samedi 18 septembre 2021

L'Oracle Della Luna de Frédéric Lenoir

L'Oracle Della Luna. Le tragique et lumineux destin de Giovanni Tratore de Frédéric Lenoir (Livre de Poche, 728 pages, 2006)

Incipit:

La peur se lisait sur le visage des villageois.
J'ai adoré cette histoire. Une aventure exceptionnelle, une intrigue sur un secret lié à la religion, des romances passionnées, des rebondissements, un contexte historique plausible, mais surtout le prétexte à des réflexions sur la religion, la foi, l'existence de Dieu, la destinée, le libre arbitre et des propos philosophiques qui s'insèrent parfaitement au récit. Des propos intelligents sur la tolérance, la fraternité, et l'incitation à agir pour le bien de tous, en tentant de dépasser nos pulsions les plus brutales et aveugles. Un beau message dans ce roman qui m'a emporté. Une BD en plusieurs volumes en a même été tirée. Quelque part cela m'a rappelé le feuilleton fascinant et mythique du chef d’œuvre (pour moi) Le Comte de Monte-Cristo.

Note : AAAAAAAAAAAAAAAAAAAAA

Le mystère Fulcanelli d'Henri Loevenbruck

Le mystère Fulcanelli d'Henri Loevenbruck  (j'ai Lu, 512 pages, 2014)

Incipit :

L'homme qui pénétra, à la nuit tombée, dans l'église de la Santa Caridad, à Séville, avait toutes les raisons de croire qu'il était seul dans ces murs.

Mince j'avais oublié cet article. J'ai lu ce livre il y a plusieurs semaines. Bon m'en rappelle plus trop mais je sais que cela parle des ouvrages de Fulcanelli, j'ai d'ailleurs commencé celui sur Le Mystère des Cathédrales, et surtout sur le mystère qui règne sur l'identité réelle du Fulcanelli en question. On sent tout le travail d'enquête de l'auteur qui a su tisser une histoire assez prenante autour dudit mystère. Et puis j'aime bien les aventures d'Ari, et ses déboires amoureux. Troisième aventure après Les cathédrales du vide.

Note : AAAAA

La pensée postnazie par Michel Onfray

La pensée postnazie. Contre-histoire de la philosophie t.10 par Michel Onfray (Le Livre de Poche, 473 pages, 2018)

Incipit :

Effets de Freud.

Moins de lecture, car je fais de l'escalade et j'ai repris des études. Mais cela ne m'a pas empêché de lire quelques BDs, des livres sur l'escalade justement et des ouvrages de théologie. Alors j'aime toujours autant cette contre-histoire de la philosophie. Peu m'importe l'auteur ou l'image qu'il a ou encore son évolution idéologique, ces livres de contre-histoire sont une mine de réflexion, une histoire des idées vivifiantes, un puits sans fond d'interrogations. Ce livre n'y échappe pas et on a le droit à trois portraits qui ont marqué l'histoire de la philo, trois rares personnes qui n'ont pas soutenu des dictatures ou autre, pas comme Sartre, Merleau-Ponty et bien d'autres. De vrais penseurs qui ont su ne pas sombrer dans l'idéologie la plus crasse. Hannah Arendt, Hans Jonas, Günther Anders. Trois auteurs à découvrir ou à redécouvrir et qui éclairent le XXème siècle à leur manière. Pas pour forcément être d'accord d'ailleurs même s'il se trouve que je suis en sympathie avec leurs idées. Il y a quand même Günther Anders qui a une vision du Jazz que je trouve étonnamment rétrograde voire délirante, à se demander s'il connait vraiment le jazz, dont il dit qu'il s'agit d'une musique de machine ... vision réductrice pour le moins. André Manoukian s'étranglerais à lire cela ! Bizarre j'y vois pour ma part de l'improvisation, des interprétations multiples, une richesse bien loin des machines. Que Günther Anders n'aime pas le jazz, soit, qu'il réduise ce gendre musical à sa vision techniciste, bof, cela ne m'a pas convaincu d'un iota. Mais peu importe, cela montre la richesse des visions du monde.

Note : AAAAAAAAAAAAAAAAA