mercredi 7 juillet 2021

Glacé de Bernard Minier

Glacé de Bernard Minier (Pocket, 736 pages, 2012)

Incipit :

Dgdgdgdgdgd - tactactac - ddgdgdgdgdg - tactactac

J'ai lu pas mal de Franck Thilliez et puis je suis tombé sur une couverture de La Vallée, une photo qui me parlait, me rappelait les Alpes et j'avais vaguement entendu parler de Minier. Alors je l'ai acheté, à la gare d'Austerlitz. Mais voilà j'ai cru comprendre qu'il y avait un personnage principal récurrent, Martin Servaz, et je n'aime pas lire dans le désordre. Et j'ai bien fait, car au moment où j'écris cet article j'en suis déjà au quatrième (Oui j'ai un peu de retard dans mes articles ... mais bon les vacances arrivent). Alors j'ai acheté le premier au Chat qui Dort, la librairie de Véronique à Beaugency (Miracle elle avait le premier !!!). Et je ne regrette pas, je l'ai dévoré, j'aime bien les thriller en général et celui-là est très bien agencé, avec des rebondissements, une ambiance qui m'a scotché. Et bon je me suis attaché à Martin. Je n'ai pas regretté une seconde de les lire dans l'ordre, tant il y a en filigrane sa Némésis, Julian, mais aussi des évènements personnels qui font sens. Il y a un petit côté Silence des Agneaux dans ce roman, roman que j'avais adoré tout comme le film éponyme. Bon d'accord j'ai une petite fascination pour les serial killer, ce mal 'absolu' allié à une intelligence parfois hors norme. Hannibal reste bien frais dans ma mémoire, tout comme Clarice. Mais Bernard Minier arrive à donner un ton, une ambiance, et on sent qu'il en a sous le pied, même quand on croit qu'on est à la fin, il passe la seconde ! Ah ? vous en voulez encore ? Ok, pas de problème.

Note : AAAAAAAAAAAA

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire