jeudi 28 avril 2022

Olivier Norek

1er avril 2022
La série Olivier Norek, de Code 93 à Dans les brumes de Capelans (Pocket ou Michel Lafon, Un certain
nombre de pages, 2014 à 2022)

C'est vrai je délaisse un peu ce blog ; Quelques évènements personnels viennent émailler une vie ordonnée, calibrée, sur des rails, et de nouveaux horizons se découvrent au fur et à mesure. Non que je n'ai point lu, loin de là, des bandes dessinées (Chris Ware, Moebius, Scott McCloud), des comics, de la psychanalyse (Freud, Lacan), des mangas (Je relis 20th Century Boy, Death Note et en découvre d'autres), et aussi du ... policier. Par la grâce d'un échange heureux à la librairie Le Chat qui Dort à Beaugency, j'ai découvert Olivier Norek. Oui la couverture de cet article n'a aucun rapport, c'était un essai pour le 1er avril 2022, pour l'étal de la librairie La Chat qui dort. Cette couverture n'a pas été retenu alors ... cadeau. J'en ai fait une vingtaine, peut-être que vous en aurez d'autres, si vous êtes sages. Mais revenons à Olivier Norek. J'adore ! J'ai tout lu en moins de trois semaines. La pile de livres, tout en pocket sauf le dernier, s’est nonchalamment réfugié à côté de mon épouse, pour l'inciter à les lire, c'est mon côté pervers. Même si des passages sont violents, on apprend la maïeutique avec une perceuse et un foret de 12, il y a plusieurs aspects qui m'ont conquis. Un récit haletant, c'est quand même la moindre des choses, des personnages bien campés, attachants, dont on s'inquiète, preuve de la réussite, et parfois on s'inquiète même de personnages qui se révèlent pas si saint que cela, l'auteur ayant l'audace non seulement de bien ficeler ses intrigues, le coquin, je subodore qu'il est un expert en préparation de gigot probablement ou en bondage scénaristique, et qui, de surcroît réserve souvent, après un chapitre qui semble conclure l'affaire, une surprise de dernière minute, genre le bouquet final, la dernière salve du feu d'artifice, la cerise sur le gâteau, le croquant noisette à l'intérieur d'un chocolat moelleux. Au point, si je ne faisait pas attention, de me transformer en stalker, prêt à le rencontrer, le féliciter, lui demander une dizaine d'autographe, à quand le prochain Costes (Son héros), s'il voulait m'en dire plus, me rajouter comme personnage dans l'un de ses romans, bref la lose totale, le chien chien éperdu devant son maître à baver pour une croquette. J'avais pas mal lu Thilliez, puis Bernard Minier, et pourtant il y a un petit plus pour Norek, l'engagement social, la finesse psychologique, l'ambivalence du bien et du mal ou disons la porosité entre ces deux extrêmes, pas du binaire en somme, bref de l'humain rien que de l'humain. Avec Entre deux mondes, il m'a fait pleurer bordel ! J'ai senti la douleur de Costes alors que Dans les brumes de Capelans il apprend ... ha ha non je vous dirais pas. Et Noémie dans Surface, j'avais peur pour elle. Même Melchior, le psy, m'a laissé des souvenirs ...  Bon le problème est que là ben j'ai tout lu ... Alors Olivier, s'il te plait, dis moi que tu es sur le prochain, qu'il ne va pas tarder à paraître ... Et puis si tu passes dans la région je serais tellement content de vous rencontrer. Bon je vais de suite regarder si vous avez un site et peut-être un circuit de promotion pour votre dernier ouvrage. Au plaisir de vous rencontrer un jour. Et dans l'attente de votre prochain que ce soit avec Costes, Noémie ou un autre personnage. En tout cas merci pour ces moments passés avec vos histoires, je suis accro !

Note : 10/10 pour toute la série