samedi 31 juillet 2021

Shangri-La de Mathieu Bablet

Shangri-La de Mathieu Bablet (Ankama, 222 pages, 2016)

Excellente bande dessinée. J'apprécie en particulier le format (Et le prix assez raisonnable) qui met en valeur les planches de Mathieu Bablet. Le début est éminemment symbolique, de l'Un non manifesté émerge du fluide amniotique (La vie est sortie de l'eau d'après la science et le Dieu de la genèse flottait au dessus des flots) un être, qui se scinde en deux, de l'Un émerge le Deux qui crée le trois. Cela rejoint les mythes que l'on retrouve dans Mircea Eliade ou Trinh Xuan Thuan. Cela résonne d'autant plus dans mes synapses que j'étudie le livre L'abbaye du Thoronet, un traité de géométrie sacrée: Méditation sur la genèse d'une oeuvre, je retrouve la puissance évocatrice d'un 2001 odyssée de l'espace, l'éternel recommencement, l'homme qui se prend pour Dieu comme dans le mythe de Babel etc. L'auteur recycle des thèmes certes déjà connus mais arrive à les mettre en scène avec brio et son regard singulier, les planches sont particulièrement belles. La cause animale, le racisme est bien mis en exergue par les animoïdes, tout comme le pouvoir par écran interposé (D'autant plus amusant en ces périodes de télétravail) ou encore le contrôle des peuples par la consommation (L'impression qu'Apple, sans être nommé, est visé, mais le sujet dépasse cette seule entreprise).

Note : AAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAA

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire