aspiration à l'élévation (Bon choix pour le Tibet donc, le sommet du monde). Et un esprit critique à qui on ne la raconte pas. Y compris pour la Théosophie, elle ne s'en laissait pas conter sans pour autant condamner. Ouverture d'esprit, quête, voyages, une vie remplie à ras bord. Un côté anar, ni Dieux ni Maître, et à cette époque ne pas s'agenouiller devant un homme, fut-il le Dalaï Lama. Elle a réussit à se marier, elle a su trouver la personnes adaptée, qui l'a tout de même attendue à un moment pendant une absence de 13 ans sans que cela entame un échange épistolaire quasi journalier (Hé bé la Poste de l'époque, chapeau bas !). Une sacrée femme, la force de la volonté, et une étoile protectrice incroyable, Alexandra ayant fait des efforts physiques conséquents, ayant traversée des zones de pandémie, de guerre, etc. Une bibliographie bien écrite qui incite à la découverte, au voyage, à la réflexion, à la quête de soi, à l'écriture aussi tant Alexandra sera prolixe sur ses expériences. Au point qu'elle adopte un fils (son Passe-partout), qui lui-même deviendra connu et écrira. C'est aussi un couple atypique qui survivra à une femme éperdue de liberté et de joie du monde. Un plaisir de suivre les aventures d'Alexandra (Une vie comme Les tribulations d'un chinois en chine, ou encore le tour du monde en 80 jours de Jules Verne, sauf pour la limite de temps ...).

Note : AAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAA

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire